Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
16 juillet 2008 3 16 /07 /juillet /2008 13:16
Si tu fais partie des sceptiques qui considèrent comme totalement improbable les allégations selon lesquelles :
- J'aurais une démarche d'invertébré qui se serait trouvé une colonne d'occasion aux puces
- J'ai des répliques cinglantes qui font hocter de rire Audiard dans sa tombe (comment ça il a été incinéré ?)
- J'ai bien glissé sur une peau de banane en plein Berlin, renouvelant le cliché le plus éculé de la Terre et médusant les Berlinois qui pourtant en ont vu d'autres, alors je peux bien me casser la figure accidentellement dans un monde virtuel
- Brune serait d'une jalousie maladive et installerait des mitraillettes autour de mon avatar sitôt disponibles dans le jeu

Alors toi aussi, découvre ce nouveau monde virtuel dont nous gratifie Google, "Lively"!

NB : Raseurs et Bernard Tapie, s'abstenir.




Partager cet article

Repost0
15 juillet 2008 2 15 /07 /juillet /2008 09:52
Je suis en train d'écouter Kyo.

... Comme régression lamentablement décadente, on fait difficilement pire.

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 18:28
MAJ : Au temps pour moi, il s'agit non pas de 285 Millions d'Euros mais d'un peu plus de 400 Millions.
Excusez du peu.
A lire : enfin un article, paru sur le monde, qui feint de s'étonner de "l'étonnant" choix de la médiation quand la Cour d'Appel n'avait plus qu'à donner l'extrême onction aux prétentions de Tapie.
Sinon, j'ai peur que l'Automne ne passe pas l'Hiver, comme disait l'autre.

L'article :
http://www.lemonde.fr/societe/article/2008/07/14/dossier-adidas-toujours-plus-pour-bernard-tapie_1073171_3224.html#ens_id=1072762

________________________


Retour sur cet article :
http://www.grandnicolas.com/article-13358085.html , qui expliquait les "motivations" de Bernard Tapie, ancien ministre de gauche, à soutenir Nicolas Sarkozy contre Ségolène Royal lors des présidentielles.


Lu ce jour, sur Yahoo Actualités :


Affaire Adidas: Bernard Tapie obtient réparation du Crédit Lyonnais

AFP - il y a 40 minutes

PARIS (AFP) - Après 13 ans de bras de fer avec le Crédit Lyonnais, Bernard Tapie a obtenu satisfaction devant la justice qui a condamné vendredi le Consortium de Réalisation (CDR) gérant le passif de la banque à verser réparation à l'ancien homme d'affaires pour le préjudice subi dans le dossier de revente d'Adidas.

Formé de trois personnalités, le tribunal arbitral chargé de solder ce litige, a condamné vendredi le CDR à verser 285 millions d'euros à M. Tapie qui s'estimait floué d'une plus-value conséquente réalisée par la banque lors de la vente d'Adidas en 1993.

Bernard Tapie a confié à l'AFP qu'il était "très heureux", se refusant à tout autre commentaire au nom d'une clause de confidentialité.

"Les arbitres allouent aux liquidateurs du groupe Tapie une indemnité en principal de 240 millions d'euros, au titre du manque à gagner, et une autre indemnité de 45 millions d'euros au titre du préjudice moral", selon un communiqué du CDR.

Le trio arbitral - Pierre Mazeaud, ancien président du Conseil constitutionnel, Jean-Denis Bredin, avocat, et Pierre Estoup, magistrat - a retenu "la responsabilité des banques (SDBO et Clinvest)". La Société de banque occidentale (SDBO) était la filiale du Crédit Lyonnais qui était chargée de vendre Adidas, tandis que Clinvest avait un rôle de conseil sur cette opération.

"Deux fautes ont été commises", souligne le tribunal, retenant "un manquement à l'obligation de loyauté" avec un défaut d'information et "une violation de l'interdiction de la banque mandataire de se porter contrepartie en achetant directement ou indirectement le bien qu'elle est chargée de vendre".

Si elle scelle l'objet central du contentieux, cette décision n'est que "partielle" avant un jugement définitif prévu d'ici fin juillet, selon une source proche du dossier.

En effet, il reste encore à apprécier les conséquences fiscales du montant de la réparation retenu, de sorte que le jugement s'applique dans des conditions de neutralité fiscale au vu des changements ayant pu intervenir depuis l'éclatement de l'affaire.

L'arbitrage fiscal sera plaidé par les parties devant le tribunal le 24 juillet, selon la même source.

Dans un communiqué, le ministère des Finances a réagi: "Cet arbitrage, rendu par des personnalités incontestables, avait été engagé par les parties pour mettre un terme définitif à des procédures contentieuses ouvertes depuis presque quinze ans".

Bercy a ajouté que "la plus grande part de l'indemnité (...) retournera aux caisses publiques, par le règlement de la créance détenue par le CDR et par le paiement des impôts et des cotisations sociales qui étaient dus à l'Etat".

Le CDR détient en effet une créance "brute" de 163 millions d'euros sur les liquidateurs du groupe Bernard Tapie, a précisé le président du CDR, Jean-François Rocchi, ajoutant qu'il allait "expertiser" la possibilité de déposer un recours en annulation.

Les liquidateurs du groupe Bernard Tapie avaient proposé au CDR, à l'été 2007, de régler en une seule fois tous les procès qui les opposent depuis 1995 en les soumettant à un tribunal arbitral.

En octobre 2006, la Cour de cassation avait cassé la condamnation du CDR à verser 135 millions de dommages et intérêts à Bernard Tapie, estimant qu'aucune faute n'était caractérisée à l'encontre du Crédit Lyonnais lors de la cession du groupe Adidas à Robert Louis-Dreyfus en 1993-1994.

Elle avait également décidé de renvoyer le dossier devant la cour d'appel de Paris, réunie dans une autre composition, pour le rejuger.


>>> Résumons : La Cour de Cassation a cassé une décision de Cour d'Appel qui octroyait à Mr Tapie la somme de 134 Millions d'Euros au titre de son "préjudice" (sic), et renvoyé le dossier devant une Cour d'Appel afin que cette dernière ne confirme que Mr Tapie était particulièrement gonflé de réclamer le moindre sou et ne le renvoie à ses pénates, un coup de pied au cul en prime.

Ce dernier soutient alors Mr Sarkozy à la présidentielle.

1 an après l'élection de ce dernier, une commission d'arbitrage, qui est au tribunal ce qu'est l'hygiène au sein des WC publics placés au milieu des Férias de Bayonne, décide d'aller contre l'avis de la Cour de Cassation, et octroie 285 Millions d'Euros à Mr Tapie, le Ministère des Finances commentant l'évènement en disant que "ce n'est pas si grave, une partie reviendra tout de même à l'Etat".

... Et encore merçi pour la soupe, Mr Tapie.

... Je vais finir par vouloir le retour de la guillotine place de la Concorde.



Partager cet article

Repost0
11 juillet 2008 5 11 /07 /juillet /2008 14:13
... Un grand merçi à mon dad d'avoir retrouvé cette photo qui me fit gagner une GameBoy, en cette ouilleouch argh! lointaine année 1993. (article lié : http://www.grandnicolas.com/article-12904401.html )

Le premier qui fait une reflexion sur ma coiffure furieusement tendance d'alors, je le défrise.



Note Personnelle :
Voilà Brune, tu sais maintenant pourquoi il m'a fallu un certain temps avant d'arriver à reporter des polos.
... Et tu sais maintenant pourquoi pour le short, il me faudra encore une bonne trentaine d'années.


Partager cet article

Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 10:09
2 remarques effroyablement pertinentes :

- Vous noterez la ressemblance incroyable entre ces figurines et celles qui servirent pour la mémorable publicité "
Carte Kiwi" qui entraina la banqueroute de la SNCF et la faillite de son actionnaire l'Etat Français à la fin des années 80 (même si c'est un non dit, mais une carte pour les moins de 25 ans permettant à 3 adultes l'accompagnant de voyager à moitié prix, enfin quoi !).
- Vous noterez la présence du légèrement barbu-chevelu tendance Harrison derrière Phil Collins, un certain Mike Rutherford, membre de Genesis.

... Ah oui, et d'un petit groupe auquel il a donné son nom, Mike and The Mechanics ...


Partager cet article

Repost0
8 juillet 2008 2 08 /07 /juillet /2008 08:33
Reçu ce matin.


Hi, Nick

J'ai beau tourner la chose dans tous les sens je ne sais comment résoudre l'équation de notre journée parisianno-chaintrolaise jeudi.
Je m'explique:
- Air France, pour une fois pas en grève (il n'y a que Sarkozy pour qui les grèves sont "invisibles") présente des tarifs que même Harpagon eût jugé indécents. Question horaires ça pourrait se faire mais 1000€ (plus taxi ou RER....) c'est vraiment exagéré.
 
- les low cost: parfaits quoiqu'un peu chers aussi et des horaires moyennement pratiques: on arrive à 10H30 (pour mémoire on a rendez-vous à 9H00) et on repart à 14H34 (on doit être à Chaintreaux dans l'après midi)

- le train: la SNCF a très peu évolué depuis les heures héroïques de la Résistance. Outre le risque d'entrer en collision avec un camion ou un bus à un passage à niveau (probabilité 1 chance sur 1457865302 mais quand même....), une grève surprise (cf chapitre Air France) des cheminots pour le maintien de leur prime charbon, un train de nuit Toulouse-Paris stoppé à Dunkerque pour rupture de caténaire due au gel (on est en juillet mais à la SNCF c'est possible) et enfin des horaires et une durée de trajet aussi peu pratiques que longs (5H00 en "TGV"  plus de 7H en "pas TGV")

- la voiture : semble la solution appropriée. L'état se "sucre" un peu au passage (impôt pour construire des infrastructures, péages pour les actionnaires des stés d'autoroutes (Thank You Mr Breton), taxes sur les produits pétroliers (la voiture de chez Avis ne fonctionne pas à l'huile de colza ni au diester), amendes pour les non-respect des vitesses (pour un Paris-Toulouse compter 9H50 soit le temps que mettait la chaise de poste  sous Louis-Philippe 1er (grand Roi....), le "Nuts" à 2,30€, le "Nougati" à 1,60€ et les chewing Gums à 3,00€; le 1/2 litre d'eau à 1,20€ et les prestations de la dame pipi de Chateauroux à 0,20€. Bref un voyage fatigant et ruineux.(Et ne propose pas, comme la dernière fois de pisser dans la boîte à gants: ça a abîmé le CD de Julio Iglesias que je ne peux presque plus écouter).
Mais c'est la meilleure solution. (la voiture. Tu es à ce que tu lis, oui?)

Je vois un départ vers 22H00/23H00 mercredi, des pauses dodo, une conduite 51/49 (j'aime être majoritaire) et une arrivée dans les embouteillages à proximité de Villejuif aux alentours de 7H04, soit 2 heures avant le rendez vous.
Toi chiffonné et décoiffé, moi chiffonné seulement (pour être décoiffé il faut un minimum de cheveux et je suis, dans ce domaine au minimum légal).
Tu es OK? tu as des points de vue différents? (tu peux toujours les exprimer mais je ne t'écouterais pas et on fera comme j'ai dit, c'est ça le sarkozysme).

Bisous
Papa


Nota Bene : Je n'aurais pas l'indécence de faire remarquer qu'il a voté des deux mains au second tour l'année dernière.
... Et pas pour la buse du Poitou (sur laquelle j'avais moi même jeté mon dévolu, au demeurant).


Partager cet article

Repost0
6 juillet 2008 7 06 /07 /juillet /2008 10:46

Depuis que je suis petit, et il s’agit là d’une indication temporelle et ne portant absolument pas sur ma taille alors hein, j’ai une assez coupable tendance à vouloir sympathiser avec la terre entière, ce qui est d’autant plus contestable que la terre entière se fiche le plus souvent éperdument du monde de mes désespérantes velléités affectives.

 

Sans parler du fait que cet aspect de ma personnalité a du nettement contribué à inciter brune de m’affliger l’épouvantable sobriquet de « nounours ».

 

« Gros nounours » d’ailleurs à l’origine, mais après que j’ai viré au violet, il valait mieux pour elle exclure très vite de son vocabulaire cet adjectif hautement douteux.

 

Je ne suis pas gros, j’ai une colonne vertébrale en forme de C. Nuance.

 

Ainsi, j’ai passé un certain temps à tenter de rechercher l’affection des autres, sinon leur amitié, considérant le plus souvent à tords et à travers (je ne parle plus de ma colonne vertébrale, faut suivre un peu !) que celle-ci était acquise lorsque je n’avais suscité en tout et pour tout rien d’autre qu’un dédain pas toujours aussi grandiloquent que celui affiché par l’armée Américaine envers une armée grotesque qui proposerait son soutien pour l’une ou l’autre opération conjointe.

 

L’armée Française ? Par exemple.

 

… J’avais rigolé avec 3 andouilles à un TD d’Anglais où je n’avais pas manqué de démontrer sinon un accent à faire hurler de rire un Texan bègue, un certain talent à réaliser une vidéo grotesque pour illustrer un exposé qui ne l’était pas moins ?

 

Copains ! Vous êtes mes amis, et tant pis si j’ai cette vague impression de vous avoir appelé une demi centaine de fois en vain pour vous proposer de prendre un verre.

 

… Il est venu me parler que 2 fois dans l’année en amphi, systématiquement à la veille de la fin du semestre et pour me demander les cours que je tapais à l’ordinateur, du moins avant que celui-ci ne s’éteigne au bout de 1H15 de cours en raison d’une batterie consternante qui faisait mon désespoir et la joie des personnes derrière moi lorsque je me tapais le crane contre l’écran désespérément noir au moment où la prof venait de dire « surtout notez bien ceci : … » ?

 

Ca, c’est un pote !

Et s’il ne me reconnait pas durant le second semestre (enfin jusqu’à la fin de celui-ci, s’entend), cela ne peut qu’être du à l’obscurité provoquée par l’accumulation de fumées de cigarettes dans les couloirs vitrés de la fac.

 

Et tant pis si la cigarette a été bannie depuis déjà 2 ans : il ne s’en est pas aperçu, c’est tout.

Ne critiquez donc pas bêtement mes amis.

 

… Tu vois Romain, tu n’as rien raté à la fac.

Fin de la parenthèse personnelle.

 

(…)

 

Hier soir.

 

« Mais vas y Brune ! Elle t’a parlé en souriant toute la soirée, tu peux probablement t’en faire une amie ! »

 

Le Nico blasé de ces expériences douloureuses pousse dorénavant lâchement sa mie à commettre les erreurs qu’il aurait fait lui-même, en temps normal.

 

C'est-à-dire quand il était seul et qu’il n’y avait personne pour lui dire qu’on se foutait allègrement de sa poi… pomme.

 

« Cela ne vas pas ? Elle est sympa mais ce n’est pas parce qu’on parle un peu qu’on devient amies ! Et puis je vais passer pour une crevarde si je lui demande son tel ! »

 

Brune ne partage de toute évidence pas ma conception toute Nicolienne de « Copains ! ».

 

Il fallait agir. Fourbement, mais agir.

 

« Sinon dis moi, tu as bien dit que tu allais rendre ton appartement ? », s’enquit alors le Nico sur un ton repoussant les lois de la faux-cul attitude.

 

« Euh, oui ? », répondit la future amie de Brune, puisque je l’avais décidé ah mais.

 

« Si je peux te donner un conseil, ne paye pas ton dernier mois de loyer, la loi autorise les agences à ne pas te rendre ta caution avant 2 mois suivant l’état des lieux et elles ne s’en privent pas. Si tu veux, tiens … donne ton mail à brune, je lui préparerais un doc qui te permettra de récupérer ta caution sans histoire … »

 

(…)

 

Dans la voiture, sur le chemin du retour.

 

« Tu l’as fait exprès !

- Mmm ? Quoi ?

- Nico, je te l’ai dit, ce n’est pas parce que l’on récupère un mail que l’on se fait une amie ! »

 

Ah Ah.

Naïve de brune, va. 

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2008 6 05 /07 /juillet /2008 10:26

>>> 5 Juillet 2008 - Mon grand père est décédé ce matin.
J'ai donc exhibé
cet article vieux d'un peu plus d'un an et qui décrit sans doute le mieux ce dont je me souviendrais de lui.


Sérieusement , disons le : Sempé et Goscinny ont bâclé leur boulot en oubliant un personnage comme celui-là .

Le grand père du Petit Nicolas , c’est un type dont j’aurais bien aimé hériter au moins l’une de ces qualités : il n’a pas besoin d’avoir la pilosité de King Kong -mais en plus drue- pour faire viril .

Je suis indéniablement jaloux , donc .

Comme dans toutes les familles , il a été affublé de « pseudos » au gré des humeurs de ses petits enfants , qui dans leur jeune age n’avaient pas peur de le contrarier avec des sobriquets aussi insolites que Yaya , Tralala (sans doute le plus osé, il n’est vraiment pas du genre à faire tralala) ou encore Palais , quoique ce dernier -émanant de moi- soit un dérivatif gentillet du premier , beaucoup moins cool et franchement péjoratif dont je l’avais affublé .

D’autant que vu son crâne chauve , l’appeler Balais était particulièrement malvenu .

Palais ? Il a terrorisé tout ceux qui l’ont connu . Né à l’école de « je frappe d’abord , on réfléchira après » , ses histoires de poursuite dans les jardins de la petite maison de campagne de mon père , qui avait eut la maladresse de rouler avec la tondeuse sur le câble d’alimentation de la dite tondeuse , me font doucement sourire , encore aujourd’hui .

L’histoire de la fois ou , rêveur (com d’hab) , je lui étais rentré dedans alors que nous étions à vélo , et qu’il n’avait que modérément apprécié que je lui fausse sa roue de ce fait , me faisant elle beaucoup moins sourire .

Bien qu’elle soit devenue une légende urbaine au sein de ma famille , évidemment .

Lorsque j’étais un petit gamin en culottes courtes , et déjà passionné d’histoire , j’aimais à accompagner Palais (pas à vélo) dans de longues ballades , ou il me racontait sur une voix à faire passer celle de Jean Reno pour une de Soprano sa vision de l’histoire , qui , quoique singulièrement viciée par le fait qu’il voue une passion pour le communisme qui me laisse particulièrement critique (voir narquois) , me donnait envie d’en savoir toujours un peu plus , ce qui revenait tout simplement à rallonger notre ballade de 5 à 6 km , au bas mot .

Sans doute la raison pour laquelle je refais l’histoire dans ma tête lorsque je déambule seul dans les rues de Toulouse .

Et la raison pour laquelle j’ai un air hébété lorsque l’on m’accoste sans prévenir en pleine rue . Si , si .

La dernière fois que je l’ai vu , je me suis dit au vu de son air diminué et de sa fatigue visible que c’était probablement la dernière fois que je le voyais , les ressources semblant de toute évidence lui manquer …

(…)

« Tiens au fait , tu ne connais pas la dernière de ton grand père ? » , me demanda mon père alors que je tentais de ne pas totalement renverser le contenu de ma tasse de café sur ma chemise .
« Les médecins lui ont pronostiqué un truc à la tête , quand même pas anodin . Emmanuel l’a fait accepter rapidement à un hôpital réputé auquel il n’aurait pas eut droit , bref . La nuit précédent l’opération , Palais a décidé qu’il ne voulait plus rester, et à 2h du mat , il se rhabille , commence à partir , se fait arrêter par l’infirmière hallucinée par l’énergumène . Il aura fallu 3 infirmiers pour qu’il soit maîtrisé , et attaché a son lit . L’opération a été annulée , et l’infirmier à qui il a cassé le doigt ne devrait à priori pas porter plainte … »

Chouette . Je vais pouvoir me balader avec mon grand père dimanche , moi .

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2008 3 02 /07 /juillet /2008 12:01
C'était l'été 2003.
A Platja d'Aro, le genre de ville estivale dont on ne sait jamais si elle appartient au registre de la « ville de plage » ou à celui moins rose de « Centre commercial géant cauchemardesque ».

L'été 2003, c'est le genre d'été dont je gardes à tord 5 ans plus tard un souvenir paradisiaque, alors que quand j'y repenses, comme ça à brule pourpoint, il ne m'en revient que des souvenirs cuisants.

Elle s'appelait Marine. Une blonde jolie et dont la simple vue donnait des envies d'exil en sa compagnie sur une ile déserte du Pacifique, en priant pour qu'un avion remplit de crétins au passé chargé ne vienne pas s'y planter bêtement.

J'ai toujours eu un faible pour les blondes.
... Et fatalement : les blondes ont toujours exploité mon faible pour elles.

Je l'avais vu pour la première fois alors qu'un petit « eh oh ! » , prononcé d'une voix cajoleuse, m'avait incité à jeter un coup d'œil par dessus la rambarde du balcon où je cramais au 3ème degré paisiblement, balcon d'un appartement de vacances (comprenez : une horreur sans nom) de 40m² ou mes amis et moi nous étions joyeusement entassés pour la première quinzaine d'Août.

Elle m'avait jeté un sourire qui avait instantanément achevé de me faire fondre.

Il me la fallait. Coute que coute.

J'ai alors fait ce que fait tout mâle de 19 ans révolus pour séduire une fille qui lui plait : rien.
Ou plutôt si. Une accumulation de bourdes me conduisant dans les situations les plus grotesques, des rires crétins à ce que je prenais pour ses plaisanteries et qui n'en étaient pas, et fausses bouderies afin de susciter sa curiosité, mais qui dans les faits, se traduisaient par un total désintérêt de sa part.

Les lapins eussent-ils été inspirés par mes méthodes de drague, qu'ils ne feraient pas l'objet de railleries comme c'est actuellement le cas sur leurs méthodes de reproduction.

D'ailleurs, ils feraient tout simplement partie de la liste des espèces en voie de disparition.

A court d'arguments, j'allais improviser une stratégie n'ayant rien à envier à celle qui conduisit Napoléon III tout droit à Sedan. Dans un bouquin que je lui avais prêté, « American Psycho », j'allais écrire à une page à laquelle elle arriverait, tôt ou tard, ces quelques mots d'une poésie rare et dont j'ai l'usage facile :

« Je te veux ».

(...)

J'avais écrit cela à 150 pages de celle où elle se situait.
Elle ne l'a vu que 2 ans plus tard, alors que pendant que je lui faisais l'exposé « qu'elle n'arrivait pas à faire et tu es décidément trop gentil » (sic.), je lui avais montré timidement ce qu'elle avait raté.

150 pages, cela faisait un peu beaucoup tout de même.

D'autant qu'après qu'elle se soit mise à sortir avec un crétin à collier dent de requin garantie en acier inox, elle n'avait plus beaucoup de temps pour lire, forcément ...


Nota Bene :
Aucun égo n'a été sauvagement piétiné durant la réalisation de ce post.
... Je n'ai plus d'égo depuis belle lurette.



Partager cet article

Repost0
29 juin 2008 7 29 /06 /juin /2008 18:57
Dimanche après midi.

Rien de mieux qu'un petit tour à vélo le long du canal du midi pour savourer mon premier dimanche non interrompu par un départ en avion en fin de soirée, par un retour de Montpellier ou Barcelone à transpirer 10L/min (J'ai reçu une offre tout à fait intéressante de la part des autorités Barcelonaises pour un CDD château d'eau) à trop me focaliser sur les étonnantes vibrations de ma 306, ou horreur, passé à recevoir des appels de vieux croulants s'étonnant que le chauffage ait été arrêté dès la mi-Juin.

Loin de moi l'idée de vouloir être médisant, mais y'a tout de même des canicules qui se perdent.

Je suis en bord de terrasse d'un bar sympa, à probablement une vingtaine de kilomètres de Toulouse (du moins, je l'espère, parce que sinon, cela deviendrait inquiétant de transpirer autant pour si peu), et je te tente de reprendre une couleur normale, tout en tâtonnant mes poches pour voir si ce n'est pas dans l'une d'elle que j'aurais rangé mon poumon droit, à tout hasard.

Non ? Bon, je tenterais au moins de ne pas égarer le gauche au retour.
Étourdi que je suis, tout de même.

Un petit vent m'apporte quelques degrés de moins (c'est un oxymore ?) et le si charmant gazouillages des poids lourds diesels qui se klaxonnent joyeusement à 130 km/h sur l'autoroute qui passe 10 mètres derrière le bar où j'ai bêtement jeté mon dévolu.

Je viens de me rappeler pourquoi j'ai toujours foncièrement haï les dimanches.

Mon œil se porte soudain sur mes pieds.
Enfin pieds, c'est vite dit, vu l'étrange apparence de moignons charbonneux que ses derniers ont tendance à prendre quand les beaux jours viennent, c'est à dire et concrètement, lorsque je range les chaussures au placard et que j'enfile systématiquement ma paire de tongs annuelle, petit exploit auquel je m'astreins depuis quelques années, plus précisément (c'est fou ce que je deviens méticuleusement prévenant pour des déblatérations pourtant sans queue ni tête) le jour où j'ai pris conscience que tiens, finalement c'est fini cette histoire de champignon ?

Ça y'est, ceux qui m'ont vu en mocassins sur une plage en plein mois d'Août savent pourquoi j'avais quelque répugnance à me mettre pied nu.

Et ok, les mocassins c'était un peu excessif.
Mais c'est tout ce que j'avais trouvé d'esthétiquement compatible avec le jean et la chemise (rentrée ouverte dans le jean) que je portais également.

Je regarde mes pieds, donc. Souvenir de ma dernière partie de tennis en compagnie de Mat, perdue avec les honneurs (« Tu avais raison, c'est bien quand tu t'apprêtes à gagner que tu t'effondres systématiquement ... », c'était bien une sorte d'hommage, non ?), le gauche est recouvert d'une demi douzaine d'ampoules séchées, dont toutes ne ressemblent pas encore au cratère du Mont St Hélène post-éruption. Je me mets en devoir d'y remédier séance tenante.

« Hum. »

La serveuse du bar me regarde atterrée, mon demi sec dans sa main légèrement tremblante.
La moitié du bar fait de même.

(...)

... C'est fou, 3 ans à travailler le dimanche et j'en avais oublié que le reste du monde civilisé ne s'éclate pas joyeusement des ampoules en terrasse pour occuper son dimanche après midi.

... Je hais le dimanche.



Nota Bene : Allez hop, c'est reparti pour un mois de blogging sérieux (hum.) avant la plage, le soleil, le tourisme, enfin bon, les vacances d'Aout, quoi.

... C'est pareil que le dimanche, les vacances d'Aout ? Oui ? Ah.



Partager cet article

Repost0