Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 15:58

« Idiot ! Sombre Idiot ! Mais quel con ! Mais quel impuissant ! Mais quel abruti ! Ce n’est pas possible , enfin ! Seul , chez une fille , lumière tamisée a 2h … pardon , 3h du matin ! Et rien !
Comme un con , j’ai regardé cette idiotie de série grotesque comme le niais que je suis , sans rien faire , sans rien tenter , « sans » ! Enfin je suis définitivement devenu aussi pitoyable qu’une grenouille passée par les cuisines d’un grand restaurant ou quoi ? »

 

Ça , c’est moi en train de tirer un bilan de ma soirée …

 

Bon . Reprenons . Avant d’en arriver a hésiter entre me fracasser le crâne contre un mur d’une petite ruelle sombre ou attendre que le type a la mine patibulaire venant vers moi le fasse a ma place au cas ou il apprécierait mal que je ne lui donne pas le petit euro symbolique que je trouvais la volonté de lui refuser (j’ai toujours rêvé d’avoir une mort digne de figurer en tête d’un journal , « mort pour un euro » étant tout a fait a ma convenance …) , j’avais passé la soirée avec une amie connue a la fac .

 

J’aime beaucoup cette fille comme amie (si ! si !) , je n’ai en général jamais d’idée déplacée en sa compagnie (cas de figure aussi rarissime que la modestie chez un kéké , par exemple) , bref , je suis innocent de tout crime dont on puisse vouloir m’inculper comme le disait le regretté Louis XVI , qui au passage aurait eut moins d’emmerdes s’il avait plaqué son job pour bosser chez Abatis .


C’était une remarque personnelle .

 

Simplement , sans doute l’influence des histoires des uns et des autres ou le fait que dans mon effroyable crédulité j’en vienne a croire que ce qui se passe dans les films américains soit réaliste (« tu montes prendre un verre » ne veut absolument pas dire en France -jusqu'à preuve du contraire- « j’ai envie de toi grand fou » , a mon grand regret) , je m’en suis voulu d’avoir même pas esquissé la moindre velléité , disons -par exemple bien sur- d’ordre sexuelle .

 

Après avoir racketté le boulanger de garde de la place Jeanne d’Arc d’une cigarette sur laquelle je tirais rageusement en me maudissant d’avoir offert mon avant dernière cloppe a un ami qui l’a prise quasi a contrecoeur , je tentais de trouver un moyen de me convaincre de ne pas me castrer définitivement , tentant de comprendre comment j’avais eu un certain nombre de fois le culot de oser et un incroyable certain nombre d’autres fois eut l’absence d’une once de prétention de virilité .

 

J’était ainsi perdu dans mes réflexions quand j’apercevais en bas de chez moi une camionnette rouge , mon instinct surentraîné me faisant deviner avant que se soit humainement possible de le voir qu’il s’agissait de pompiers . Sans doute un peu précipitamment , je réfléchissais déjà a la meilleure manière d’annoncer a mon père un retour honteux a Jean Jaurès (« tu vas rigoler , mon appart a brûlé ! Ça rime en plus ! ») .

 

Constatant l’absence de fumée a la hauteur de mon appartement , je déduisais dans un premier temps que ce ne serait pas pour cette fois que j’aurais l’immense plaisir de faire jouer mon assurance incendies , et dans un second temps considérait l’œil noircit de la fille qu’entouraient les types du samu et qui tentaient de lui faire comprendre « que ce n’était de toute façon pas un mec bien pour elle dans ses conditions » …

 

C’est le genre de petits trucs qui font relativiser vos propres pitoyables échecs personnels .
Partager cet article
Repost0
12 avril 2006 3 12 /04 /avril /2006 00:52
Je pense m’être assez régulièrement extasié sur le fait que ma fac soit essentiellement peuplée de filles , mais j’évoque beaucoup plus difficilement la difficulté de rencontrer ces dernières en milieu moins hostile .
Par exemple le soir devant un verre .
 
L’essentielle majorité des filles a qui j’ai eut la chance de parler a UT1 (certains attendent encore…) ne m’ont parlé qu’a la veille d’examens pour me demander si a tout hasard il ne me dérangerait pas de leur prêter mes cours , mais fuyant ensuite mes propositions de soirées aussi vite qu’un banquier monégasque a l’évocation d’un contrôle fiscal .

Je ne me connaissais pas une tête de fonctionnaire …
 
(…)
A force de me déboîter la tête a observer l’amphi , j’ai fini par « la » remarquer . Une jolie brune a l’air sympa , ne dépassant pas le 1m73,5 comme j’ai pu agréablement le constater en passant par inadvertance a proximité d’elle .
 
Je suis passé maître dans l’art de provoquer les situations inadvertantielles (terme qui vaut de loin abracadabrantesque , sans parler de pschit …)
 
Je dois dire que contrairement a certaines apparences effroyablement trompeuses , je suis resté sur certaines phases de la séduction aussi doué qu’un puceau mal dégrossi , particulièrement celle ou l’on tente de lier conversation avec celle qui vous a tapé dans l’œil .
… J’ai passé 6 mois a jeter des regards dans sa direction , qui vu qu’elle les a relevé n’ont pu qu’êtres interprétés comme un étrange strabisme ou la preuve que je suis un idiot sans cervelle .
 
J’espère on ne peut plus vainement qu’elle ait retenu la solution du strabisme .
 
(…)
 
J’ai cru devenir fou (enfin un peu plus que je puisse déjà l’être) quand j’ai vu qu’elle était dans mon td d’anglais cette année . J’ai pensé qu’en connaissant au moins son prénom , j’allais avoir une chance d’être un peu moins médiocre que Ross ne l’avait été , lui , avec sa Rachel .
 
Elle s’appelle Rachel , bonne observation de votre part .

Il y’a quelques semaines , après avoir vu les td défiler les uns derrière les autres sans que je n’ai esquissé la moindre tentative aussi désespérée qu’elle soit (après tout , Napoléon aussi a connu de pitoyables déconvenues en Russie …) , j’ai décidé de tenter le tout pour le tout en allant voir Rachel a la sortie du td .
J’ai laissé passer deux Td de plus avant de mettre en application cette décision …
 
(…)
 
« - Rachel !
- Pardon ? (dit-elle , hésitant visiblement a sortir son gaz lacrymo en me voyant courir derrière elle)
- Oui , je … broumph … voila , je ne sais pas si tu as remarqué que je te regarde depuis 1 an (dans ma tête : idiot ! Tu vas passer définitivement pour un timbré !) … pardon quelques temps … et … hum … je me demandais … si je pouvais te proposer de prendre un verre ? »
En fait , j’avais baissé les bras au moment ou j’avais articulé mon premier mot (vaste performance en soit , d’autant que mes jambes semblaient me lâcher …) et c’est a peine si je l’ai entendu me répondre poliment « oui » , de toute façon je n’ai jamais osé aller la revoir .
 
J’ai depuis un regard vitreux en amphi . Et en td d’anglais …
Partager cet article
Repost0
10 avril 2006 1 10 /04 /avril /2006 00:51
On ne peut pas dire que je sois quelqu’un de foncièrement sale . Non , non , je ne le permettrais pas au nom des douches de 15 minutes qui m’ont valu un appel angoissé et soupçonneux de ma propriétaire , que j’ai su habilement calmer en lui rappelant que la petite fuite sur mes WC (que j’avais mis 2 mois a signaler , quand même) devait probablement être  la cause de ma consommation excessive , qui certes aurait pu en elle même expliquer l’assèchement de la Mer d’Aral .
 
… Quand je suis sous la douche , au bout d’un certain temps je me dis « dans 30 secondes je sors » et entame alors le sinistre compte a rebours . Sans doute un bug de ma part , arrivé a 10 j’ai une tendance récurrente a repartir de 30 …
 
Je fonctionne également sur ce système au réveil le matin …
 
(…)
 
Cela faisait plusieurs jours que je repoussais l’inévitable moment ou je rangerais mon capharnaüm d’appartement , découragé a l’avance a la vue du spectacle tchernobilien qu’il présentait depuis quelques temps , c’est a dire depuis environ 3 semaines .

Il fallait bien que je me décide , la moquette devenait douloureuse sous le pied … je dois préciser que 3 semaines correspondent vaguement a 3 verres cassés a différents endroits de la pièce , et que j’ai la flemme de dégainer l’aspirateur pour des accidents aussi anecdotiques .
 
Bref , d’humeur joyeuse et le pas ferme , j’attrapais l’aspirateur et me mettais en devoir de faire subir un sort a ma moquette .
 
(…)
 
« Tiens ? C’est quoi ce truc ? » . Une petite roue vient de décider de faire sécession avec le reste de l’aspirateur .
Je souris . Ou croit-elle aller celle la ? Sortant mon petit manuel du parfait petit Abraham Lincoln , d’une main ferme je ramène la dissidente dans le droit chemin …
 
En moins de temps qu’il n’en faut a un député pour voter la confiance sur un 49-3 , la petite roue repart a l’autre bout de la pièce , décidée a jouer sa partition qui de toute évidence est très différente de celle que je compte lui imposer .
 
Bon . Inspire . Expire . Courage Nico , tu ne pouvais pas prétendre a une victoire aussi facile , c’était tellement prévisible …
 
Après m’être rendu compte de la totale inefficacité de l’aspirateur sans cette petite roue (ne collant plus au sol , plus d’aspiration du tout) , et après avoir poussé un hurlement de colère a faire trembler l’immeuble sur ses bases , je jette un coup d’œil plus long sur le mécanisme plutôt rudimentaire servant a accrocher la petite roue , et en vient a supposer en moins de temps qu’il n’en faut a un sourd a reconnaître un La dièse d’un Si bémol qu’il me faut trouver un moyen de coller cette putain de roue .
 
(…)
 
« - Oui ? (ma voisine , celle a qui j’ai planté l’ordinateur pendant 2 mois)
- Bonjour , aurais tu du scotch a me prêter ?
- Bien sur . Dis , c’est toi que j’ai entendu hurler il y’a quelques instants ?
- Hum … oui , une petite contrariété … (il faut que je donne mon préavis avant de passer définitivement pour un fou dans cet immeuble …) »
 
(…)
 
Ok , maintenant trouver un moyen d’immobiliser cette saloperie de roue . Après une première tentative infructueuse ou en voyant la chose rouler de l’autre coté de la pièce j’ai cru que j’allais tenter de battre un record de lancer d’aspirateur par la fenêtre d’un deuxième étage ,  et une deuxième ou j’obtenais un résultat pitoyable malgré le fait que j’ai vidé le rouleau de scotch de ma voisine , je jetais l’éponge .
 
J’ai passé 45 minutes a passer l’aspirateur avec le petit embout , celui qui permettrait a peine d’aspirer le contenu d’un verre a Tequila …
 
J’attendrais 4 semaines avant de recommencer .

Partager cet article
Repost0
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 00:50
Désoriente sensation . Quelque chose ne va pas , je n’arrive pas encore a mettre des mots dessus . Quelle heure peut-il être ? 9h ? Non , même si j’avais un rdv amoureux arrangé avec Heather Graham , je ne me réveillerai pas un dimanche matin a 9h . 12h ? 16h ? Bon dieu , il faut que j’émerge , je suis déjà arrivé en retard hier au boulot et a ce rythme la je vais pointer aux Assedics tellement vite que le CPE n’aura même pas eu le temps d’être abrogé …
 
Bon . Ca va , je peux encore bouger la tête . Pour les bras , faudra repasser plus tard . Mais ? Je suis encore habillé ? Nooon ! J’ai dormi avec ma veste (Esprit , ndrl) , oula , il y’a quelque chose qui ne tourne pas rond …
Procédons par déduction . Je suis dans mon appart , c’est dimanche , j’ai dormi sans me déshabiller , ouf , pas de barbu fleurant bon la récente libération de prison qui me demande « alors , heureux ? » dans mon lit …
 
Ok . Reprenons . Dimanche . Ok , la veille c’était samedi . Oula … Samedi … je commence a comprendre .
Ah oui , j’avais donné rdv a Jenny que je devais présenter a Arnaud , et c’est pourquoi je m’étais habillé en kéké non pas comme des mauvaises langues le prétendent parce que je suis un kéké refoulé mais parce que c’est passe partout pour entrer en boites , en tous cas celles qui plaisent a ces deux hurluberlus .
Après … je crois qu’en rentrant chez moi , j’ai vu de la musique , de la lumière et 2 filles chez mon voisin , et cela a suffit pour que j’éprouve l’irrémédiable besoin de toquer a sa porte .

La musique et la lumière , sans doute .
 
(Sous ma douche)
Ca me revient . J’ai eu l’œil frétillant quand j’ai aperçu la bouteille de whisky , et je me suis sévèrement dérouillé malgré le fait que je n’avais pas graillé de la journée . En même temps , il faut avoir des priorités dans la vie , et vu la tournure improbable de la soirée , j’allais pas en perdre une miette pour justement m’en remplir l’estomac . Question de cohérence . J’ai même du me resservir la veille après avoir fait ce joli raisonnement …
 
(En T-shirt , a chercher désespérément ce foutu café , vainement puisque je l’ai oublié la veille au boulot)
Y’a un blem . Je me souviens d’avoir vu Ben , Tom , les autres dont Romy (j’en suis sur , j’ai été choqué de ne rien trouver de désagréable a lui dire …) et pourtant pas de trace de soirée chez moi ? Une déduction s’impose . Je les ai fait venir chez mon voisin .
 
Il commence a le payer cher son accès « gratuit » a mon wifi … Pardon Flo , je le ferais plus .
 
(…)
 
C’est la que mes souvenirs et la dernière once de crédibilité et de sérieux qui me restaient s’arrêtent .
J’ai vaguement cru comprendre aux dires de Ben (venu s’assurer que je n’avais pas fait un coma éthylique après son départ) que j’aurais aimé être spectateur de ma propre déchéance .

Les saouls sont une source de divertissement sans commune mesure …
 
Il semblerait que nous ayons été au cardinal après avoir épuisé la patience de mon voisin , ou sur suggestion pernicieuse de Tom j’ai entrepris de compter le nombre de chaises marquées d’un nom d’acteur , sous le regard dubitatif du videur …
 
J’ai connu des moments plus glorieux , c’est un fait .
 
Quelqu’un a eut la désobligeance de me ramener en mon foyer sur son épaule (je prie pour qu’il n’y ait pas eu trop de témoins …) . Chez moi , n’étant pas encore totalement fini , ils ont eu l’idée de me provoquer au jeu du cul sec . J’ai en effet une intéressante tendance a réagir comme un Mc Fly se faisant traiter de mauviette , et des que l’on me dit , par exemple , « pfff … tu n’as bu qu’une petite gorgée la … » , je réagis , toujours par exemple , en vidant la moitié de la bouteille au goulot .
 
… J’ai dormi du sommeil des justes quelques secondes plus tard …
Partager cet article
Repost0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 00:48
Jeudi soir .
 
Alexandra m’a invité a me joindre a ses amis pour fêter dignement ses 25 ans , anniversaire qui comme elle me l’avait rappelé gentiment quand je le lui avais souhaité datait de 2 semaines plus tôt .
 
C’est un fait : je ne suis pas doué pour me souvenir des anniversaires , mais il faut remettre les choses dans leur contexte : sur 10 nouvelles personnes que je rencontre par semaines , je me souviens avec énormément de bonne volonté du prénom de 3 d’entre elles . Alors pour ce qui est des anniversaires …
 
Le pire , c’est ce que même les personnes dont je me suis efforcé de retenir le prénom , en raison d’un intérêt sans équivoque que je leur portais , ne sont pas a l’abri d’une infame défaillance de ma pathétique mémoire , et je passe alors de cruelles discutions avec elles a essayer de leur faire redire leur prénom sans qu’il soit trop évident que je sois a coté de la plaque …
 
Ok Sandrine , t’appeler Sandra était bien une tragique erreur et non un diminutif sympa et affectueux …
 
Bref , ayant rdv 21h a la halle aux grains , je partais fort logiquement a 20h59 de chez moi , m’attardant quelque peu en chemin quand je percevais la discussion d’un groupe de filles derrière moi sur le fait que l’une ait organisé un sondage dans sa classe qui donnait Sarkozy haut la main président en 2007 . Sondage faussé comme je lui expliquais brièvement puisque le groupe d’ imbéciles ayant donné son opinion faisait partie d’une Prépa Fermatienne , a mon avis aussi représentative de la population nationale qu’un chasseur au milieu de lapins…

Parole d’expert .
 
Arrivé vers 21h07 a la Halle aux grains , je songe a me donner une mort longue et douloureuse pour me punir d’avoir oublié mes cigarettes sur mon bureau après m’être dit 3 fois avant de partir « Tiens , je vais  éviter le gag et penser a les prendre cette fois » . Après m’être copieusement traité de divers noms d’oiseaux , je fonce comme un dératé au tabac le plus proche , et retourne au restaurant , suant et stressé .

… Le restaurant était bien évidemment non fumeur .
 
Je fumais rageusement une dernière cigarette sur le trottoir en appelant Jeremy et Elga pour leur demander de patienter (« Le repas est presque terminé , on en est au desserts … ») tout en me demandant comment je ferais pour les faire patienter les 2h qui allaient suivre …
 
Après avoir réussi avec succès a distinguer des autres invités ceux que je connaissais déjà des têtes qui m’étaient absolument aussi inconnues que l’art de rétrograder en seconde a l’entrée d’un rond point -mais ayant été toujours aussi médiocre pour me souvenir des prénoms, faut pas trop en demander non plus- , je cherchais un moyen de passer pour un joyeux convive , rien ne m’agace plus que d’être dans la partie de la table ou les discutions sont moins nourries qu’un Coréen du Nord refusant de faire son service militaire .
 
C’est ainsi que s’engageait un débat autour d’une malencontreuse mésaventure arrivée a l’un des amis d’Alex . Le pauvre était persécuté par la Sncf , qui lui reprochait non pas d’avoir eut l’inconscience de risquer sa vie dans un de ses fichus trains délabrés , mais d’avoir acheté son billet a 25 ans et voyagé a 26 .
Question cadeau d’anniversaire , la Sncf est joviale : j’imagine trop le contrôleur sauter d’un pied sur l’autre en chantant joyeux anniversaire et tendre le PV de 75€ (devenu amende de 375€ depuis pour raisons diverses et variées, comme une contestation en bonne et due forme .) …

Personnellement , une telle tête de fonctionnaire m’aurais inspiré l’envie de passer mes 10 anniversaires suivants en tôle a Muret ou dans une maison de retraite pendant 2 semaines pour des travaux d’intérêts général (je préfère la tôle , somme toute) en raison du meurtre avec préméditation et barbarie aggravée d’un agent Sncf assermenté …
 
Après avoir répondu au téléphone a Jeremy qui se demandait comment mon dessert pouvait autant durer , et quoique tout content d’avoir l’occasion de mettre en application mes quelques connaissances juridiques pour expliquer au quidam comment se sortir de cet effroyable merdier (je lui ai proposé entre autre de se blesser dans un train pour attaquer en réparation la Sncf …) , je blêmissais quand il me proposait de prendre le dossier qu’il avait bien évidemment dans sa voiture …
 
Il m’était déjà arrivé de vouloir rendre service a un ami qui m’avait ensuite sans doute pour me remercier de mon geste harcelé 3 fois par jour pendant des semaines pour me demander si j’avais étudié son dossier sur tel ou tel point …
 
… J’ai esquivé l’offre de l’ami d’Alex -oui , je n’ai pas retenu son prénom- …
Partager cet article
Repost0
7 avril 2006 5 07 /04 /avril /2006 00:43
Beaucoup de personnes ont l’intelligence de vivre pour elles mêmes .
 
N’étant pas mon plus grand fan (et n’en ayant pas pour autant une pleine pellée) , je suis affligé d’une tare -disons une de plus- assez crispante : je ne vis que pour ce qu’en pensent les autres . La ou c’est crispant , c’est que cela me fait fonctionner par à-coups , fonçant aussi vite qu’un Jacques Mellick lorsqu’une de mes idées enthousiaste les autres , freinant des 4 fers des lors que je me retrouve confronté a un bide retentissant .
Il m’est arrivé de passer de l’un a l’autre plus rapidement qu’il n’en faut a un hyperactif doté d’une sensibilité hors du commun pour crier « aie » après s’être empalé sur un clou . Acéré .
 
C’est ainsi qu’au niveau scolaire , j’ai particulièrement baissé les bras au sortir du CM2 après m’être fait engueulé comme du poisson pourri d’avoir raté le 16 de moyenne trimestrielle .
J’ai un sens de l’injustice particulièrement aigu , et mes bouderies durent des années .
… ce que je ne ferais pas pour justifier un flegmatisme sans nul pareil …
 
Ayant des lors enchaîné des résultats scolaires susceptibles de réhabiliter dans l’opinion publique la gestion de Vivendi par Jean Marie Messier , j’ai vécu des fins de trimestres particulièrement éprouvantes pour mes nerfs , sans parler de mes pauvres jambes a qui je demandais un effort a la limite du surhumain pour tenter d’intercepter le facteur , et accessoirement le carnet qui allait avec .
 
J’ai compris les limites de cette méthode le jour ou je suis arrivé en même temps que le facteur et mon père .
 
Il m’a fallu des lors chercher une méthode plus raffinée . Le commun du mortel aurait décidé de bosser pour éviter toute contrariété . C’eut été la solution de facilité …
J’ai des lors réquisitionné les carnets d’un ami plus bûcheur que moi (ce qui en soit n’avait donc rien d’extraordinaire) , et précurseur dans le domaine du montage -j’avais des années d’avance sur photoshop- , je découpais la partie de son carnet comportant son nom , charcutait mon propre carnet pour ne garder « que » la partie avec mon nom et après photocopie , obtenait ainsi un carnet particulièrement impressionnant de réalisme . Sauf au niveau des notes , peut être …
 
J’ai agit ainsi jusqu’au bac . Au moins ais je eut une paix royale …
 
(…)
 
Inconvénient du développement des hautes technologies , les bons vieux carnets falsifiables se sont vus ô combien hélas remplacés par des pages internet authentifiées accessible de tout ordinateur a partir du site de la fac .
Et moi , idiot que je suis , j’ai eu le malheur de laisser traîner 5 minutes de trop mes identifiants sur ce foutu site , ce qui fait que ma douce maman qui aime a tord se traumatiser en suivant mes effroyables performances estudiantines a eut depuis mon entrée a UT1 la possibilité de se traumatiser plus souvent qu’a son tour .
 
Il me fallait réagir . Vite .
 
L’année dernière , après avoir longuement hésité a me jeter sous un bus afin d’abréger mes souffrances devant tant de déconvenues répétées (il m’était cruel de constater qu’en redoublant ma deuxième année j’arrivais a peine a égaler ma performance de première deuxième année …) , je décidais d’éviter le déshonneur familial , la crise cardiaque parentale ou pire , l’interdiction de sortie nocturne .
Aussi , enregistrais-je sur mon disque dur la page origine de mon trouble , corrigeais-je les notes qui m’apparaissaient un tant soit peu contrariantes sans que celui puisse apparaître éminemment suspect , puis j’ouvrais cette œuvre remaniée , je tapais l’adresse internet du site de la fac dans la barre d’adresse mais sans lancer la recherche .

L’illusion parfaite . J’en aurais presque eut la larme a l’œil .
 
Je suis parti rejoindre mes amis pour prendre un verre , laissant un post-it sur l’ordinateur qui sur un ton navré informait mes parents que « j’étais consterné d’avoir eut notes a peine suffisante pour que je valide , mais que je ferais mieux au second semestre » .
 
C’était beaucoup m’avancer . J’ai repassé 9 matières a la repêche …
Partager cet article
Repost0
5 avril 2006 3 05 /04 /avril /2006 19:51
Inutile de dire que ma première tentative fut donc un échec aussi royal que le débarquement de la baie des cochons , la médiatisation en moins toutefois .
Il me fallait rebondir après cet échec lamentable . J’ai heureusement cet été là développé mon impressionnante capacité a encaisser sans trop broncher .

… Cela m’a pris quand même plus de temps pour ensuite apprendre a rebondir .
 
Je devais encore en être a ruminer sur la colline d’en face quand est arrivée « Zeta-Jones » , jolie brune ayant une apparente ressemblance avec la créature de « My Shoes , Please » .
Je concède avoir oublié son prénom , mais j’avoue me souvenir de cette impression que j’ai éprouvé en la voyant …
Le loup de Tex Avery est un amateur a coté de ce que je fus .
 
Rebelote . Je tentais de plaire a la Zeta de mes rêves , mais cette fois je n’étais plus seul sur le coup …
 
Il y’avait 2 autres Nico salariés . Un Nico , ce n’est pas toujours supportable , mais 3 , je soupçonne un certain nombre de vacanciers d’avoir abrégés leurs vacances en raison cette inconcevable réunion (sauf peut être dans l’imaginaire d’un auteur déjanté de science fiction décidant un beau jour de trashéiser son registre) .

Le premier Nico était un paysan du coin qui eut du mal a croire quand je l’en informais qu’il y’avait une vie au delà de Pamiers , et le second était un couillon qui faisait partie de ceux qui 2 ans auparavant avaient exploré les fameux « coins pas sombres » de Montagnac .
 
Dois je préciser que je le détestais ?
 
(…)
 
Je sais manquer cruellement de crédibilité mais je pense sincèrement que j’avais une chance avec le clone particulièrement réussit de Zeta (j’ai de plus en plus souvent l’impression en me relisant de faire du « Michel Blanc » , croyant conclure plus que de nature …) . Bien que cela puisse apparaître comme difficilement concevable , j’étais le mieux des 3 (les autres avaient le désavantage sur moi d’une acné juvénile particulièrement virulente , pour ne pas dire que ça suintait tout court . Beaucoup .) et les 2 autres Nico avaient une conversation assez engagée -certes- , mais uniquement pour commenter la couleur du Muscat .
C’est a Montagnac que je m’engueulais (mais oui ! Souvenez vous …) avec un vieux débris du journal Le Monde sur Nietzsche , pour replacer dans le contexte …
 
Une fête de village approchait , et je savais que se serait l’occasion que nous attendions entre Nico pour sauter sur la belle .
… C’est bien évidemment le moment ou mes parents insistèrent méchamment pour que je les rejoigne au Cap d’Agde .
 
J’ai passé sans doute une des pires après midi que l’on puisse passer sur une plage , me morfondant a contempler impuissant ces putain de minutes qui filaient a une vitesse absolument consternante , pressentant que chacune me rapprochait d’un désastre Trafalgarien que je ne pourrais éviter loin du front ...
J’arrivais sous un prétexte fallacieux a convaincre mes parents qu’un impératif hors du commun me contraignait a repartir le soir même pour Montagnac .
 
Arrivé a Toulouse , j’hésitais longuement entre convaincre l’ETA et quelques vagues Corses indépendantistes que la gare Matabiau serve d’arsenal destiné a les combattre , ou égorger moi-même uns par uns les agents SNCF pour me venger d’avoir raté ma correspondance (la dernière , bien évidement) pour Pamiers .
 
Lorsque je suis arrivé aux aurores le lendemain , j’ai faussement tenté de me convaincre qu’après tout il ne s’était peut-être rien passé en mon absence , en venant presque a me dire que je préférerais infiniment me faire virer a l’arrivée pour avoir par une manœuvre maladroite vidé la piscine qu’un autre Nico que moi ait attenté a la dignité de Zeta-Jones .
 
Qui a dit que les mecs ne savaient pas se faire des vacheries au moins aussi bien que les filles?
 
Alors que j’entamais le nettoyage de la petite centaine de couverts ayant servi au premier service du petit dej , Nico le paysan venait me trouver , le sourire « tu vas morfler raclure » irradiant son visage . Je me retenais difficilement de lui envoyer valser dans le nez une tasse , attendant d’avoir quand même au cas ou confirmation de l’inévitable …
N le P : Tu n’aurais pas vu Nico ?
N. P. tout court : Non , je devrais ?
N le P : Ah merde . Alors tu n’aurais pas vu non plus Zeta ?
N. P. tentant de poser calmement le couteau qu’il nettoyait : Non plus , je devrais ?
N le fils de P. : Fais chier . Si tu les croises , dit leur que je les cherche . Tu es au courant qu’ils sortent ensembles ?
 
… J’ai décidé d’entamé ma première grève de la faim après avoir entendu ces derniers mots .
Je n’ai pas mangé pendant 10 jours , jusqu'à ce qu’une Bertolino pas née de la dernière pluie m’en fasse passer l’envie en me ramenant environ 5kg de Kinders .
 
Il fallait au moins ça .
Partager cet article
Repost0
4 avril 2006 2 04 /04 /avril /2006 19:49
J’ai mis un certain temps a cesser ma crise d’hystérie . Le temps en fait de me rappeler pour quelles raisons j’avais voulu venir a Montagnac .
 
Je concède lorsque j’ai particulièrement le moral et que je suis absolument certain de ne pas le penser totalement que je suis quelqu’un d’effroyablement superficiel . J’ai heureusement pour moi été jusqu'à mes 19 ans quelqu’un de vraiment gentil (je lâcherais le terme de « brave » si toute tendance masochiste ne me répugnait , ô divine providence …) mais malheureusement quelques jours après j’étais déjà devenu au niveau rapport hommes/femmes le plus parfait crétin .
 
Je ne me sens pas hélas le droit de dire aujourd’hui que ma jurisprudence ait terriblement évoluée …
 
Bref , assez palabré . La seule raison aussi inavouable soit elle pour laquelle j’ai été m’enterrer dans ce trou perdu a des heures pleines de toute forme primitive de civilisation , était que je voulais finir l’été un peu moins puceau que je ne l’avais commencé .
Et mes souvenirs vieux de 2 ans de jeunes idiots baisant dans tous les recoins pas forcément sombre de la maison n’avaient pas plus d’ancienneté dans ma tête qu’une dizaine de minutes . Moins 9 minutes .
 
J’ai une mémoire affligeante de par son contenu …
 
Ceci étant , j’aurais pu ! J’y ai tellement cru que j’ai été incroyablement crédible par la suite quand j’ai raconté mes exploits sexuels et saisonniers , mon imagination débordante me servant a point nommé les détails qui malheureusement m’avaient fait défaut sur le moment .
C’est ainsi que Constance croyait encore il y’a moins de 15 jours que je m’étais fait dépuceler sur une table de ping-pong …
 
Pour être franc , je n’aurais pas été contre . J’avais fleurtouillé avec la fille de vacanciers qui semblait ne pas s’être rendu compte de mon inexpérience manifeste , du moins jusqu'à ce qu’il me faille passer de l’étape « je te séduis avec succès » a l’étape « Ça , c’est un bisou pour commencer … » .

Il m’arrive encore aujourd’hui de m’étonner d’avoir eut un certain nombre de conquêtes , d’autant que je pense encore aujourd’hui ne savoir répondre a la 1ère étape que par une étape inédite et très personnelle dite « Je me viande incroyablement alors que je n’avais plus qu’a t’embrasser » .

C’est ainsi que la partie de ping-pong achevée joyeusement aux alentours de 3h du matin n’aboutit sur rien d’autre qu’une petite balade au clair de lune ou je ne su que proférer que des banalités susceptibles de tout , sauf me permettre d’espérer le moindre bisou aussi chaste soit il , et que ma proposition de bain de minuit qui avait fait l’espace d’un instant croire a ma convoitée qu’elle n’était pas tombée forcément sur un niais fut forcément compromis quand les autres employés refusèrent de libérer la piscine pour donner une infime chance a mes improbables ébats nocturnes .
 
Probable que peu pensaient que j’arriverais a surmonter mon incroyable inexpérience , alors se priver de piscine pour un puceau en manque … c’était beaucoup demander .
 
Les gens ne sont pas coopératifs .
 
(Be Continued)
Partager cet article
Repost0
3 avril 2006 1 03 /04 /avril /2006 19:48
Avec le recul , et bien que je ne sois pas toujours sur de ne pas être frappé d’une trisomie 21 aggravée , je pense pouvoir dire que quelques épisodes dans ma courte vie m’ont rendu relativement moins con , ce qui je le répète ne veux pas dire que je me considère comme intelligent pour autant .
Ce serait beaucoup s’avancer …
 
Mon passage a Montagnac fait partie de ces épisodes .
 
Agé de 14 ans , j’avais passé une semaine de vacances avec mes parents dans cette chambre d’hôtes perdue en Ariège profonde . Lors de ce bref passage , mes petits yeux d’enfant émerveillé par la beauté des choses enregistrèrent quelque part dans un recoin de mon cerveau la présence d’une piscine , d’une télévision que je pouvais regarder jusqu'à des heures honteusement tardives (cad minuit , un record en cette lointaine époque , pathétique aujourd’hui) ,  et de jeunes de mon age dont le sens des discutions m’échappait a l’époque , ignorant dans ma touchante innocence le principe de leur jeu préféré « dépucelle mi dépucelle moi » .
Grave erreur , car j’avais été convié a y participer et si j’avais été moins niais , j’aurais gagné 4 ans sur l’horaire finalement retenu …
 
En même temps , je n’avais encore jamais embrassé une fille , alors passer directement a l’étape dépucelage , c’était peut être aller un peu vite en besogne …
Il n’empêche que je regrette quand même .
 
(…)
 
1 an après , je postulais pour un poste « d’homme a tout faire » , candidature trop large sans doute pour obtenir une réponse positive du haut de mes 15 ans sachant que cela m’aurait conduit a m’occuper des écuries (la chambre d’hôtes faisait également centre équestre) , des marmots (le centre équestre faisais aussi colonie de vacances) , et de leur vaisselle (la colonie de vacances n’étant pas ô combien hélas axée sur le thème de la découverte du régime alimentaire d’un Somalien en période de sécheresse et guerre civile) .
 
J’insistais tellement l’année d’après que la gérante du tout , Mme Bertolino , ne sut me dire non 2 fois de suite . J’ai failli me griller quand même en entamant la discution sur « Allo Mme Bertolino ? C’est encore moi … ») . Il est vrai qu’il y’avait une marge entre 15 et 16ans. Enfin , chez les autres du moins , parce que moi pour être franc je ne pense pas être devenu mature avant mes 19 ans . Et encore …
 
… J’ai passé les 15 premiers jours (sur 45 , ndrl) a me haïr d’avoir voulu bosser en pleine campagne .
 
Je n’ai pas comme a l’accoutumée été très tendre avec moi-même , m’isolant par moment sur la colline d’en face pour ruminer -ou hurler a terroriser un paysan infortunément pour lui témoin de la scène- sur mon sort , et plus particulièrement sur le cruel manque de neurones dont j’étais selon toute évidence accablé .
 
« Mais quel abruuuti Nico ! Tu détestes la campagne ! Tu exècres ses putains de coqs ! Tu peux pas blairer les chevaux ! Rien ne me ferait plus plaisir que de trucider ces cons d’oiseaux qui chantent comme des cons ! Ça me louuurde de me lever tôt le matin ! J’ai horreur de faire la vaisselle pour ces imbéciles de marmots ! Qu’est ce que c’est que cette baraque sans ordi ! J’en ai ras le cul de nettoyer cette conne de piscine qui se salit plus vite que je la nettoie ! Je hais les paysans ! Je déteste tailler des haies ! Nico , putain d’abruti !!! »
 
J’étais déjà schizo a l’époque …
 
(Be Continued)
Partager cet article
Repost0
2 avril 2006 7 02 /04 /avril /2006 19:45
Ayant commencé mon second semestre de 1ère 2me année aux alentours du mois de Mars (en plus de mettre un certain temps a récupérer de mon opération , j'étais aussi assidu a mes cours qu'un député n'est présent dans sa circonscription) , j'avais raté les premiers td de droit des affaires , ce qui en soit pouvait aisément se justifier par le fait que mon chargé de td était aussi engageant qu'un Coréen du Nord mal luné .
 
Une petite description de Milou (comme nous l'appelions affectueusement) s'impose .

Milou , c'était le genre de type qui certes aidé par son apparence de gladiateur chevronné était capable de vous terroriser d'un simple sourire , cette dernière expression de visage constituant l'exception au principe , c'est a dire un regard noir a vous glacer le sang , pour peu que vous ne vous soyez pas coupé les veines pour échapper a ce face a face glaçant .
 
Doté d'un certain cynisme , Milou prenait un malin plaisir a laisser ses malheureux étudiants (en particulier moi , ndrl) sur des charbons ardents , vous laissant vous enferrer dans de misérables et piteuses démonstrations pour finalement opiner de la  tête , et lâcher un infernal « Mmm ... oui ... c'est pas mal ... Mais ce n'est pas ça du tout . Quelqu'un d'autre ? » .

Je cherche encore aujourd'hui une autre raison que son petit mètre 98 pour déculpabiliser de ne pas lui avoir sauté a la gorge ...
 
Il est vrai qu’a se faire massacrer avec périls , on fait triompher l'ennemi sans gloire . Mais on se fait massacrer tout de même ...
 
(...)
 
Bref , je mettais un certain temps avant de me décider a pointer mon nez a ce td , et étant franchement hors délai , Miloudi acceptait de me reprendre uniquement a la condition que je vienne faire meuble au cour désert du vendredi 17h .

Contrairement a beaucoup , je trouvais l'horaire moins atroce qu'un lundi 8h , par exemple . C'est vrai ! Qui peut raisonnablement prendre l'apéro a 9h30 du mat ? Tandis qu'a 18h30 ...
 
J'ai ainsi fait la connaissance de Jess , qui passablement amusée par ma flagrante incompétence en droit des affaires me soufflait des réponses plus susceptibles de me faire passer de la dernière a avant dernière place des étudiants totalement déconsidérés aux yeux du chargé de td .
Pas une mince affaire , un vrai petit miracle qu'accomplit la Jess ...
 
Charmé , je quittais le td naturellement plus imbibé de l'envie de la revoir que de jurisprudence commerciale .
 
Décidé a séduire Jess , j'arrivais la semaine d'après armé d'une main de bonnes intentions et de l'autre de mon td préparé . Je voulais apparaître studieux et sérieux , histoire d'avoir une chance de lui plaire .

C'est ainsi que je relevais le défi de Milou(r) (notez le brillant jeu de mot sachant qu'il s'agit probablement du seul chargé de td de l'histoire d'ut1 qui fasse de la boxe) et tentais courageusement a plusieurs reprises de monter a l’assaut de Milou et d’éviter tant que possible ses railleries (« vous vous en approchez Mr Nicopoi … mais vous en êtes encore très loin . ») .
 
Ma déconfiture a au moins eu le mérite de la faire rire , toujours ça de pris .
 
(...)
 
A la fin du TD , j’ai pensé qu’il me fallait absolument agir pour ne pas me retrouver pris au piège de la règle de 2 qui me revient assez régulièrement dans la tête … je m’explique :
Pour avoir la moindre chance avec une fille qui me plait , je n’ai droit qu’a deux moments passés avec la convoitée pour sortir avec elle , sinon au 3ème elle découvre mon impressionnant panel de tares et devient dans le meilleur des cas une amie , mais dans le cas le plus fréquent elle s’étrangle en m’apercevant a distance et tente par une manœuvre dilatoire de prendre une nouvelle trajectoire qui soit loin , très loin de la mienne …
 
Je m’y fais , bien que je vive mal cette infamante malédiction …
 
Bref , conscient qu’il y’avait urgence a agir , mais également conscient que dans certains cas (environ une très petite centaine de fois) il m’était arrivé de me viander avant même que la règle de 2 se soit appliquée , je cherchais un moyen de lui proposer de prendre un verre avec moi sans que j’ai trop l’air d’un con dans le cas d’un refus net et sans appel .
 
« C’est fou , nous nous croisons tous a la fac mais personne ne sait rien sur personne et tout le monde retourne dans son coin le vendredi soir , y’a-t-il quelqu’un que ça énerve et qui très accessoirement viendrait prendre un verre avec moi ? » .
 
Jess a été la seule a accepter l’invitation , les « alibis » témoins de la scène semblant comprendre a ma façon insistante de regarder Jess en parlant que contrairement aux apparences trompeuses induites de mes élucubrations , ils n’étaient absolument pas conviés a se joindre a moi .
 
C’est fou , personne ne sait rien sur moi mais juste a me croiser a la fac les gens comprennent comment je fonctionne …
 
J’ai présenté Jess a mes parents alors que nous ne sortions pas encore ensembles , mais j’avais du faire le détour par Jean Jaurès pour récupérer les clés de la voiture . De négociations il n’y eut pas , mon père a l’excellente habitude de sentir les cas de force majeure et mon sms avait été suffisamment clair pour qu’il perçoive qu’un refus de sa part serait susceptible de m’envoyer devant un juge réclamer une pension alimentaire jusqu'à la fin de mes études …
Je ne suis pas pour autant forcément un fils indigne . J’ai mes priorités , c’est tout .

(…)
 
J’invitais Jess a dîner a la Bodega . Cela pouvait apparaître un choix loufoque , d’autant que les derniers souvenirs que j’y avais été en compagnie d’une petite amie n’auraient du selon toute logique ne m’inspirer qu’une envie d’éviter l’endroit : une fois j’avais évité de justesse d’être cocufié devant mon nez (j’avais une expression de visage tellement féroce qu’il n’eusse pas été judicieux de sa part de répondre aux sollicitations de Julie , particulièrement en forme ce soir la) , une fois apprenant a la fin de la soirée que j’avais été effectivement cocu , mais je ne pouvais pas non plus tout le temps surveiller Julie (avec le recul , il est hallucinant de voir comme j’ai été marqué par cette fille qui pourtant m’en a fait plus baver que mon Bac . Ok , je sais , mauvais exemple …) .

En tout cas , sortir avec Jess a la Bodega avait presque un goût de revanche eut égards a ses avanies passées . Un moyen de laver l’affront , disons .
 
Je suis resté avec Jess un mois .
Le temps de me rappeler qu’elle allait partir en Irlande , et surtout que je m’étais moqué de tous mes amis qui avaient eut des relations a distance …
 
J’ai pris le parti depuis de moins critiquer les autres couples de peur d’un cruel retour de Boomerang …
Partager cet article
Repost0