Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 08:53
Pas à dire : que de changements depuis un quart de siècle (tiens, où ais je pu ranger cette corde ?) !
Regardez moi cette tripotée de jeunes prometteurs, que diable les années 90 puis 2000 pourront bien leur réserver ?

... Tout ce suspense, je trouve ca limite haletant, tiens.



Bon, c'est pas tout ca, mais je me ferais bien un Derrick dans la foulée, moi.




Partager cet article

Repost0
30 septembre 2008 2 30 /09 /septembre /2008 14:12

Depuis mon dernier passage place du capitole, une veille de 1er Octobre, j'ai connu une évolution à rendre Darwin immodérément prétentieux.

Et croyez moi que cette raclure de Darwin a déjà un égo surdimmensionné.

Du petit étudiant sans grande envergure, aux trois quarts alcoolique et à 90% névrosé, il ne reste relativement plus grand chose, en dehors du fait bien sur que je sois toujours sans grande envergure, aux trois quarts alcoolique et à 100% névrosé.
Ca y'est, me voilà un « grand », quoique l'expression puisse sembler sensiblement inadaptée pour mon petit mètre 73 : j'ai un chouette boulot, mes cartes de visites, mes notes de frais et mes rdv foireux avec des andouilles qui lorsqu'elles ne prennent pas le temps de comprendre ce que je tente de leur expliquer, ne cherchent tout simplement pas à comprendre quoique se soit en me posant un sombre lapin.

Je commence à me demander si ce n'est pas une escroquerie, ce vague concept que l'on appelle « grandir ».

J'assiste à des mariages, heureusement et pour le moment des copines de Brune, mais je veille au grain pour ruiner le premier couple de mes amis direct que l'idée chatouillerait; j'apprends que l'une ou l'autre andouille a pondu un marmot sans trop s'en rendre compte, un vague jour d'inattention ; je fais des calinothérapies à mes rouquins poilus (mes chats, fallait-il le préciser) en espérant que l'affection qu'ils nous rendent contre des boites de Shéba sonnantes et trébuchantes suffiront à calmer encore quelques temps (une dizaine d'années ?) les ardeurs de ma brune pour un engagement plus « concret » de ma part.

Penser à doubler la dose de ronron, tiens.

Je prends des verres de temps à autres avec mes amis, et bien que nous tentions de sauver les apparences non sans une certaine bravoure, par exemple lorsque nous nous forçons à boire de l'alcool frelatée à 99° trouvée dans la réserve secrète d'une quelconque tante au poil dur et à la bise humide, je sais que le lendemain difficile n'aura pas la saveur de ceux qui ont précédé, ceux où nous retrouvions tous entre amis à émerger un peu partout et dans un peu tous les états, entre les meubles improvisés en lit pour la nuit.

C'était tout de même chouette, ce bordel a ranger le dimanche matin avant que les darons ne rentrent de week-end.

... Quoique cela ne servait pas à grand chose : le daron avait un pif sans égal pour dénicher les cigarettes écrasées malencontreusement oubliées derrière le canapé ou sous le tapis.

Mes « découverts », au moins aussi légendaires que le trou de la sécurité sociale, deviennent d'un ennui mortel, au point que je songe à brader ma carte bleue munie de son code sur Ebay, juste histoire de rigoler un peu, quoi.

Ah ah. Ce que j'ai pu rigoler, cet été 2005 où je suis rentré de vacances avec un découvert de 2200 euros ...

Je me laisse pousser mes cheveux, dans le secret espoir que quand je trébucherais dessus, c'est qu'ils seront assez long pour planquer les éventuels espaces vides qui ne manqueront pas de parsemer tôt ou tard mon crane.

Surtout tard.

Devenu aussi prudent qu'un banquier assureur Boudhiste n'ayant aucun intérêts dans le CAC 40, je me suis pris une mutuelle, le truc totalement inutile qui coute la peau du cul et qui n'est utile que pour tenir 5 secondes dans une conversation mondaine lorsque l'on lance avec fierté et dans un ton très « bon père de famille » (c'est une expression, ne rêve pas brune) : « oui, j'ai pris une bonne mutuelle, on est jamais trop prudent ».

A 50 euros par mois pour engraisser une armée d'escrocs en tout genre, ça fait cher la seconde mondaine.

Ben si, quoi.

En fait, je crois que s'il est une chose que je demanderais à cette garce d'horloge du Capitole ce soir, lorsque je remplirais encore un petit peu le dossier qui finira tôt ou tard par m'envoyer à l'hôpital psychiatrique, c'est bien de faire en sorte à ce que je n'oublie pas d'être drôle, avec toutes ces conneries, tiens.


... Notez bien que prendre rendez vous chaque année avec une superstition aussi grotesque, cela attesterait tout de même de bonnes prédispositions pour ne pas totalement devenir con... plêtement banal.

Enfin j'espère, disons.


Partager cet article

Repost0
24 septembre 2008 3 24 /09 /septembre /2008 14:48

Je suis un dangereux récidiviste.

Et mon drame, c'est que c'est dans les plans foireux que j'excelle le plus à ce niveau. Par exemple, figurez vous que j'ai gardé un souvenir impérissable de mes discussions avec mes amies du lycée puis de la fac qui me racontait, les joues cramoisies de honte et un nuage d'opprobre morale planant au dessus de leurs têtes, « comment elles avaient couché avec leur mec dans une voiture ».

Et quand bien même je rétorquais comme tout bon mâle qui se respecte « Ah-ouais-je-connais-c'est-trop-chouette », force m'est d'avouer que dans les faits, je ne connaissais pas du tout.

Le malheur de vivre en centre-ville et de se balader par conséquent à pieds.
Et d'avoir un daron qui hurlait dès que j'approchais trop de sa 307, aussi.

Faut-il qu'il soit méfiant, aussi ...

Perturbé dans mon innocence d'alors, j'ai nourri un sérieux fantasme pour la voiture, qui me conduisit entre autre il y'a 2 ans de cela à explorer en compagnie de ma brune une aire de repos d'autoroute remplie de routiers mal intentionnés, et me rendant compte que l'endroit n'était peut-être pas le plus approprié pour une partie de jambes en l'air qui ne se transforme pas en tournante des professionnels du macadam chantant « i'm singing in the rain », nous avions persévéré en quittant l'autoroute pour nous égarer en plein champs, où une voiture de flics était là encore venue nous déranger fort peu opportunément, ce qui était d'autant plus surprenant qu'il était 23h et quelques et que l'on s'attendait pas à ce que les pandores fassent pareilles heures supplémentaires.

... J'ai une naturelle propension à me considérer comme irrémédiablement maudit.

(...)

C'est au début de ce mois d'Août que j'ai enfin pu apprécier les joies de l'acte sexuel (bon dieu ce que je suis puritain dans mes termes) dans une voiture.

... Laissez moi vous dire que je suis on ne peut plus dubitatif, et que je songe à envoyer des lettres d'insultes à toutes celles qui m'ont fait fantasmer avec leurs récits idylliques mais à mon avis très probablement aussi mensongers qu'un récit de Colin Powell à l'Onu.

Parce que quoi ? A part si l'on est complètement con et que l'on conduit sa voiture à partir des places arrières, on ne peut immédiatement passer à l'acte sitôt la voiture fumante rangée sur la première place légèrement ombragée trouvée, du moins sans prendre le risque de se retrouver un volant dans le nez et le frein à main calé bien au milieu des reins, et encore, dans une hypothèse hautement optimiste.

Ce que je ne suis pas. Plus.

Dès lors, faut commencer par se la jouer Goldorak, et effectuer un transfert! stratégique des deux protagonistes vers la banquette arrière. Et après s'êtres contorsionnés pour passer entre les deux sièges jusqu'au point que l'on conçoit d'un coup très bien la vie d'un gros fumeur amputé de l'un de ses poumons, au mieux vous serez essoufflés, au pire, vous en serez quittes le lendemain pour -au mieux- un pansement sur le crane à l'endroit ou vous êtes cognés avec le plafond de la 306 (hum. C'est une exemple fortuit, évidemment), -au pire- tout connaître des affres liées au passage obligé dans un hôpital un mois d'aout et à celles induites par un médecin vous demandant comment vous avez pu vous casser ainsi 2 cotes.

Allez répondre à cette question là, tiens.

Enfin, pour ceux dont la libido autoriserait à poursuivre leurs velléités d'ordre sexuelles malgré les péripéties précédemment narrées, n'allez pas imaginer que tout cela puisse au moins se justifier par une partie de jambes en l'air que l'excitation du lieu pourrait rendre inoubliable.

Du moins si, le dialogue entendu dans une voiture à ce moment là, l'est, lui. Inoubliable.

« Aie, c'est mon pied là !
- Mais fais gaffe, tu confonds avec la poignée de la porte !
- Ouille, mon genou ...
- Ne bouge pas autant, je me prends le siège passager dans le dos !
- Aaaah, c'est froid !
- Quoi donc ?
- La ceinture de sécurité sur mon cul, andouille ! »


... La dernière fois qu'un fantasme a autant foiré, c'est quand je me suis rendu compte que l'Isio 4 laissait tout de même une petite odeur dans la pièce.

C'est tout dire.


NB : Je songe à changer d'identité après ce post.
Encore une fois, donc.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2008 5 19 /09 /septembre /2008 11:51

 

Comme me le font remarquer très dubitativement tout ceux qui viennent chez moi (les malheureux), je suis musicalement parlant resté fixé sur les années 80, voir et pourquoi pas les années 90.

Et les plus désagréables me font remarquer que cela ne s'arrête pas à mes gouts musicaux.
Hélas, rajouteraient-ils.

Bref, c'est pourquoi j'avertis mon lectorat de France et de Navarre (toujours la folie des grandeurs ...) que ce soir puis demain, le Bikini (une boite qui a réouvert à Ramonville après avoir joué et perdu à explose-mi explose-moi avec l'usine d'AZF) organise respectivement une soirée années 80 puis 90, sachant que je compte bien évidemment me ruer à cette dernière avec l'entrain d'un pur-sang dopé au coca-light.

... Pour peu que le DJ ait l'idée saugrenue de passer du Mike and The Mechanics
, ca pourrait devenir aussi célèbre que Azincourt, comme aurait dit Gabin ...

Bon, c'est pas tout ca, mais je vais tenter de faire un vrai petit post incessamment sous peu, moi.



NB : A titre de rappel, n'oubliez pas que ma célèbre playlist perso est disponible ici :
http://www.grandnicolas.com/article-5636605-6.html

Toute plainte de vos voisins ne saurait engager ma responsabilité. Entre autre.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2008 4 18 /09 /septembre /2008 08:55
Voici quelques jurisprudences concernant la responsabilité de l'hébergeur d'un blog, en application de la loi du 21 Juin 2004 pour la confiance en l'économie numérique :


http://www.foruminternet.org/specialistes/veille-juridique/jurisprudence/tribunal-de-grande-instance-d-annecy-ordonnance-de-refere-19-mai-2008-2768.html

http://www.foruminternet.org/specialistes/veille-juridique/jurisprudence/tribunal-de-grande-instance-de-paris-ordonnance-de-refere-16-juin-2008-2770.html

http://www.foruminternet.org/specialistes/veille-juridique/jurisprudence/tribunal-de-grande-instance-de-paris-ordonnance-de-refere-23-juin-2008-2771.html

http://www.foruminternet.org/specialistes/veille-juridique/jurisprudence/tribunal-de-commerce-de-creteil-ordonnance-de-refere-28-mai-2008-2765.html


Et toi ! Oui, toi, le p'tit étudiant qui rentre en première année de droit qui déprimera dès Octobre venu, en constatant que le droit c'est rien que des décisions à la con récitées avec le ton glacial d'un croque mort à l'agonie suite à un cancer carabiné ?

Eh bien, dis toi que dans la réalité, derrière une décision chiante à mourir, il peut y'avoir une nicolade carabinée.
C'est par exemple le cas avec la première décision de cette liste :

8 Mai - ... Pour le reste, il y'a MasterNick©



... Et le cas avec la deuxième :

15 Septembre - Rock and Roll in TGI of Paris.



Et le droit ne te paraitra plus jamais hautement barbant.
Consternant ? Toujours, ca oui, évidemment.



Partager cet article

Repost0
15 septembre 2008 1 15 /09 /septembre /2008 13:24

 

Un dimanche soir, dans un hôtel Ibis de Paris.

... Rectification : dans l’hôtel ibis le plus miteux de Paris.

« Mais vous êtes sur ? Il me faut vraiment imprimer ces documents, j’en ai vraiment besoin pour demain … », m'enquiais-je de ma voix de bébé qui faisait fureur dans les brocantes quand mon père m'envoyait négocier un vieux vinyle d'un chanteur forcément consternant.

Il existe parait-il des as de la dernière minute.
Ils me font bien rire : j’ai acquis en ce domaine un DESS « Sciences de l’irrémédiablement tardif » face auquel tous ces spécialistes ne pourront jamais lutter aussi vainement qu'un médecin légiste recherchant un peu d'amour propre dans la carcasse encore fumante de Michel Drucker.

Après m’être fait rigoler au nez par un réceptionniste peut corruptible (Pourtant, 5 euros avaient suffi pour corrompre la buse de l’ibis d’Annecy ? Comprend pas.), je revenais dans ma chambre, ma clé usb en main, me demandant non sans une certaine anxiété ce que j'allais bien pouvoir présenter à l'aimable juge qui me recevrait le lendemain matin dés potron-minet (Miow !).

Notez bien que, après un chargé de TD puis un maître de conférence
, un juge en vienne à son tour à me demander si « je suis bien sur d'être fait pour le droit », c'eut été tout de même une progression somme toute assez remarquable depuis mes débuts à la Fac.

Je tentais l’appel à une amie.

« Allo Alex ? Ah ah ah, comment vas-tu ? »

Faut ce qu’il faut.
Surtout un dimanche soir à 23H47.

« Dis moi, je me demandais … Tu n’aurais pas une imprimante, dès fois chez toi ? »

(…)

Après avoir fait un détour le lundi matin par les bureaux d'Alex pour y imprimer ma paperasse, détour qui avait la particularité de me faire visiter par 7h30 du mat des quartiers de Paris aux allures de Pompéi mais en pire, je prenais congé, non sans lui avoir demandé, si, à tout hasard, « elle savait au fait où se trouvait le Tribunal de Grande Instance de Paris ... »

Sic.

... Ma blague favorite pour enquiquiner Brune ces derniers temps consiste à la menacer à ce que je sorte avec ma stagiaire blonde, suédoise, dotée d'un DESS en droit et évidemment imaginaire : une chose est sure, Gwendoline n'est pas passée loin de la porte ce jour là à avoir si mal préparé mon équipée Parisienne.

Hum, pardon ? Ah oui, elle n'existe pas, elle ne pouvait donc pas prendre la porte.
Bien vu, Brune.

Non sans avoir changé une dizaine de fois de rames à trop hésiter sur la direction à prendre, j'arrivais 30 minutes en avance au Palais, le front moite et les pieds transformés en méchant de premier niveau (ce sont les méchants qui meurent par l'arme avec laquelle ils devaient tuer le gentil ou dévorés par des piranhas parce que leur boss à décidé de rompre unilatéralement leur CDI sans passer par la case Assedics) au fond de mes chaussures aux airs de compresseur hydraulique d'une casse ultra moderne.

Et ce n'est pas sans une certaine angoisse existentielle murement réfléchie en 1 seconde et demie que je voyais un policier de service me barrer l'entrée au prétexte incroyablement futile que « je ne suis pas avocat », et que c'était justement l'entrée qui leur était assignés. Aux avocats.

La terre entière passe son temps à me rappeler que je ne suis pas fait pour le droit, j'vous dit.

Je me retrouve dès lors à faire la queue durant une quarantaine de minutes parmi des touristes Japonais, Australiens et Schtroumpfs (j'ai des visions toujours un peu particulières à 8h du mat) devant l'entrée « Grand Public » (de toute façon, j'aurais préféré le licenciement pour faute grave à devoir passer par une hypothétique entrée nommée « Petit Public »), et c'est non sans avoir eu le temps de me ronger les ongl... le quart de ma main droite que je passe enfin le contrôle de sécurité, non sans m'y être attardé également un certain temps, ayant la manie de porter des habits dotés d'un minimum de 8 poches chacun et de semer dans ces dernières l'une ou l'autre pièce à la con.

J'ai quand même vu le moment où à force de faire sonner leur détecteur de métaux, j'allais me prendre une balle perdue pour pas un rond ...

Je suis passé.
Je suis enfin dans l'antre des robes noires, mon dossier sous le bras que j'ai fébrile depuis que je suis redescendu plus vite que j'en étais monté
d'une table de bar, un soir d'Octobre 2002 ...

J'en garde une cicatrice à vie à faire pâlir d'envie un quelconque Michael Scofield.

Je regarde ma montre. Il me reste environ 2 minutes pour faire le tour du coin et comprendre dans laquelle des « une ou deux » (réflexion personnelle) salles que doit comprendre le TGI de Paris se trouvera l'audience pour laquelle je suis venu.

(...)

1h30 plus tard, j'en étais limite à hurler « Dany » une hache de pompier à la main dans les interminables couloirs de ce bordel sans nom.

Inutilement d'ailleurs, puisque la partie adverse n'ayant pas jugé utile de se manifester, l'affaire avait été reportée à la semaine suivante ...

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 08:28
J'étais aveugle.
J'étais une brebis innocente marchant à pas feutrés dans la vallée du mensonge, de l'ignorance, et de  la bêtise collective.

Mais non, je ne me rendais pas à la tour TF1, c'est une image, quoi.

Ce matin, je tentais de dessouder les paupières de mes yeux au dessus d'une tasse de café, du moins j'espère que c'en était bien, lorsque ma brune, qui regardait négligemment cette pouf d'Hélène s'inquiéter/s'angoisser/s'interroger sur la fin du monde à cause des garçon, eut cette phrase qui allait rester aussi célèbre dans les temps futurs que Veni vidi vichy.

Je suis en forme, un jeu de mot aussi foireux à 10h20 du mat, on se refait pas.

Voici donc ce qu'allait sentencieusement exprimer la brune, tout en se faisant élégamment éclater un poil resté sous la peau de ses petits ongles vernis :

« En fait, Hélène et les garçons, c'est les mêmes dialogues que ceux du film de cul de M6 du dimanche soir, mais sans scène de cul ... »

... Ma vie en serait changée à jamais.

Notez bien qu'on a tous du espérer un jour que cette niaise d'Hélène se fasse effectivement prendre sauvagement sur le flipper par un clochard du 18ème, rien que pour lui ôter cet air souffreteux insupportable qu'elle affiche dès qu'un truc la contrarie, genre, « c'est horrible il n'y a plus de sucre en poudre à la cafet », etc ...

Enfin, c'est une opinion personnelle, hein.

... Brune, qu'as tu mis dans mon café ?


Partager cet article

Repost0
9 septembre 2008 2 09 /09 /septembre /2008 10:09
Bonjour à tous !

Je me propose d'organiser une hypothétique "Blog Party 4" (renseignements sur l'édition de l'année dernière, cliquez ici), donc j'envoie les invits à tout le monde et pour ceux qui n'auraient rien recu de ma part, qu'ils se manifestent dans les commentaires !

La "Blog Party 4" sera le vendredi 26 Septembre, à partir de 19h.

Pour ceux qui souhaitent ce joindre à moi pour l'organisation, merci de me joindre à cette adresse :
Nicopoi@grandnicolas.com

Pour le lieu, je commence à démarcher dès aujourd'hui, étant évidemment entendu que se sera dans Paris.
Toute suggestion est évidemment bonne à prendre !

Nicolas


Partager cet article

Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 09:13
Si :
- Vous êtes actuellement en train de comater sur votre ordinateur
- Vous vous maudissez d'avoir trainé jusqu'a plus d'heure devant cette sombre daube avec Cluzet et Malavoy que diffusait M6 hier soir aux alentours de 1H du mat (ca valait vachement coup de retirer Ulla, tiens)
- Vos oreilles ont été transformées en paté pour chat Lidl par les gémissements "musicaux" ( Même Sevran n'aurait pas osé. Drucker, à la rigueur ?) qui ont précédé Cali, samedi soir au bord de la Garonne
- Vous êtes au bord de l'indigestion de RedBull

Alors vous aussi, cette petite musique calme risque de vous détendre en cet atroce lundi matin.


... Un vrai post ? Cet après midi, quelle question !

Bon, c'est pas tout ca, mais où ais je bien pu ranger ce cyanure ?

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2008 6 06 /09 /septembre /2008 08:34

Bonjour à tous,

Un tout petit post pour rappeler à mes nouveaux visiteurs (ben oui, les anciens le savent déjà, enfin euh, j'espère, non ?) que plutôt que s'ennuyer à remonter les anciens posts les uns après les autres, ils peuvent tout simplement lire les deux premières saisons de ce blog par le biais de 2 fichiers docs que j'ai patiemment constitué à la sueur de mon front .

Je sais, je suis trop gentil.

Pour ce qui est de la saison 3, je rappelle aux étourdis, mécréants, satanistes et autres engeances pas aidées par la nature que ce blog ayant été commencé un 30 Octobre (Commencer le jour d'Haloween, pas à dire, j'annonçais la couleur dès le départ ...), eh bien, la saison 3 en cours ne sera par conséquent pas terminée avant le 30 Octobre de cette année. Eh oui, je sais, c'est pas croyable.

... Bon dieu, me reste à peine 2 mois pour finir cette horreur sans nom.
Brrr.

Bref, sur ce et donc, vous trouverez ci-dessous les 2 premières saisons du blog, sachant qu'elles sont en permanence et de toute façon d'ores et déjà téléchargeables depuis un demi millénaire que je multiplie par Pi et dont je retiens la T.V.A pour obtenir la valeur Hors Taxe, bref, téléchargeables dans la colonne de droite, vous savez, celle que personne ne voit.

C'est tout de même fou, quoi.

Bon week-end à tous, un post demain si le temps le permet et que mon psychiatre me laisse un jour de plus avant de me faire interner.

 

La saison 1 du Petit Nicolas mais en Plus Grand
La saison 2 du ... la même chose, quoi.

Partager cet article

Repost0