Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
12 mars 2006 7 12 /03 /mars /2006 19:59
Je suis retombé sur un exemplaire du journal « le Fermaticide » qui fut saisit manu militari par un CPE en furie après 30 minutes de distribution … Après relecture de certains articles , je me suis même demandé comment nous avions réussi a ne pas être censuré plus tôt …
Je crois que c’est l’article suivant qui ne fut que modérément apprécié par la proviseur (je l’imagines encore en train de faire « gulps ! ») :
« Il est assez étonnant de constater a quel point d’un évènement somme toute mineur , correspond une réaction excessive de la part des masses . Je veux -bien évidemment- parler du fait divers du 11 Septembre .
Effectivement , alors que le très médiatique David Copperfield fit disparaître la statue de la liberté et quelques avions en son temps , il suffit qu’un certain Ben Laden le plagie pour que tout le monde en fasse tout un plat (peut être y’a-t-il eut violation de Copyright ?) Il est vrai que David plaçait ses témoins a l’extérieur , a l’inverse de Ben mais …
Aussi me révolterais je : et si l’oncle Ben , lassé de vendre du riz sauce créole , avait juste envisagé une reconversion professionnelle , en l’occurrence paysagiste ? Deux tours en moins par ci par la , et hop ! Vous verrez que le monde sera plus joli ! L’oncle Ben n’est qu’un humaniste des temps modernes … je pense d’ailleurs que c’est un grand incompris , d’où une série de réactions démesurées . Et je pèse mes mots .
Ainsi , alors que l’élève Ben Laden aux yeux émerveillés par la beauté des choses se mit consciencieusement a refaire les façades a ses frais de une ou deux ambassades des USA , par ! Clinton ni une ni deux , jaloux de cette nouvelle forme d’art contemporain (l’abstraction par le néant …) tire sur une usine chimique dont la production n’avait pour autre but que d’offrir un nouveau grand chouette bol d’air a l’Occident … Allez faire plaisir aux gens …
Tiens , c’est comme cette -banale- histoire de poudre blanche … alors qu’il s’était révélé qu’il ne s’agissait en fait que de deux ou trois joyeux lurons américains désireux de faire eux aussi parler d’eux (jalousie , quand tu nous tiens…) , tout le monde accusa ce pauvre Ben (la brebis galeuse … on t’aime , nous , Ben !) d’envoyer de la cocaïne aux américains histoire de leur permettre de se changer les idées entre 2 crashs … boursiers ou aériens , selon les préférences . Bon , il est vrai qu’en l’occurrence , il aurait confondu sa petite production personnelle de Cocaïne (3000 tonnes par an) avec celle non moins personnelle d’Anthrax de son grand copain philosophe , la grand Saddam …
Quoiqu’il en soit , comment auriez vous réagit a sa place ? C’est pourquoi je te le dis , Ben : ne tente plus de faire plaisir a ces ingrats , et ne nous offre pas de séances d’UV o combien (définitivement) relaxantes a base de bombe H , nous ne le méritons pas .
Et nous ne te méritons pas tout court .
PS : Ah ! Ah ! Et vous nous avez cru ?"
Vous apprécierez a sa juste valeur le PS qui avait pour but de dérider ceux qui auraient pu mal apprécier un humour plus proche du 547ème degré que du degré « Fermatien » , cad l’absence totale d’humour …
Allez faire rire des matheux …
Partager cet article
Repost0
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 19:57
J’ai un jour été accusé par une petite amie d’être fétichiste . Il faut dire qu’elle était tombée sur une boite dans laquelle je conserve un certain nombre d’âneries sans nom , que toute personne normalement constituée aurait casée au seul endroit valable que constitue un glauque vide ordure .
Quand je disais qu’il m’arrivait d’être sentimental …
 
Je ne sais pas par quoi commencer … allons y sur les objets insolites .

En premier lieu , le premier truc qui me tombe sous la main est une vis de mon regretté Ciao . Pourquoi une vis me direz vous ? Parce que cette saloperie sans nom a toujours refusé de s’emboîter comme il faut , et j’ai passé de longues heures d’hystérie (ce qui signifie pour qui me connaît que je criais comme un damné « Bordel ! Tu vas tenir saloperie ??? » et que des voisins inquiets a leur fenêtre appelaient discrètement le Samu …) a tenter -en vain- de la faire tenir …

Viennent ensuite pêle-mêle une boucle d’oreille qui m’a particulièrement embarrassé quand je n’ai pas été capable de dire d’où elle provenait , un petit collier de tissu auquel est accroché un petit carton sur lequel il est inscrit « prends moi , joyeux anniversaire » (et on dit que les filles n’ont plus d’idées originales de cadeaux …) , une boite de préservatifs vide (attendez la fin du texte avant de commander la camisole) , et une carte bleue démagnétisée (je trouve extraordinairement fatiguant de ranger sa CB dans son portefeuille , au moins je ne l’ai pas perdue celle la !) .

C’est un début . Viennent les écrits maintenant …
 
Tiens , hop , je prends le premier qui passe … et ? Ah ah ! Il s’agit du papier sur lequel j’imaginais la répartition de mes ex autour de la table d’un banquet que j’ai fantasmé … broumph … je vais vite ranger ce torchon , je rigolais de toute façon …

Ah ? Un prospectus pour une des fabuleuses soirées daubes du zoodrome … un souvenir impérissable d’une soirée que j’avais passé avec 2 amies a chanter sur Sandy Valentino (qui ne chantait pas que de la merde , elle la mimait aussi …) et autres épouvantables bêtises .

… Je viens de comprendre pourquoi le Zoodrome a fait faillite …

Nooon ! Voila que me tombent sous la main les forfaits Skirail du premier week-end de ski organisé avec mes vrais potes … pour l’anecdote , j’avais passé un sale quart d’heure quand arrivés a Luchon , mes nouveaux amis venaient de constater ma notion de distance , ou tout du moins qu’il y’avait plutôt 5km entre la gare et le téléphérique que les 100 mètres que j’avais joyeusement annoncé …
 
Encore un souvenir de regards désapprobateurs , tiens …
 
Après , viennent les petits mots de mon père que je trouvais un peu partout dans ma chambre pour peu que je m’en absente plus de quelques minutes . Un exemple , pour rire …
«  Niko , tu n’ignores pas que c’est la rentrée demain pour 90% du pays … et aussi pour moi . Donc : finis les réveils a point d’heure , les sorties a point d’heure , etc … Cette année doit être infiniment (souligné , ndrl) plus studieuse et sérieuse -et réciproquement- que l’année dernière . Pour tout le monde ici , toi compris (souligné , ndrl et sic) . A bon entendeur . »
 
… Mon premier réflexe en tombant sur ce genre de mot aurait été de mettre ma tête dans le four . Un heureux hasard fit que nous n’avions pas de four , a l’époque …
 
Si quelqu’un a quelques allumettes a me prêter , j’aurais un carton a brûler . Vite …
Partager cet article
Repost0
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 19:54
Je fais souvent des rêves aussi déstabilisant que traumatisant (que personne ne vienne me dire que c’est la même chose !) , qui me font regretter les cauchemars qui premiers hantèrent mes nuits (un requin qui avait élu domicile dans ma salle de bain , une horreur) .
 
C’est ainsi que j’ai fait il y’a quelques temps ce rêve traumatisant ou l’on perd toutes ses dents . Une abomination que ce rêve … je parle avec un quidam et blam , une première dent part dans un bruit de revolver ricocher sur son visage . Je me sens alors déjà plutôt confus , jusqu'à ce qu’en mangeant toutes mes dents s’assemblent en igloo un peu plus bas , dans mon assiette

… j’ai des rêves très Tex Averiens …
 
Le rêve le pire que j’ai fait reste quand même celui ou je devenais aveugle . Désolé pour mes références , je pense avoir été marqué par un épisode de Jeanne et Serge ou une des coéquipières de Jeanne devenait progressivement aveugle , sur fond de musique mélodramatique …
 
Mis a part qu’il soit on ne peut plus inquiétant pour mon hétérosexualité -que je croyais sans faille- que je m’identifie a une volleyeuse , mon rêve était on ne peut plus affolant . J’avais la vue qui baissait progressivement , et je savais que j’allais devenir aveugle . Aussi essayais je de profiter des derniers instants de vue qu’il me restait en faisant des trucs intéressant , comme faire mes courses dans un centre commercial (oui , j’ai une notion d’intéressant qui peut laisser pantois …) ou je renversais des piles de conserves et me prenais tous les caddies des autres clients médusés … je me souviens que j’y rencontrais des têtes que je connaissais , et sur un ton bénin leur annonçait « moi ? Ça va , je suis juste en train de devenir aveugle ! » .
 
Et on s’étonne que je ne sois pas un gros dormeur …
 
Dans la réalité vraie (pléonasme , non ?) , j’ai passé une semaine de merde a devenir fou d’angoisse parce que je n’arrivais pas a ouvrir mes yeux plus qu’un matin a 8h du mat (maître étalon en la matière) , mais cela sur l’espace de journées entières … J’ai vu poindre l’horrible moment ou j’allais devoir porter des lunettes , ressemblant un peu plus de ce fait a mon père s’il en était encore besoin …
 
Après avoir rasé une génération de petites amies en ayant l’autoritarisme d’un Staline dans ces mauvais jours pour qu’elles portent le minimum du minimum leurs lunettes , je pense sincèrement que je n’aurais survécu a cet insoutenable coup du sort et serais allé tâté la vase de la Garonne de plus près …
 
De toute façon , je n’ouvre pas les yeux sous l’eau …

Partager cet article
Repost0
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 19:51
J’avais honteusement laissé Fanny a Toulouse , partant rejoindre mes amis a Gimont pour faire partie de l’aventure folklorique « Toulouse Bayonne a vélo » …
 
Pendant que je suais comme un damné a me demander ce qui m’avait pris de vouloir faire le zouave sur les routes dantesquement vallonnées du Gers  , Fanny faisait frire de rassis hamburgers dans le sinistre Quick de Gramont , a attendre que son idiot de copain (je parle de moi , bien évidemment … j’aime beaucoup la 3eme personne , utile pour brouiller les pistes) revienne des ferias de Bayonne ou il avait la peu avouable ambition de se saouler la gueule .
 
… ça arrive …
 
Ayant pris pour insupportable habitude d’abréger systématiquement mes vacances pour de bénignes raisons les années précédentes (ne pas ranger l’appart le jour du départ , aller réparer une embrouille sentimentale , éviter le regard lourd et désapprobateur de ceux qui ont constaté que j’ai tenté de faire des crêpes …) , je m’étais juré d’être dans les  derniers a partir cette année la .
Ce qui induisait immanquablement que je me dédise sur ma promesse de rentrer plus tôt , faite a Fanny avant de partir . J’ai beaucoup d’insupportables habitudes de ce type …
 
Aussi , quand je rentrais frais comme une rose a Toulouse et venait cueillir la belle Fanny au Quick ou elle travaillait , la trouvais je d’aussi bonne humeur que , par exemple , un maire de Paris n’ayant pas obtenu l’attribution des JO en 2012 .

… J’ai vraiment cru a sa tête que ma dernière heure était arrivée . Une divine providence compatissante m’a permis de survivre a la sainte colère de la Fanny …
 
Bref , après m’être confondu en excuses , j’arrivais a convaincre l’objet de mes fantasmes de naguère (ne le répétez pas : elle a une très jolie poitrine . Entre autre …) de partir le soir même . Nous avions décidé de partir a l’aventure du coté de la Méditerranée (mon portefeuille sonnait trop creux pour donner un autre sens a la notion « d’aventure ») , cad de théoriquement dormir a la belle étoile . D’un coté cela aurait un aspect romantique dont je ne suis pas toujours dépourvu , de l’autre cela devait me permettre d’assouvir -enfin- mon fantasme de faire des galipettes dans le sable …
 
… je vous laisse imaginer ma consternation quand en arrivant vers 3h du matin sur les plages de Sète , il pleuvait plus qu’un mois d’Avril particulièrement maussade . Nous avons tenté de dormir sur la plage , mais Fanny a beaucoup insisté au bout d’une heure pour que nous dormions dans la voiture parquée sur le bitume quelques mètres plus haut .
 
… Les fantasmes ne sont plus ce qu’ils étaient .
 
(…)
 
Echaudés -ou refroidis , au choix- par cette nuit a dormir pliés en quatre dans une voiture loin d’être aussi spacieuse qu’une 4L en version raccourcie , et surtout par un réveil douloureux a transpirer a peine plus que dans un hammam déréglé des les premiers rayons de soleil , nous décidions de chercher un hôtel pour dormir plus confortablement (doux euphémisme) le soir suivant .
Ah ! Ah ! Cherchez donc un hôtel a la dernière minute un 15 Août . J’ai fait glousser a peine honteusement une génération d’hôteliers avec ma requête insolite (« Par pitié , vous n’auriez pas une chambre , un cagibi , une tente a me louer même a un prix honteusement prohibitif ? ») … Je vous défie de trouver mieux qu’une chambre insalubre a l’hôtel de la gare d’Agde , hôtel que j’aurais pu chercher des heures tant de façade il donnait plus l’impression d’être un dépôt de la Sernam …
 
L’air de rien , les draps du lits n’avaient pas du êtres utilisés par plus d’une demi cinquantaine de personnes avant nous , le vrai luxe , quoi !
… Je ne jurerais pas en revanche que ces personnes n’avaient pas du occuper en même temps ce lit . Une chose est sure , ce dernier avait beaucoup vécu …
 
(…)
 
Désireux de faire oublier a ma Fanny l’effroyable cloaque dans lequel nous allions devoir tenter de nous reposer , je l’emmenais manger au port du Cap d’Agde , espérant relever le romantisme d’une situation aussi noire que le plafond de notre chambre d’hôtel , ce qui en soit n’est pas peu dire .
 
C’était oublier l’incroyable banalité de cette ville qu’est le Cap d’Agde . Je me souviens avoir pensé que l’architecte responsable de ce port atroce devait être celui qui avait construit les barres du Mirail , le Cap d’Agde devant indéniablement être son brouillon …
 
Nous avons réussi a trouver , au milieu d’une foule grouillante et profondément antipathique , un restaurant qui sauve le tableau …

… Et qui permette de faire oublier a Fanny les 20 minutes du retour vers la voiture garée a Perpette les Oies , a courir sous une pluie démente , responsable sur ma personne d’une demi dizaine de chutes grotesques a peine atténuées par le bras complaisant de ma douce …
 
Aaaaaah … les vacances …
 
PS : J'exagère comme bien souvent , j'ai passé une semaine divine ...
... bien entendu (c'est fou , je ne peux pas m'en empêcher !) .
Partager cet article
Repost0
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 19:49
Bien que je n’avais encore qu’une petite voix fluette , mon père s’inquiétais très tôt de mon avenir professionnel , me faisant remarquer assez régulièrement que mes résultats scolaires ne me permettraient a peine de n’être qu’un éboueur , ou selon la formule consacrée par la suite , un « pousseur de caddies » (ce qui était en soit encore optimiste , cette profession semblant en passe de disparaître) …
 
… de telles attaques n’ont jamais réussi a obtenir d’autre résultat que m’inciter a ne pas bosser plus , je pensais partir de trop loin pour imaginer une revalorisation professionnelle dans l’imaginaire parental , comme employé a la poste , pourquoi pas …

 
Dans le fond , mon problème a été non pas de n’avoir pas plus d’ambition qu’un rmiste de 20 ans , mais au contraire d’avoir des ambitions certes mignonnes mais sans le moindre doute démesurées .
 
C’est ainsi qu’en 2002 , j’avais mangé au restaurant avec mon amie May Aurore Kukzewski Poray (j’ai toujours eu un faible pour les filles d’origine Polonaise … le lien de parenté avec la vodka , sans doute) ou nous avions autour d’une table renouvelé Yalta en décidant de nous partager l’Europe , elle récupérant les pays de l’Est et moi de l’Ouest , l’un et l’autre ayant l’obligation d’aider l’autre a gravir les échelons du pouvoir …

… On a appelé ça « le Pacte Japonais » , a l’intention des historiens , plus tard …
 
Lorsque j’ai pris mon appartement , j’ai pensé qu’il me servirait de QG pour déployer mes idées et mon désir de mordre la vie (« Aiiie ! Mais il est con ce type ! - Ben non , j’illustrais l’expression je mors la vie … ») .

… Il est permis d’esquisser un sourire devant cette bonne volonté , naïve mais tellement gentillette …
 
J’ai aujourd’hui une peur viscérale qui me paralyse , l’impression un tantinet désagréable que quelqu’un joue avec mes boyaux en les tirant a hue et a dia , enfin bref , j’ai peur d’échouer dans mes ambitions pharaoniques et de finir peut être pas « pousseur de caddie » mais a des années lumières de mes ambitions passées . Ce qui est terrible , c’est que j’ai toujours mes ambitions et l’énergie qui pourrait me permettre de ne pas être aussi médiocre que je suis en passe de le devenir , mais une flemme et un certain découragement ont commencé a me rendre aussi efficace qu’un mollusque souffrant d’une agonie douloureuse …
 
… j’ai hésité a parler de « mollusque cancéreux » , mais je ne me souviens pas si les mollusques peuvent souffrir du cancer …
Partager cet article
Repost0
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 19:47
A la fin des vacances , je suis toujours dans le même état  qu’un champs d’OGM après le passage d’une bande d’écologistes soixante-huitards : fauché . Aussi , j’en viens a faire des économies de bouts de chandelles , comme par exemple en mangeant des pâtes au beurre et au ketchup (qui deviennent vite pâtes au beurre , puis pâtes tout court) , ou par exemple en rentrant de mon séjour par la Nationale plutôt que par l’autoroute .

C’est vrai … Pourquoi ne pas mettre 5H30 de trajet quand on aurait pu le faire en 2Hderrière un camion asphyxiant ?
 
C’est ainsi que j’avais décidé en rentrant d’Espagne de passer par les nationales intérieures , qui présentaient la caractéristique détonante d’êtres sinueuses et dégarnies au possible de broutards du dimanche (je parle des vieux roulant a 30km vous donnant l’impression que vous deviendriez fous si vous n’aviez la possibilité de les dépasser dans les 30 secondes) . Je deviens très vite nerveux en voiture . Entre autre …
 

Alors que je roulais gentiment sous la limite de vitesse , une espèce de voiture légèrement typée sport commence a me coller , et a me faire comprendre qu’elle n’accepterait qu’un temps modérément long qu’une Twingo miteuse lui barre son chemin . Je ne sais pas pourquoi , mais je suis devenu complètement fou . Sans doute avais je besoin de me défouler les nerfs , mais j’ai commencé alors a écraser le champignon , et a rouler comme un dément , d’une manière a donner une crise cardiaque au pauvre type qui m’a donné mon permis (a mon second essai , ma première tentative m’avait vu m’arrêter au milieu d’un rond point …) .
 
C’est ainsi que j’ai perdu l’espace d’une bonne demi heure , tout a ma course de rallye improvisée , toute notion de prudence et donc de « ligne blanche infranchissable » , de « on ne dépasse pas dans un virage » , et de « il paraît qu’on doit ralentir a l’entrée d’un un village » . Un vrai petit con , j’en ai honte rien que d’y repenser tiens …
 
A la sortie d’un village ou j’avais eu le pied lourd sur l’accélérateur , je distingue une silhouette au milieu de la route . Un espèce de bonhomme tout de bleu vêtu , faisant des petits moulinets de la main . Allons bon , qu’allait me vouloir cet autochtone ?
Mon sang s’est bien évidemment glacé quand j’ai compris que le bonhomme bleu ,  loin d’être un agréable local en difficulté passagère , était un pandore qui allait m’en causer a moi quelques unes …
 
Alors qu’il venait a ma fenêtre et me demandait sèchement « papiers du véhicule , assurance , permis de conduire » , ma vie défilait dans ma tête , et déjà -éternel optimiste- je me voyais devant le juge d’un poussiéreux tribunal de police en train de me justifier (« Mais enfin monsieur le juge ! Comprenez donc que la voiture derrière moi m’avait provoquée ! ») et mes parents pleurer derrière moi quand je serais condamné a perpétuité pour conduite dangereuse et délit de sale gueule .
 
… Je ne me souviens plus si dans ma tête le délit de sale gueule était plus la raison de la perpétuité que la conduite dangereuse …
 
Au bout de 10 minutes de ces réflexions internes , je sortais de ma léthargie et remarquait que je n’avais toujours pas reçu les sommations d’usage (« vous avez le droit a un avocat … tout ce que vous pourrez dire pourra être … ») .
Aussi aventurais je timidement au pandore cause de mes cheveux soudainement devenus blancs la question audacieuse qui suit : « Excusez moi , je me doute que j’ai du faire une connerie (comme violer le code de la route environ 999 fois dans toutes ces règles , par exemple) mais j’aimerais bien savoir laquelle ? » .
 
Et la le pandore me sourit et me dit : « Ah non , ce n’est qu’un simple contrôle de routine » …
 
(…)
 
Adieu veaux , vaches , juge des libertés et de la détention , prison … une nouvelle vie s’offrait a moi …
 
… A ma tête goguenarde , le pandore a du flairer que j’avais sans doute un « cadavre dans le coffre » , mais comme je l’ai appris en droit pénal , le délit de sale gueule n’existe pas …
 
Encore heureux , j’aurais un forfait a vie sinon …
Partager cet article
Repost0
4 mars 2006 6 04 /03 /mars /2006 19:45
N’ayant pas réussi a me faire embaucher dans un premier temps par Contactel , le DRH m’ayant trouvé un brin nerveux (« il se drogue ce type ? » est une réflexion qu’il aurait faite) et rechignant a embaucher un étudiant en droit (« encore un type qui va nous créer des emmerdes » , c’est de lui ça aussi)  , j’avais vu le poste me passer sous le nez et je me retrouvais donc dans l’obligation de trouver vite et bien un autre boulot .
 
C’est ainsi que je frappais a la porte de la « Boite a Pizza » . Sur un grand coup de chance , je tombais sur la gérante qui m’informais alors que l’annonce que j’avais vu a l’Anpe datait de seulement quelques mois , et que tous les postes étaient occupés . Passablement médusé par la fraîcheur des annonces de l’Anpe  , je lui répondais avec un sourire le moins faux que possible que si un poste venait a se libérer , j’étais immédiatement preneur .
 
Elle m’a rappelé le soir même , un de ces employés ayant eu la mauvaise idée de lui casser les pieds après mon passage … le monde du travail est impitoyable .
 
C’est ainsi que je débutais le lendemain . J’avais dit que je connaissais parfaitement le quartier . J’aurais du dire : que j’avais parcouru au moins une fois une ou deux des rues avoisinantes . Lorsque j’ai pris ma première livraison , j’ai cru devenir fou a chercher une rue qui avait été en fin de compte rayée de la carte lors de la création de la médiathèque … la pizza n’a du qu’être très moyennement chaude a l’arrivée .
 
Je n’ai jamais autant mangé de pizzas qu’avec ce boulot : normal , chaque fois que un client nous avait fait un plan foireux (genre donner une fausse adresse a perpette les bains) , chaque fois qu’une pizza arrivait aussi abîmée une vieille rock star anglaise en fin de carrière , alors cette pizza avait la forte probabilité de finir dans l’estomac des salariés . Il est arrivé que je fasse exprès de massacrer une pizza pour qu’elle soit invendable : ce cas se produisait souvent lorsque la pizza m’avait tapé dans l’œil …
 
Dans ma tête , j’avais une conception extrêmement naïve de la conception des pizzas : j’imaginais que ça se limitait a un cuistot chopant des ingrédients tombés de je ne sais pas ou et l es posant au petit bonheur sur une pâte préfabriquée . J’ai eu un frisson d’angoisse quand on m’a demandé de préparer les ingrédients , car il allait falloir que je fasse quelque chose de délicat a laquelle je n’étais absolument pas préparé : me servir de mes mains .
 
Il faut savoir que je me sers assez habilement du fait que l’on m’ait fait changer de main directrice (les gauchers n’étaient pas aimé dans les années 80) petit pour refuser aussi souvent que possible toute tache manuelle (« tu n’y penses pas ? Je suis un gaucher contrarié ! ») . Mais la , j’ai du pour conserver mon job apprendre a couper du jambon (et non pas me couper les doigts uns par uns) , a éplucher des tomates (et non pas m’ouvrir la main) , a faire cuire du magret (et non me brûler au 3eme degré) …
 
C’est avec plaisir que j’ai quitté ce boulot , mes mains sanguinolentes et fumantes irrémédiablement aussi abîmées qu’endolories …
 
Je ne suis vraiment pas un manuel .
Partager cet article
Repost0
2 mars 2006 4 02 /03 /mars /2006 19:44
J’ai une tendance fâcheuse a vouloir rendre service a des personnes qui somme toute ne m’avaient rien demandé . D’autant que généralement , mes services s’avèrent un brin empoisonnés , un peu comme quand ma voisine demande de lui installer le wifi et que 1 mois après , j’en suis encore a essayé de lui réinstaller le son sur son fichu ordi qu’il m’a fallu formater . Il est bien évident que le wifi ne fonctionne toujours pas …

… je ne sais plus quelles excuses bredouiller quand je la croise , je rentre chez moi sur la pointe des pieds …
 
Bref … m’étant rendu a nouveau par erreur a un td (c’est fou ce que je vais en td quand je n’ai rien a y faire) , ou j’ai pu continuer a construire ma légende en faisant une arrivée aussi remarquée que le départ quelques minutes après , j’ai été a l’administration afin de tirer au clair cette sombre embrouille . Une de plus …
 
J’aime beaucoup la personne de l’administration que j’ai du voir pour mon problème , et elle même aussi semble m’apprécier depuis qu’elle m’a vu venir un jour lui supplier de changer de matière de td pour que finalement je revienne le lendemain lui dire que j’avais agit inconsciemment et que mon premier choix était finalement le bon . Je crois que je l’ai fait rigoler sur ce coup la , mais elle n’ose me l’avouer …
 
Bref , rentrant en territoire connu , je lui demande avec le sourire de me renseigner sur mon problème , ce qu’elle accepte de faire avec un sourire généralement inexistant a UT1 . Et la , mes oreilles l’entendent pester sur « la lenteur de son ordinateur » …

Et la le Nico s’emballe « Ah mais attendez , vous avez internet sur votre ordi ? Oui ? Ok , si personne ne s’occupe de l’entretien de votre pc , alors je sais d’où vient le problème . Si vous voulez , je peux vous réparer ça … »
 
… Putain , la ferme Nico … Le jour ou tu comprendras ça …
 
J’ai commencé devant son regard inquiet a faire le nettoyage façon bulldozer sur son pc , jusqu'à ce qu’en supprimant un important nombre de fichier , l’ordi se mette a ne plus répondre …

Nom de dieu , j’ai passé des minutes insoutenables a attendre que l’ordi réagisse , un fleuve coulant sur mon front moite et brûlant … elle , semblait se demander comment elle allait avouer a l’administration que son ordi avait été carbonisé par un étudiant …
 
Je suis sorti de son bureau les jambes flageolantes , en me jurant de ne plus toucher le pc des autres …
Partager cet article
Repost0
1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 20:28
La raison essentielle pour laquelle je paye un loyer de 420€ par mois alors que j’habite a 500 mètres de chez mes parents est que je n’avais pas a proprement parler chez eux une chambre .
 
Il y’a quelques années de cela , mes parents avaient jeté leur dévolu sur l’appartement de Jean Jaurès et n’ayant que 14 ans , j’avais logiquement été parqué dans la même chambre que ma sœur . Après tout , j’avais redoublé ma 4ème , je méritais bien cette sombre punition …
 
2 ans après et sans doute parce que mon père avait du avoir l’effroyable mauvaise idée de soulever mon matelas (aussi , quelle idée !) , il fut décidé pour la préservation de l’innocence de ma petite sœur (qui aujourd’hui en sait plus que moi) que j’emménage la pièce qui servait de bureau a mon père jusque la . Un exil Napoléonien en somme .
 
Je dois dire que j’ai toujours eu du mal a considérer cette pièce comme une chambre . Une porte donnait sur la cuisine , une autre donnait sur le hall d’entrée , une autre encore sur le salon , une (pour la route) donnait sur le couloir menant a la chambre de ma sœur et a la salle de bains … on rentrait dans cette chambre plus facilement que sur la Place du Capitole …
 
(…)
 
J’étais avec ma petite amie de l’époque , et n’ayant plus 14 ans depuis longtemps , nous étions en train de faire les « galipettes » que l’on peut raisonnablement apprécier en couple , d’autant que nous étions seuls , mes parents étant partis a leurs activités respectives .
 
J’étais totalement dans mon « sujet » quand mon oreille a enregistré un pas rapide dans l’escalier … j’ai jeté un coup d’œil rapide et angoissé sur ma montre , l’heure était ridiculement matinale . Je me suis alors dit que j’étais décidément un maso de m’en faire , personne ne pouvait rentrer a cette heure ci …
 
Chbloum ! La porte d’entrée de l’appartement c’est ouverte comme si elle avait été défoncée par un Tricératops mal réveillé . J’ai alors compris que mon père venait de rentrer , et je me suis félicité d’avoir eu la prévoyance de fermer toutes les portes de ma chambre .
 
… J’étais encore dans mon « sujet » quand mon père est rentré dans ma chambre en disant « Eh bien Nico , tu dors enc…. Oups , pardon » .
 
C’est pour ce genre de petites raisons que j’ai du prendre mon appart …
Partager cet article
Repost0
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 20:26
A l’age ou l’on pouvait encore me pincer le nez pour en faire sortir du lait maternel (petit , pour parler simplement) , je ne comprenais pas pourquoi mes parents palissaient lorsque ma grand-mère posait a la fin du repas la question « qui veut du café ? » . Il est vrai que je ne buvais que du thé en cette douce et innocente époque …
 
Ce n’est que quelques années plus tard , et cela bien que j’avais déjà un entraînement de GI endurci adepte de la nuit blanche en matière de café , que j’ai compris -mais un peu tard- a quelle agonie douloureuse je m’exposais en avalant ce café douteux et infâme , préparé dans une fiole chauffée au chalumeau … Un truc visqueux et noirâtre , dans lequel une cuillère en acier trempé serait attaquée par la corrosion . Une goutte , une seule goutte de cet infâme breuvage suffit a vous faire faire des bonds de lapins une nuit durant (faut que j’arrête avec les lapins , moi) .
 
En matière de torture , on n’a pas fait mieux que ce café frelaté depuis l’inquisition . Pour ne pas remonter plus loin …
 
(…)
 
Je me souviens avec émotion de mon premier café . C’était a l’occasion d’un vide grenier dans le Gers . Nous avions pour la première fois décidé d’avoir un stand : il a fait un froid Polaire , et de la grêle nous ait tombé sur le coin de la tête , de quoi se croire en plein Tsunami Thaïlandais . D’où la nécessité d’un café pour surmonter ce cauchemar quasi biblique .

… il s’agissait d’un café de tous les records : il est également le plus mauvais que j’ai bu , abstraction faite du café de ma grand-mère , décidément hors catégorie .
 
(…)
 
J’ai dépensé dans les machines a café du Lycée et de la Fac de quoi renflouer le budget de la sécurité sociale pour la vingtaine d’années a venir . En même temps , l’avantage est que nombre de personnes savent ou me trouver sans avoir a passer le moindre appel :
- si je portais un jean en arrivant le matin , je suis toujours a proximité de la machine a café .
- si je portais un pantalon blanc , je suis rentré chez moi me changer (Mais qui donc inventeras le café stable dans un gobelet ? Et quand ?) et je reviendrais l’après midi avec un jean foncé . Très foncé .
 
Grand consommateur donc , j’aime préparer des cafés pour mes potes ou au boulot , mais il semblerait aux remarques timides que j’ai perçu ses derniers jours que j’aurais la main assez lourde au moment de doser … c’est ce que laissent transparaître les gestes soudainement nerveux de mes collègues de boulot quand j’annonce a la criée « je vais faire le café » , ou des messages que je reçois sur mon portable a 03h du mat « putain des que je remets les pieds chez toi je te promets que je vomis ton café sur ta moquette » …
 
Dans le registre amabilités aux forts relents de caféine … mon père a fait la tragique erreur de me demander un soir de lui faire un café décaféiné (quelle horreur … du « café décaféiné » , un scandale que ne saurait justifier un sommeil difficile) , ceci après avoir été très modérément sympa les quelques heures précédent cette demande insouciante et -surtout- inconsciente …
 
Je n’ai jamais de ma vie autant rempli une tasse de café (pas décaféiné du tout) . Il a fait des bonds de lapins toute la nuit .
 
Le café n’apaise pas toujours les mœurs , mais il offre des revanches savoureuses …
Partager cet article
Repost0