Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
10 février 2006 5 10 /02 /février /2006 20:10
Lille, Décembre 2005
 
L’essuie-glaces fonctionne pourtant il ne pleut plus. Je ne sais pas pourquoi mais ce bruit régulier m’exaspère. L’habitacle de la voiture est étouffant. Une chaleur insupportable pour moi qui porte encore mon manteau et mon écharpe et qui suis comme engoncé sur ce fauteuil trop rapproché du tableau de bord.

Entre hier soir et ce matin il (le nouvel employeur , ndrl) a trouvé le temps de faire laver la voiture. Il m’a pourtant déposé à l’hôtel après vingt heures. Il n’a donc pas de vie de famille cet idiot ?
Je suis dans la voiture depuis deux minutes. Comme à un enfant qu’on dépose
à l’école on demande de réciter la leçon du jour, il me demande, à brûle-pourpoint, de lui donner le texte  de loi sur l’amiante dans les bâtiments publics.
 
C’est le meilleur moyen pour que je ne le sache plus et que se brouillent, dans ma   mémoire, tous ces textes et décrets que j’ai regardés hier dans mon lit en même temps que je visionnais un mauvais film à la télévision tout en téléphonant  à Toulouse et sans doute en cirant mes chaussures.

Le ton est insupportable. Ma colère monte au diapason de son discours : « cela fait huit jours que vous êtes là, il faut mettre le turbo, il faut se poser les bonnes questions, vous devriez connaître ces textes, hier vous avez confondu la loi sur le plomb dans les revêtements et celle du plomb hydrique, ce n’est pas sérieux, à votre âge… ».
 
Soudain je serre le frein à mains. La voiture chasse de l’arrière mais il redresse. La voiture qui nous suit klaxonne furieusement. « Vous n’avez pas à me parler comme ça, vous m’entendez ? je vous interdit de me parler comme ça » dis-je hors de moi.
 
Un peu estomaqué de ma réaction il reprend vite le dessus et continue sa litanie de reproches auxquels il ajoute cette perte de sang froid qu’il interprète comme une impossibilité qui serait mienne d’accepter la critique. J’ai repris mes esprits, je le regarde froidement et me demande silencieusement si je le supporterais encore longtemps. Dans ma tête s’agite les pensées les plus étranges : à quelle heure le prochain avion pour la ville rose ? et si je lui donnais un énorme coup de poing ? (devant un tel abruti Papa ne se serait pas posé la question longtemps), le maigre salaire qui est alloué au poste vaut-il la peine d’accepter de travailler avec cet abruti ? est-ce digne « à mon âge » d’accepter d’être traité comme ça ? si je pars séance tenante que pensera Catherine ? et Patrick ? Il m’a laissé réfléchir et semble disposé à se taire. J’en profite pour regarder la ville.
 
Elle est d’autant plus belle que mon guide se tait enfin.
 
Etant d'humeur exécrable , j'ai préféré laisser la parole a Nico Senior ...
Petite ressemblance dans le style , non ?
Partager cet article
Repost0
9 février 2006 4 09 /02 /février /2006 20:09

J'avais écrit il y'a quelques années dans mon agenda une anecdote sous ce titre un brin racoleur ...
 
J'étais aux vendanges , et désespéré d'être privé de toute source musicale (je n'avais pas alors eu l'occasion d'étrenner -qui a dit exploser ?- mon premier lecteur mp3) , j’avais réussi a dénicher un vieux lecteur de CD chez mon employeur : j’allais enfin pouvoir écouter mon « Over My Shoulder » (j’étais en manque) .
 
... Le lecteur de CD a évidemment et systématiquement refusé de marcher entre mes mains , mais rassurez vous , mes amis ont pu écouter eux du Mike and The Mechanics tout leur saoul, le lecteur ne faisant que de la discrimination négative à ma seule encontre .
 
Heureusement qu’un maillet ne traînait pas dans le coin , il aurait pu être la cause d’un froid entre moi et mon employeur .
 
(...)
 
On me prend pour un maladroit . Ce n’est certes pas une réputation totalement usurpée , mais je tiens a dire pour ma défense que je suis également maudit . Si seulement je mettais la main sur ce sorcier vaudou qui me persécute …
 
J’avais la possibilité de descendre a Paris quand je le voulais , et pas n’importe ou ! Une tante me prêtait une petite chambre de bonne , qui en dehors du fait qu’elle aurait rendu un non fumeur asthmatique après qu’il ait affronté les 6 étages qui y menait , avait l’avantage de se trouver en plein Montparnasse .
 
Ayant commis quelques impairs a Toulouse , j’avais choisi de m’exiler là-bas histoire de me faire quelque peu oublier (et surtout de ne pas me faire exécuter par l’oncle d’une copine revancharde , qui avait quelques antécédents en la matière …) . J’avais quand même proposé -pour m’absoudre- a la dite copine de venir me rejoindre à Paris.

… ce qu’elle n’accepta que 5 minutes avant que je monte dans mon avion .
Filles et cohérence ne font pas toujours bon ménage . Mecs non plus , d’ailleurs .

La semaine s’écoula fort joyeusement , et je me disais que j’avais une chance de repartir de Paris sans avoir donné le flanc a la moindre critique de la part de ma famille . De l’inédit , en somme .

(...)
 
Dernier jour .

Pendant que je range la chambre , ma copine prend sa douche . C’est alors que j’entends cette phrase si délicieusement prononcée : « Nico ? Je crois qu’il y’a un problème … » . Jolie litote ! Les habitants de la somme se sont demandés il fut un temps si les Parisiens ne les inondaient pas avec leurs surplus d'eaux : qu'ils ne cherchent plus . Ces eaux devaient venir de quelque part du coté de Duroc , Paris 15eme ...
 
Les chambres de bonnes n’ayant pas été équipées par Hausmann -il a beaucoup baissé dans mon estime depuis ce jour- de salle de bain , celle-ci n’avait pas une évacuation d’eau normale , c'est-à-dire que l’eau était évacuée … vers le haut (oui , les appartements des Poiriers sont aussi compliqués que leurs propriétaires) . Newton ayant constaté après avoir pris une pomme sur la tronche l’attraction terrestre (il lui aurait été moins douloureux de simplement m’observer marcher -ou trébucher , selon les points de vue- pendant une journée), l’eau ne s’évacua plus quand la pompe mécanique rendit l’âme a l’occasion de cette douche de trop .

Je ne demandais pas grand-chose , pourtant ! Juste que cette fichue pompe attende la douche suivante pour rendre l'âme !
 
Alors que je voyais l’eau se répandre dans la chambre de bonne , mes yeux se perdaient dans le vague en imaginant les cruelles attaques dont j’allais faire l’objet :
- Il est comme son père , il casse tout !
- Je leur avais bien dit de ne pas lui prêter la chambre de bonne …
- Ce pauvre Nicolas n’ira jamais aussi loin que son cousin , qui a réussit lui !
- De toute façon , il n’est pas fait pour les études .
- Quelqu’un veut un café ? (ah pardon , hors sujet)

Dans un sursaut d’énergie désespéré , je tentais d’endiguer l’eau qui continuait a couler , la copine ayant jugé opportun de se rincer les cheveux ("tu comprends , au point ou on est") … pas de serpillière , pas de sceau … j’ai pris ce que j’ai trouvé . C'est-à-dire les draps des lits …
 
Lâcheté sans le moindre doute , mais je n’ai pas été capable au moment de rendre les clés et a la question posée négligemment « ça va , vous n’avez pas eu de problème ? » , de répondre , après avoir fait un « glubs » douloureux , autre chose que « Non . Aucun problème » .

Ce n’est que le lendemain , et a 100km de Paris , que j’ai réussi a surmonter mon effroyable frousse et articuler sans claquer des dents « euh … j’y pense … j’ai eu un petit soucis , rien de grave , bien sur … » . J’étais blanc , ma tante est devenue verte . Il parait que mon oncle a vu plutôt rouge lui , surtout en voyant les draps moisir dans l’eau …
 
… Je n’ai plus jamais eu la petite chambre de bonne de Paris .

Partager cet article
Repost0
8 février 2006 3 08 /02 /février /2006 20:07
Un gag qui me faisait hoqueter de rire comme une hyène en chaleur était quand Gaston , un jour de brouillard et de réveil douloureux , se trompait de bureau et atterrissait chez Ducran Lapoigne . En l’espace de 20 minutes , il leur faisait perdre un contrat de construction de pont et un ministre des transports s’en allait comme une furie , se décidant finalement pour la construction d’un tunnel …
On voyait alors Gaston parler avec un collègue des Editions Dupuis , lui assenant cette bonne parole : « rends toi compte , j’ai bossé sans faire exprès 20 minutes pour Ducran Lapoigne ! ».
Fin de l’introduction . Début de la Nicolade …
 
Hier soir , je me suis attardé après mon cour (ce qui est suffisamment rare pour être mentionné , d’autant qu’il faisait nuit) pour tenter de comprendre le tableau d’informations de mon groupe , ou devait se trouver l’horaire de mon TD de civil , que je n’avais toujours pas relevé (il n’était que temps ! Les Td avaient repris au plus tard la veille …) . Après m’être explosé les yeux dans le noir (la fac ressemble le soir a l’hôtel de Shining , et l’on croise parfois de sombres ombres …) a tenter de déchiffrer les hiéroglyphes qu’un fonctionnaire lilliputien et vicieux avait sadiquement rendu incohérents .
 
J’arrivais ainsi , après quelques joyeuses déductions et pensées amères (« putain les cons ! Ça ne leur ferait rien d’écrire sur papier fluorescent pour être lisibles par les retardataires invétérés ? ») , a la conclusion que mon td était le lendemain , a 9h30 .
Chouette …
 
8H30 . Yeux explosés (c’est marrant , j’ai un œil qui vire au rouge le matin …) , coiffure qui ferait peur au cousin machin lui même , halène de chacal ayant mangé une charogne vieille de quelques semaines , enfin bref … la routine , quoi .

J’arrive a la fac , et a travers mes yeux gonflés , arrive a trouver la salle de TD . Je me rassure même en reconnaissant quelques têtes … ciel ! des amis ! Il y’a donc une vie a UT1 !
 
Le chargé de td , après avoir fait les sommations d’usage (« un contrôle chaque semaine ! » -il aurait tout aussi bien pu rajouter « et votre tête bien en dessous de la corde  … »-) , commence a faire l’appel . Je ne sais pas si c’est le trauma que d’être éveillé en cette étrange heure matinale -alors c’est ça que l’on appelle le matin ?- , mais je commence a être vaguement inquiet (pour ne pas dire transpirant de tous les cotés , pourvu qu’une fouine ne le renifle pas) en voyant que la première lettre de la liste d’appel est un « r » .
 
Me retenant de crier au racisme (qu’est ce qu’il a mon nom ? vais lui voler dans les plumes a ce con la !) , je patiente gentiment jusqu'à la fin de l’appel pour faire remarquer que je n’ai pas été appelé . Ça donne ceci :
- Pardon monsieur , je pense que vous avez oublié de m’appeler … (dans ma tête « et je me suis fait violence pour me lever ce matin , alors ce n’est pas pour être marqué comme absent sur votre fichue liste d’appel ! »)
- Votre nom , monsieur ?
(ça c’est le moment dont j’ai horreur , dire mon nom en public - je pense que je n’aurais que très difficilement pu avoir un nom plus ridicule- , d’autant que tout le monde est systématiquement captivé par ce genre de mésaventure …)
- Nico Poi.
- … je vois bien un Nicolas , mais son nom commence par un « r » …
(il commence a me saouler avec ses airs et ses « r » , celui la)
- Bon , je viendrais vous voir a la fin …

Furieux d’avoir fait assister toute la classe a cet imbroglio au moins aussi prise de tête qu’un bouquin signé de la main de Sartre , je me murais dans un silence digne d’un vieux Stalinien évoquant les crimes communistes …
 
A la fin du Td , passablement déconcerté , je constatais avec le prof que je n’étais effectivement pas sur sa liste , et m’en allais d’un pas décidé chercher querelle a l’administration pour cette inqualifiable avanie dont j’étais l’infortunée victime . Encore une fois , dirais je .
 
Alors que je m’apprêtais a défoncer la porte du bureau du fonctionnaire objet de mes déboires, je me disais qu’un nouveau petit coup d’œil au tableau d’affichage pouvait m’éviter un ridicule auquel , certes , je suis accoutumé …
 
Enfer et damnation . Je n’ai td que demain a 12h30 …
Partager cet article
Repost0
7 février 2006 2 07 /02 /février /2006 20:06
J’ai des mes plus lointaines origines été un non violent . Il parait que des la maternelle , la directrice s’en était alarmée et avait averti mon père que j’étais le souffre douleur des autres marmots parce que je ne me défendais pas . Il avait réagit en me frappant l’épaule (gentiment , n’appelez pas encore SOS enfants battus) et en me disant « Nico , je n’arrêterais pas tant que tu ne riposteras pas » . Les marmots ont compris par la suite leur douleur .
 
… Peut être mon père lui même aussi d’ailleurs , le jour ou l’œil injecté de sang (il était en train de faire une scène injuste) , je me jetais sur lui pour une bagarre épique . Epique , parce que l’on avait eu a peine le temps de se mettre sur la gueule que l’on dérapait sur le tapi et nous retrouvions les quatre fers en l’air .
Il a boité 4 semaines …
 
J’ai honte … mais cela faisait 4 ans que ça menaçait d’exploser . 4 ans d’attente pour 4 semaines de boîtages , c’est pas si méchant non ?
 
Il n’empêche , comme ce regrettable incident et la mort de Louis XVI (Audiard était un génie) ont pu le démontrer , il me faut un certain temps pour exploser au point de vouloir défoncer la tête de quelqu’un qui aurait pu m’énerver . Un facteur peut cependant me décider a accélérer les choses , que je sente que quelqu’un derrière moi soit près aussi a exploser et a me soutenir dans une juste croisade .
 
… j’ai connu trop de sombres défaites solitaires … La défaite collective est moins humiliante .
 
C’est ainsi qu’alors que nous remontions la rue Pargaminière , un de mes amis se fit « enquiquiner » (pour ne pas dire insulter de noms exotiques divers et variés) par 4 types a qui sa tête ne revenait pas … ça arrive , il est vrai .
atterrit … ce moment de bonheur ou j’ai vu Matt se jeter dans la bataille … je n’attendais que ça pour leur sauter dessus a ces gros cons …
On oublie vite la douce joie que de taper dans la tronche de quelqu’un qui vous a saoulé …
 
Sans pouvoir parler d’Austerlitz , puisque Friedland serait plus appropriée sachant que Matt a passé les 3 semaines suivantes avec un plâtre a la jambe (mais l’important reste qu'il se fit cela en tapant comme un sourd en rythme avec moi , façon Orange Mécanique - I’m siiinging in the rain - , sur le fauteur de trouble ...) , ce fut une victoire ne serait ce que par le fait que ce con la avait payé pour tout ceux qui m’avaient saoulé précédemment …
 
Disons , sur ces 10 dernières années .
Partager cet article
Repost0
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 20:05
Contrairement aux idées reçues , je suis un fan de douches longues et chaudes , a tel point que je préfèrerais passer des mois dans le noir en cas de problème plutôt qu'appeler EDF , de peur qu'ils me disent "a propos , nous avons un rappel de facture pour vous ..." .
 
Les sacs de sable et les barbelés sont prêts a être dégainés a la moindre alerte .
 
Que l'on est bien sous sa douche ... Sans doute un des derniers endroits sur cette maudite planète ou je crois encore a cette vague illusion que l'on appelle "tranquillité" . Pourtant , des années durant , pour peu que ma douche dure plus de 5 minutes , mon père débarquait l'oeil injecté de sang pour défoncer la porte en grognant sauvagement "sors de la ou je te fais payer la facture !"
... L'eau dans les oreilles , il m'arrivait parfois de ne pas entendre , et donc de ne pas me jeter sur mon téléphone pour appeler Police Secours , au cas ou la porte céderait ...
 
Aujourd'hui , je peux savourer mes douches tout en me lançant une petite playlist de 5/6 mp3 qui font mon bonheur , quoique mes goûts musicaux ne semblant pas êtres totalement partagés par ma voisine du dessous au vu du délicat mot qu'elle m'a laissé dans ma boite aux lettres ...
 
Bien sur , ce n'est pas parce que je suis sous l'eau que je suis a l'abri d'emmerdes ... il m'est arrivé de pousser des hurlements a déchirer le coeur d'un Seillères parce que l'eau chaude s'était mue en eau glacée , mais bon , ce n'est que routine . De la même manière que je n'y peux rien quand le pommeau de la douche se dévisse d'un coup et me fracasse le pied en tombant ...
 
Je pense pouvoir dire que je n'y peux rien si le mur de ma salle de bain s'effrite un peu parce que je l'arrose allègrement , et avec amour .
 
... Sous la douche , personne ne vous voit gaffer ...
Partager cet article
Repost0
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 20:02
Il y’a deux mois de cela , un ami m’avait appris que Stereophonic et Oasis allaient donner un concert commun a Toulouse , et que les places allaient êtres vendues des le lendemain . Etant quelqu’un d’extrêmement peu mesuré , je me jetais a la Fnac pour acheter des places des le lendemain 10h , au cas ou une armée en vadrouille aurait l’idée de faire une razzia des sésames des 10h15 …

J’avais acheté 4 places . Sur le chemin du retour , je commence a dégainer mon téléphone et a appeler Ben et Mat , pour leur proposer de me suivre au concert . Bien que se soit mes 2 meilleurs potes et que l’on ait sinon gardé les cochons fait au moins plusieurs fois le tour de mon quartier a poil des soirs d’été arrosés , nous n’avions jamais été en concert ensemble . C’est après avoir fait ce raisonnement que j’appelais Fanny pour lui proposer de prendre la 4eme place , et devant le peu d’enthousiasme auquel je me heurtais (c’était sans doute du pré conditionnement de ma part , réflexion faite) , je pensais que le concert entre potes uniquement était l’option a retenir … et revendais la 4eme place .

… j’ai passé un sale moment quand un mois après , Fanny m’a posé innocemment la question « ah au fait , il est quand le concert ? » …

Un concert , cela se prépare . Aussi me suis je pris largement a l’avance -Vendredi 3- pour demander a mon boulot de ne pas travailler l’après midi du Samedi 4 mais le matin . Cette frayeur quand mon boss a semblé hésiter du stylo a signer le changement d’horaire …

Ben et Mat arrivés vers 16h chez moi , nous avons commencé a boire un petit peu , histoire d’anticiper l’attente de 2h que nous allions devoir endurer dans le froid polaire du parking du Zenith (cherchez bien dans les livres de Géographie , c’est une zone connue mondialement pour sa dureté climatique …) . C’est fou ce que je trouve toujours facilement de bons arguments pour justifier une beuverie infâme en milieu d’après midi !

En arrivant sur place , nous découvrons avec plaisir que nous sommes dans les premiers , cad que seulement moins de 3000 abrutis font la queue devant les grilles gardées par des vigiles (que l’on verrait mieux a leurs mines dans des miradors) , queue qu’ils ont entamé joyeusement vers 15h . J’imaginais trop l’arrivée du premier gus : « Ouah , je suis trop fort , je suis arrivé le premier et je n’ai que 35h49 a attendre devant l’entrée » !

… pauvre naze , va .

Après 30 minutes de congélation et de méditation sur le thème « ça alors j’avais moins froid aux jambes avant de me les raser bêtement » , les files se mettent a avancer , nous contraignant a anticiper la descente de la bouteille que nous avions eu la prévoyance (ou l’indécence , a voir) de nous amener … remarque , on a pu prendre notre temps , nous avions évidemment choisi la file la plus lente , le vigile prenant très a cœur son métier …

… Encore un nostalgique de Pol-Pot …

Nous avons pris place dans la fosse , ou nous n’étions pas si mal placés que ça au moins jusqu'au début du concert , cad qu’a ce moment la encore , l’on pouvait avec un peu de chance tenter de respirer , par intermittences . Cela s’est un peu compliqué par la suite , d’autant que comme l’ont fait remarquer les nuisibles qui ont déclaré cette semaine que la taille moyenne des hommes n’est plus de 1m72 mais 1m76 -me faisant passer de « grand » a « petit » , je l’ai très mal pris … - , je n’étais entouré que de géants (le premier qui me traite de nain …) .

Tentant -en plus de ne pas succomber d’asphyxie- de ne pas périr de fatigue (3h de sommeil la veille , routine habituelle) , je m’appuyais un brin sur les épaules de mes potes , qu’ils ne soient pas la pour rien non plus …
Le concert a commencé , et j’ai pu participer a l’hystérie collective comme il se devait .

… mais sans blagues , j’ai eu l’impression , après 2 heures passées debout , que mon dos ne serait plus jamais récupérable .

On vieillit tous …
Partager cet article
Repost0
4 février 2006 6 04 /02 /février /2006 20:01
J'ai parfois des idées farfelues . Souvent , quand je tourne en rond dans mon appart vers 4h du mat , et que j'ai aussi sommeil que si je devais me faire torturer comme un Walace le lendemain . Pas top , en fait .
 
Je ne sais pas si c'est d'avoir il fut un temps une copine qui voulait que je m'épile les poils de sourcils , mais j'ai pour une raison étrange une certaine aversion pour mes poils , qu'il m'arrive assez souvent de martyriser . C'est ainsi qu'en pleines férias de Bayonne , et légèrement éméché , j'avais montré a mes potes que les quelques poils qui avaient fait la fierté - ou la honte , au choix - de mes fesses faisaient partie du passé ...
 
C'était déjà ridicule , mais ce n'était qu'un début .
 
Une nuit récente ou je devais avoir oublié que je m'appelle Nicolas et non Nicole , il m'est venu le raisonnement hilarant , en tombant malencontreusement sur un film pas forcément recommandé par les jeunesses catholiques , qu'un mec pouvait être plus "attirant" pour une fille une fois débarrassé de tout poil sur ses jambes ...
 
Je jure de ne plus regarder que des documentaires scientifiques .
 
Alors que je ne faisais que commencer a martyriser une première jambe a coups de rasoirs bics jetables , rasoir électrique et rasoir Mach III (l'arme ultime) , je décidais rapidement d'abandonner le massacre , priant que s'il existe un tout puissant , il fasse que personne ne sache jamais rien de l'ignominie (il n'y a pas d'autre mot qui puisse convenir ... imaginez que j'avais la jambe rasée devant et pas derrière et que subsistait un périmètre d'irréductibles a la hauteur du genou ... un désastre ...)
 
Je ne sais pas s'il existe un tout puissant , mais si oui , c'est une sombre raclure ...
 
Vendredi soir , 22h . Soulagé d'enfin m'enfuir de mon boulot , je m'apprête a rentrer chez moi quand je comprend que la petite silhouette devant la porte était celle de ... Fanny , descendue de Poitiers par surprise .
Sur le moment , je me suis laissé aller a ma joie , inconscient de l'apocalypse qui me guettait .
Ce n'est que quelques minutes plus tard alors que les bisous fusaient que je me suis rappelé que pour la première fois de ma vie , et si je ne faisais rien rapidement , je risquais de perdre une copine sur crise cardiaque de cette dernière ...
 
J'ai été finir discrètement la macabre besogne ... adieu veaux , vaches , poils , couvées ...
... Connard qui se gausse la haut de m'avoir envoyé Fanny par surprise , t'as intérêt de te mettre a l'abris de ma rancune ...
Partager cet article
Repost0
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 20:00
J'ai une qualité , qui est unanimement reconnue par mes proches … comme un défaut , qui est de tout organiser a la dernière minute . C’est vrai , imaginez un peu ! Si je faisais comme tout le monde , ce serait le drame ! Vu que je propose , toujours avec les meilleures intentions du monde (Le regretté Pol-Pot partagera mon point de vue) , a 50 personnes quelque chose d’uniquement réalisable pour 3 ou 4 , heureusement que l’organisation se joue dans les derniers moments , cela a le mérite de décourager les 46 qui auraient été de trop …
 
C’est ainsi que lundi soir , j’ai réussi a convaincre d’extrême justesse les 3 potes qui me manquaient pour partir skier sans me retrouver seul sur mon télésiège . J’avais trop peur de faire cliché si je finissais seul a chanter en cas de panne …
 
Après avoir finalisé l’organisation aux alentours de 00H30 , j’ai fait comme toute personne raisonnable devant conduire 3h aller/3h retour et skier une journée entière : j’ai pris l’apéro avec mon voisin et passé une nuit blanche .
Je concède avoir une notion de raisonnable déconcertante .
 
J’ai pourtant essayé de dormir ! Quand j’ai vu qu’il ne me restait plus qu’une heure et demi avant l’heure de notre théorique départ , j’ai lancé une playlist pour dormir et programmé une playlist pour le réveil . Logiquement , je devais avoir 30 minutes sans musique . L’idéal quoi ! Sauf que manque de bol , j’ai du mal calculer la durée de la première , ce qui fait que au bout d’une heure , je me suis retrouvé avec les 2 playlist qui se complétaient harmonieusement … façon scie électrique déglinguée .
 
Bah . Un petit café et ça allait déjà mieux . Après avoir passé 20 minutes a me demander pourquoi il pleuvait dans la salle de bain (« Ah ? Non , je suis tout simplement sous ma douche … ») , je commençais le ramassage de mes potes .
Et tant qu’a faire , j’essayais de ne pas tourner de l’œil a chaque éraflure que l’on faisait en rentrant les skis dans la 306 . Pas passé loin quand même …
 
... Il faut savoir que je suis un des derniers idiots a skier en non paraboliques . J’ai mis des années a trouver une paire qui me plaise (ils font 2m10 … prétentieux !), alors je vais pas céder a un effet de mode , merde quoi !
 
On avait décidé d’aller a Baqueira , en Espagne . J’en pensais le plus grand bien de par les différents avis que j’avais pu recueillir , jusqu'à ce que je m’étrangle quand Arnaud m’annonçai le prix du forfait . Ce fut difficile de ne pas faire de mauvais esprit (dans ma tête « A ce prix la , c’est sur du Caviar que l’on skie ? ») …
 
Et il y’a des personnes qui disent que je ne sais pas être diplomatique …
 
Temps splendide , neige divine … j’adore en règle générale skier dans la semaine : cela a l’avantage de ne pas amputer le week-end et surtout de passer une excellente journée en pensant a l’exécrable que passent ceux qui usent leur patience en amphi . Ce serait encore plus divin si je pouvais penser que ceux la aient par la suite la délicatesse de m’accompagner a la session de Septembre …
 
Sur le chemin du retour , je profitais d’une pause prétexte cigarette (oui , la nuance est que la vraie raison était que c’était la pause ou on partait dans le décors , je venais de comprendre ce que tout le monde appelle « fatigue ») pour appeler Anna , une amie qui organisait un dîner fondue savoyarde , et lui dire que je serais un petit peu en retard pour sa soirée :
« Anna , je dépose mes amis chez eux et j’arrive ! » . Le mensonge n’était pas si gros : encore 100 km et je les déposais , comme quoi …
 
Après avoir rajouté une série d’éraflures a la 306 (putain de skis) et déposé quelque peu cavalièrement mes amis (je ne me souviens plus avoir freiné …) , je fonçais vers ma soirée . Aaaaaah … cette bonne fondue , que j’avais tellement peur de rater …
 
Il parait que je me suis endormi en parlant . Ils ont tout tenté pour me réveiller , mais comme avait pu le constater Fanny un soir ou elle s’était retrouvée coincée en bas de chez moi parce que je m’étais endormi de la même manière , quand je suis en bout de rouleau , un A380 pourrait atterrir chez moi sans conséquences sur mon sommeil …
 
Pour être honnête , je n’ai pas trop compris ce qui m’est arrivé : j’ai émergé vers 3h du mat , façon Uma Thurman dans Kill Bill (« Uuuuuuurk ! Ou suis-je ??? ») .
 
Je pense pouvoir dire que je n’ai pas été violé dans mon sommeil . C’est une bonne base , non?
Partager cet article
Repost0
1 février 2006 3 01 /02 /février /2006 19:58
J’ai un rapport assez particulier avec l’argent . Si vous vous laissiez aller a un jugement hâtif hautement répréhensible , vous pourriez croire que je suis incroyablement dilettante en matière de sous .

Bien qu’ayant un salaire assez minable , je pense pouvoir raisonnablement dire que je suis un étudiant assez bien lotit avec mes 1100€ par mois . Mis a part que je me fais violement enfler par mon proprio avec le loyer le plus élevé de l’immeuble (« … et l’oscar du plus grand couillon est a … Nicopoi ! ») , et que j’ai du m’endetter pour les 25 prochaines années afin d’équiper de l’indispensable mon appartement (un aspirateur , une ou deux lampes et surtout des montagnes de bouteilles englouties a faire pâlir d’envie Gargantua lui même …) , je devrais quand même pouvoir vivre assez confortablement …

… C'est-à-dire sans avoir cet atroce nœud au ventre quand je prend mon téléphone et que je tente de consulter mon compte . Ça donne a peu près ceci dans ma tête :
« Bon . Souffle … souffle … c’est ça , vise les touches … ne tremble pas … non … non … j’ai pas envie de savoir … c’est trop horrible … respire … - votre compteur est déb… - Schlak ! (ça va pas arranger mon découvert de bouziller mon téléphone) …»

C’est bien simple , chaque fois que je tente de connaître la position de mon compte , non seulement je ne vais pas jusqu’au bout de l’appel , mais après je ne relève pas le courrier dans ma boite aux lettres pendant 2 semaines , et il m’en faut 3 de plus pour ouvrir le courrier une fois sorti …

A coté de cela , je suis capable de dépenser comme nul autre dans des bêtises finies . Tiens , je n’ai pas assez de lumière chez moi … hop ! J’achète un halogène aussi inutile que onéreux , que finalement je n’utiliserais jamais puisque m’étant rendu compte que la petite lampe orange que j’avais déjà n’était pas cassée (il fallait juste changer l’ampoule …) ; J’en ai marre d’utiliser mon ordinateur pour regarder mes films ? Hop ! Un lecteur de DivX a 50€ , qui ne lit qu’un film sur 2 des sa première utilisation … ; Je veux passer pour quelqu’un ayant un régime alimentaire sain ? Hop ! Des kilos de fruits et légumes achetés , et que je jette un par un au fur et mesure de leur décomposition dans mon frigo .

C’est sans doute parce que ce type d’achats idiots parsème mes journées que je n’ose consulter mon compte …
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2006 2 31 /01 /janvier /2006 19:47
Le travail était devenu depuis quelques temps peu marrant , il allait devenir insupportable ...
 
La première mesure de rétorsion ne se fit pas attendre . Je recevais une sympathique lettre (en recommandé AR , au cas ou je n'aurais pas compris) m'informant que le tabac , en pleine "restructuration" , allait connaître quelques changements (dans un moment d'enthousiasme , je croyais que cela voulait dire que les primes seraient payées...) et que je devais communiquer les horaires de journée ou j'étais disponible , le soir allant être attribué a un autre salarié ...
 
Dans le registre "vous n'êtes plus le bienvenue" , on n'avait pas fait aussi bien depuis les Russes de Nicolas 1er accueillant la Grande Armée de Napoléon .
 
Mesuré comme un Dalaï-Lama , je n'allais pas réagir a cette bête provocation et je décidais de faire celui qui n'avait rien reçu . Je recevais alors un second recommandé me faisant part "d'erreurs de caisse" , "de retards" , et de "tenues incorrectes" . Le délit de "sale gueule" (dixit Chirac) étant caractérisé , venait la charge ultime : "vous nous avez  communiqué votre désir de partir en vacances en Aout , mais n'ayant formulé cette demande par écrit (je l'avais évidemment faite , mais comment le prouver ? Quelle raclure ...) , nous n'avons pu prendre cette demande en compte ..."
 
... Ah , tu veux jouer ?
 
De ce jour , j'arrivais systématiquement au travail a l'heure pile , la ou la coutume était d'arriver 15minutes en avance pour préparer la caisse (minutes bien évidemment non payées , ne rêvons pas !) . Je ralentissais aussi un peu le rythme avec les clients , la file d'attente s'allongeant quelque peu ...
Tout le monde peut être mesquin . Et je suis le pire a ce jeu la .
 
La guérilla s'installait , agrémentée de convocations intempestives au bureau du Boss pour des prétextes fallacieux ("vous avez offert 5 centimes a ce client !") , quand ce n'était pas le tyran qui se déplaçait au sein du tabac après m'avoir observé sous toutes mes -gracieuses- coutures a travers une de ses 20 caméras truffant le magasin ("je vous ai vu ! vous avez dissimulé quelque chose dans votre poche ! - vous voulez un tic tac , monsieur ?") .
 
3 mois a ce rythme aussi enjoué que le Requiem de Mozart passèrent ...
 
Se profilait alors le mois de Juillet . N'ayant pas oublié que si je voulais des vacances cette année la (sans quitter ce boulot , ndrl) , il me faudrait brunir sur les plages aux alentours de Novembre , je décidais de mettre un terme a la partie en démissionnant au 1er Juillet , ce qui avec le mois de préavis me libérerait au 1er Aout . Dans le meilleur des mondes ...
 
Cependant , un peu déstabilisé d'avoir du en arriver a ses extrêmes , j'avais du mal a me lever le lendemain -un dimanche- (j'exagère un peu , le fait que je ne dorme pas seul était plus responsable de mon réveil tardif) . Aussi ne me présentais je pas au boulot ce jour la ...
Jésus proposait de tendre la deuxième joue : il n'est jamais passé a l'acte ...
 
Le lundi , arrivant comme une fleur et le sourire narquois , j'étais envoyé au bureau , ou j'apprenais qu'il était "hors de question" que je bosse une journée de plus . N'étant pas fait mention au cours de ce charmant moment (sic.) de la lettre que j'avais envoyé , je comprenais que la poste avait été égale a elle même -donc terriblement en retard- et que j'étais en position de force pour négocier ma démission -sachant que ma lettre de par son antériorité rendraient caduc les conditions les plus inacceptables que je pourrais signer ce jour la- ...
 
"J'accepte de démissionner , mais alors je veux faire mon mois de préavis et que mon salaire me soit versé demain ! (et toc!)
- C'est hors de question (il aurait tout aussi bien pu ajouter "we do not negociate with terrorists"). Vous ne ferez pas une journée de plus , et pour le salaire vous devrez attendre un mois . (prends toi ça , morveux !)
- Bon . J'accepte de partir sans faire d'histoires mais je veux mon salaire demain , a la première heure (et je rajoutais dans ma tête "en tout cas avant que le facteur ne passe !") .
- Ok , j'accepte" (ah ! ah ! Je l'ai bien eut le jeunot !)
 
J'arrivais le lendemain , et après qu'il m'ait dicté les termes de ma lettre de ma démission ("je soussigné parfait abruti me fait enfiler a sec et reconnaît etc ...") , je me levais pour une ultime poignée de mains , que je priais courte (tout en paraphrasant dans ma tête Daladier : "Ah le con , s'il savait !") .
Et la , l'idiot osa : "Vous savez , j'ai pris l'habitude de rémunérer mes anciens employés qui me suggéreraient ou m'apporteraient des indications susceptibles de rendre meilleure la marche du Tabac" , sous entendu dénonce les magouilles de tes anciens collègues , Judas !
 
Souriant au delà de la provocation , je lui répondais que je ne "manquerais pas avant longtemps de me rappeler a votre bon souvenir" ...
 
Je ne mentais pas . Mon premier mouvement après avoir encaissé mon chèque était de prendre la direction des Prud'hommes ...
 
La raclure , il allait enfin payer .

Partager cet article
Repost0