Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 16:56

Février 2001 .

5h du mat , bon dieu . C'est à ce genre d'heure que l'aspect schizophrène de ma personnalité resplendit dans toute son aberrante folie , lorsque j'en suis à insulter cet abruti de Nico qui a accepté la veille au soir avec un enthousiasme criminel de partir skier dans les Pyrénées avec cette andouille de Frédérique .

J'aurais peut-être pardonné "Nico de la veille" s'il n'avait pas pensé a mettre 2 réveils , dont un hors de portée de main pour éviter que les 2 ne subissent la même destruction qu'ils méritaient légitimement .

Aussi , quelle idée de sonner a 5h du mat . Pfff .

Quelque chose ne tourne pas rond . J'ai chaud . Il y'a du chauffage , ça oui , mais étant donné que ma fenêtre est aussi hermétique que l'emploi du temps d'un ministre des affaires étrangères , la température antarctiquienne de ma chambre devrait normalement suffire a rabaisser ma température interne a un niveau équivalent a celle d'un eskimo en maillot de bain sur la banquise .

Mais la , j'ai chaud . D'ou mon désappointement naissant .

D'ordinaire , la douche se suffit presque toute seule (ben oui , le café reste nécessaire , évidemment) en elle même pour me réveiller , ayant l'étrange réflexe de la passer a regarder mon ventre , que je trouve gros sous l'eau et vu d'en haut , ce que le miroir plus flatteur (et diplomatique , mais il n'est pas a l'abri , lui , de ma rancune...) saura me faire oublier quelques minutes plus tard .

La douche après mon passage ressemble a un hammam , mais cela n'explique toujours pas pourquoi mon ventre me donne l'impression de se la jouer sauna . Déréglé .

Ok , j'ai vraiment un problème , même mon rituel café ne passe pas . J'ai beau essayer , mon front moite et mes mains tremblotantes semblent refuser de coopérer , de façon au moins aussi obstinée qu'un Saddam coopérant a sa façon avec l'Onu .

Je commence a me demander ce que pourra être la riposte George Bushienne .

Me voila emmitouflé dans ma combinaison sur les allées Jean Jaurès , mes skis a la main , les yeux révulsionnés et toujours avec cette impression de canicule interne , l'envie grimpante de me servir des bâtons pour me pratiquer des petites aérations dans le corps .

J'avais peur d'être moins aérodynamique sur les pistes , je me suis abstenu .

Le car arrivait . Frédérique et un autre gus nous accompagnant y avaient déjà pris place , je les rejoignais avec un enthousiasme n'ayant rien a envier a celui d'un démineur opérant bénévolement sur une Normandie post occupation Allemande , à mains nues .

Et le car démarra .

En l'espace de 6 secondes , la terre venait de basculer dans ma tête , un torrent inondant soudainement mon front , et mon estomac se retournant aussi allègrement qu'un opposant politique qui se verrait proposé un portefeuille ministériel . Tout juste mes jambes surent me porter les quelques secondes nécessaires pour que j'atteigne les toilettes .

J'y ai passé , sans mentir , environ 15 minutes a vomir , par la bouche , le nez , et les oreilles si ca avait été possible . Une horreur .

C'était ce beau matin de Février 2001 , a 6H15 du matin , dans ce car censé m'amener dans les Pyrénées , mais qui n'avait pas fait 10 mètres que j'avais déjà su m'attirer l'hostilité criante des autres passagers ...

L'odeur , sans doute .

Partager cet article

Repost0
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 16:16
Février 2004 .

Je travaillais encore a mon boulot de télémarketing , qui comme je l’ai déjà souligné avait l’avantage d’être un nid de « souris » comme on en fait peu , l’avantage étant qu’a force de démissions ou licenciements barbares , l’effectif était intégralement renouvelé toutes les 2 semaines .

Ce qui m’assurait un « casier judiciaire » vierge toutes les semaines , donc .

C’est ainsi qu’un beau jour , j’ai eu assise au poste a coté de moi une brune répondant au prénom de Anne . N’étant pas dans un état d’esprit a l’époque a m’attacher a une copine , mais soucieux malgré tout d’occuper mes prochaines soirées , je l’écoutais travailler histoire de voir si elle avait quelques chances de pérenniser sa présence dans l’entreprise . Et au bout de quelques minutes , je décidais de la draguer un peu pour voir .

Quoiqu’il arrive , elle aurait disparu avant 2 semaines . Rien a perdre donc .

Je commençais a la chambrer gentiment sur ses capacités a prendre des rdv , et lui proposais de jouer avec moi au jeu de « le premier qui prend un rdv a gagné une coupe de champagne » . Et me mettais immédiatement l’air de rien en mode chômage technique , ou plutôt « je fais semblant d’appeler des clients quand je suis en train de parler au répondeur vocal France Télecom « il n’y a pas de correspondant au numéro demandé , veuillez demander les renseignements … » .

Croyez le , elle a gagné le concours … ou perdu , selon les points de vue .

(…)

Etant sorti avec elle le soir ou j’avais honoré mon pari , je me retrouvais bientôt invité chez elle afin de faire plus ample connaissance .

Je ne sais pas si cela le fait aux autres mecs , mais chaque fois que je me retrouve invité pour la première fois dans la chambre / appartement d’une amie , j’ai l’impression d’y sentir l’odeur des mecs qui m’y ont précédé , un peu comme un chien reniflant un lampadaire pour vérifier si le labrador d’avant n’y aurait pas laissé un emplacement sec ou s’y soulager soi même .

Non , je ne pisse pas dans la chambre de mes copines .

J’arrivais donc chez Anne tout débordant de bonne humeur , ravi d’être invité chez la demoiselle , jusqu'à ce que je tombe nez a nez avec son rat , qu’elle me présenta en riant (« regarde comme il est mignon ! ») pendant que je tentais personnellement de cacher tout le dégoût qui venait de s’emparer de moi (« oui , très , tu peux l’enlever des mes cheveux ? ») .

Un rat . L’horreur . L’épouvante faite sur pattes . La bête répugnante de « Sitcom » , le protagoniste principal de la trilogie du même nom qui a éprouvé mes nuits , lorsque je me réveillais baignant de sueur en ayant cauchemardé de m’être fait dévoré vivant par les petites bestioles a l’appétit vorace . Saleté de rat .

Et c’est la que le vrai cauchemar a commencé . Chaque fois que je l’embrassais , je pensais au rat . Chaque fois que je sentais son odeur , je pensais au rat (elle prenait des douches pourtant , si si !) . Chaque fois que je la voyais , pensais au rat .

Ca n’a pas fait un pli : Je n’ai pas attendu qu’elle se fasse virer pour la quitter .

Et je ne fais plus d’expéditions noctambules dans la chambre de ma sœur pour lui piquer des cigarettes depuis qu’elle a pris un rat comme animal de compagnie .

Tout cela pour dire que non Marine , ce n’est pas moi qui ai asséché ton paquet .

Partager cet article

Repost0
14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 19:37
J’arrivais a Salièges aussi trempé qu’un eskimo ayant bien involontairement fait un tour sous la banquise rejoindre le phoque qu’il chassait ,  et franchement dans des dispositions a m’imbiber assez remarquablement limitées (comment boire lorsque l’on ressemble déjà a une éponge usagée ?) .

J’étais également assez anxieux car je savais qu’il y’avait quelques chances que Julie soit a cette soirée , et j’étais partagé entre l’envie de l’éviter sombrement toute la soirée , et paradoxalement , celle de la voir .

 
Pour ceux qui ne connaissent pas encore ce petit théorème : après une rupture dont il est a l’origine , un Nico passe les 2 premières semaines a fêter sa liberté retrouvée , la 3ème a se demander ce qu’il va bien pouvoir faire de son samedi , la 4ème a pleurer de quoi remplir le tonneau des danaïdes en reprochant a ses amis d’êtres a l’origine de la rupture .

Dans le cas ou il aurait été largué , les 2 premières étapes sont sautées .

Julie est venue . Après qu’elle m’ait raconté a quel point ses nouvelles aventures noctambules, sexuelles et multiples étaient géniales et a quel point tout allait bien , j’ai passé la dizaine d’heures qui ont suivi a pleurer de quoi provoquer le lendemain , et avec le jeu de l’évaporation , une nouvelle tempête de type tropical .
 
Une amie m’a récemment fait remarquer que je n’exagérais plus assez dans mes comparaisons, alors je tente de rectifier le tir …

(…)

Un mois après .

Je devais aller a un concert de musique classique en compagnie de Caroline , dans l’église de St Sernin . Celle-ci ayant la désobligeance de me poser un retentissant lapin pour cause de « j’ai peur que tu veuilles plus que mon amitié » (ce qui en soit peu se comprendre , sauf qu’elle aurait pu se poser la question avant que je lui offre une place a 30€ … ok , c’est mesquin) , je cherchais un plan de reconversion de soirée .

Je n’avais pas a chercher loin . Le même soir , Julie devait aller voir un sombre navet , American Pie 3 , en compagnie de celui qui tentait de prendre vainement ma succession depuis déjà quelques semaines , mais qui avait le mérite d’avoir su accepter qu’elle sorte avec d’autres tout en persévérant dans ses velléités de séduction .

Les mecs sont prêts a accepter beaucoup , mais celui la en a sacrément bavé .

Avec le recul et seulement parce qu’un certain nombre d’années sont passées ce qui a le mérite de moins me faire culpabiliser tout en ne m’empêchant pas d’en sourire , j’avoue que j’ai méchamment abusé en allant les rejoindre . Mais quel ex n’a jamais essayé de saborder les chances de celui qui prétend sortir avec son ex ?

Baissez les mains , merci .

Julie m’avait en des temps moins hostiles fait la promesse que si j’arrivais lui obtenir l’énorme présentoir publicitaire du film « les aventures de Porcinet » , je pourrais lui demander ce que je voudrais .

Il faudrait faire un sondage pour demander aux mecs qu’est ce qu’ils demanderaient dans une hypothèse de position de force aussi monstrueuse .

Moi , ce soir la , lorsque j’ai vu le fameux présentoir , j’ai immédiatement compris ce que je voulais . Aussi l’ais je pris sous le bras , ai traversé tout le cinéma avec , puis la salle sous les regards ahuris des spectateurs , planqué l’objet du délit dans le couloir de sortie , puis suis vite revenu m’asseoir , assez vite pour ne pas être remarqué par des employés arrivés a la hâte improviser un « contrôle de ticket » .

Ils n’ont pas retrouvé le Tigrou clandestin .

Et moi , je suis rentré chez moi accompagné de Julie pendant que l’autre rentrait chez lui , la soirée ruinée . Mais comme quoi il ne faut jamais désespérer , il a eut l’occasion de persévérer et a finalement réussi a sortir avec la belle , avec qui il est a ma connaissance depuis 4 ans .

A peu près le temps depuis lequel le Tigrou orne les murs de mes chambres successives …

Partager cet article

Repost0
13 octobre 2006 5 13 /10 /octobre /2006 19:31
Octobre 2003 .

J’avais passé la soirée au « One Again » , une boite de nuit particulièrement folklo et aux DJ aux goûts musicaux plus que contestables (passer une musique de féria dans une boite de nuit est certes amusant mais ne lui vaut que très difficilement une réputation plus douce que de boite de beaufs) , en compagnie de Julie et de mes amis , avec qui nous fêtions joyeusement mon anniversaire .

Fêter joyeusement mon anniversaire revenant dans le cas de Julie a se trémousser pendant toute la soirée devant un bellâtre hideux , provoquant un certain désappointement chez mes amis (« Nico ! Elle se colle a lui ! Mais arrête la ??? ») .

J’ai longtemps hésité par la suite a retourner en boite avec une petite amie .

Après avoir pris congé de mes amis , j’allais dormir avec Julie chez cette dernière , et alors qu’elle s’endormait dans mes bras , je regardais le film défilant a la télévision , « les nuits fauves » .

Hormis le coté effroyablement malsain du film , sa morale idiote , son vide intersidéral d’enchaînements et une qualité d’image peut être pas si proche de ce que l’on faisait dans les années 30 (« le dictateur » était de très bonne qualité en la matière . En noir et blanc , certes) , je restais particulièrement dubitatif sur cette fille qui dans le film , accumulait les crises de jalousie hystérique (a tord ? Après tout son mec lui assurait bien que c’était elle qu’il aimait et qu’il couchait avec 20 mecs dans un parking glauque juste pour rigoler) sans pour autant larguer enfin sa raclure de copain au prétexte , je cite , « qu’il est a elle » .

Il serait intéressant d’étudier la jeunesse du scénariste , cet homme la est très perturbé .

Lorsque encore tout choqué par ce sinistre navet , et après que j’ai dit a Julie qu’a aucun moment de la soirée je n’avais été inquiet de la voir se frotter a un autre mec , elle me répondit par un glaçant « tu as tord » , je me vis instantanément dans ma tête a la place de la fille hystérique et elle a la place du mec relou du film dans un parking glauque .

Ça n’a pas fait un pli : j’ai quitté Julie séance tenante .
 
(…)

3 semaines plus tard .

J’avais entamé mon boulot de télémarketing dans la joie et la bonne humeur , enfin celle qu’il pouvait me rester après une petite centaine d’appels en 4h pendant lesquels je me faisais aimablement invectiver de charmantes petites attentions par mes victimes .

Les gens sont toujours originaux au moment d’envoyer valser celui qui leur propose de la défiscalisation a 21h30 .

Ce soir la , je devais retrouver un certain nombre de mes amis pour une beuverie ignoble gentiment appelée « Soirée de Salièges » , ce qui est une appellation aussi trompeuse qu’un lait concentré sur lequel on collerait une étiquette marquée « Light » . Pour l’histoire , Salièges a cessé sous sa forme initiale après qu’un certain nombre de parents d’élèves s’émeuvent que leur fiston ait expérimenté les joies du coma éthylique .

Les gens manquent d’humour .

Je finissais le boulot a 22h , et me mettais en devoir de réfléchir a un moyen de rallier la soirée , alors qu’une tempête biblique avait comme il se doit éclaté quelques minutes plus tôt . Après avoir rapidement fait le calcul assez élémentaire que petite chemise + température a 5° multipliée par pluie a la puissance marche noctambule sur 4km égalaient une mort assurée de pneumonie au service des urgences le lendemain a Purpan , je tentais de convaincre un de mes collègues de prendre la direction opposée a celle l’amenant a chez lui et de raccourcir mon calvaire .

Avec plus qu’un kilomètre a parcourir , j’ai évité la réa . Toujours ça de gagné .

(Be Continued)

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 19:03
Une de mes plus grandes causes de consternation , et cela pendant des années , a été de constater que mes ex , moins d’un mois après m’avoir remplacé , semblaient avoir trouvé en mon remplaçant l’homme de leur vie .

Je m’explique , ne tirez pas encore .

Dans le fond , que je sois remplacé n’avait pour moi qu’une importance somme toute mineure . Je laisse aux filles cette étonnante tendance a vouloir que leur homme ait une expérience de vieux briscard cinquantenaire sans avoir jamais connu qui que se soit d’autre qu’elles .

Du point de vue de la cohérence , on ne peut pas dire que l’on soit proche d’un traité de physique quantique . D'un point de vue féminin , le raisonnement ce tient .

Non , ce qui me crispait était l’idée que ces ex ne pouvaient pas avoir changé plus radicalement qu’un Cat Stevens en quelques jours , et que pourtant , la ou moi j’avais sombrement échoué et que nos relations avaient fini dans les insultes (les avocats , ce n’est que pour dans quelques années) , un autre mec arrivait derrière moi et parvenait a en faire les plus parfaites petites amies .

J’ai mis des années a comprendre que ma théorie comme quoi ça aurait été moi qui en avait fait des copines modèles et que c’était un autre qui en profitait était au moins partiellement inexacte .

Sinon totalement , inexacte .

(…)

Un des grands avantages des td lorsque l’on est étudiant , reste que contrairement aux si peu chaleureux amphis ou l’on se retrouve englouti dans la masse anonyme des autres condisciples , le td favorise les rapprochements pour peu que l’on ait eu l’intelligence de choisir la bonne place , soit a coté de la fille la plus jolie et la plus célibataire accessoirement , et ce des la première séance .

Il serait possible de tourner de véritables documentaires animaliers sur le comportement des males lorsque l’un d’eux tente de prendre la dite place a un autre .

Personnellement , je me suis retrouvé entouré d’autres males , ayant la fâcheuse habitude d’arriver en retard à la première séance . Et aux suivantes , aussi .

Cependant , certains td permettent de redistribuer les cartes , notamment lorsque un prof un peu vieille école n’a pas compris qu’organiser des exposés revient a inciter les étudiants a faire des recherches de 10 secondes sur google et boire un verre pendant l’impression , et non pas les inciter a faire une recherche studieusement poussée en bibliothèque universitaire .

Pour certains , cette conception de l’exposé remonte a l’époque des TPE , en ce temps déjà lointain du lycée .

Bref , et cette année la , mon td d’anglais ne manqua pas à cette bonne vieille routine de l’exposé , et je me retrouvais a peine moins de 20 minutes après la fin du cour en train de déboucher la deuxième bouteille de rosé pendant que l’imprimante tournait a plein régime , entouré des 2 filles et du pote avec qui nous déblatérions sur la meilleure manière d’illustrer notre exposé , ou tout du moins de le rendre sympathique a nos condisciples .

La solution « acheter du Rhum commerce équitable » rencontra un certain succès .

Le vin aidant , je me rapprochais d’une des deux filles , qui bien que vraisemblablement non célibataire , avait une attitude pouvant laisser espérer que ce petit problème pouvait s’arranger sans trop de difficulté .

Quand une copine concède que son mec est un peu « trop rapide » a son goût , forcément que je dresse un peu l’oreille .

J’ai passé l’après midi avec elle , puis le soir , puis le suivant . Nous avions des discutions de confidents , je sentais qu’elle n’était plus heureuse avec son homme , qu’elle ne le trouvait plus assez attentionné , et que ces quelques moments passés tout les deux suffisaient a lui donner le sentiment qu’elle pouvait avoir mieux que ce qu’elle avait .

Soit la routine du couple , tout simplement .

Après que nous ayons passés une soirée supplémentaire dans mon appartement en compagnie d’un ami , je me décidais a la raccompagner , ce qui n’étais pas forcément une mince affaire sachant que j’aurais préféré qu’elle reste , qu’elle habitait a perpettes les oies , et accessoirement que je m’étais ramassé en bas de mon escalier et affreusement tordu la cheville devant elle , médusée .

J’ai boité une semaine , mais ce soir la je n’en montrais rien , outrageusement honteux . Et confus .

Alors que nous venions de sortir de chez moi , cela se produisit . Quelque chose d’inexplicable . Nous ne nous étions rien dit , n’avions jamais fait d’allusions quelconques , même pas minaudé fut ce un tantinet .

Et dieu sait que j’ai la drague voyante .

Mais elle s’est retournée . Son regard a percé mon cerveau en un quart de seconde , et j’ai su que c’était ça qu’elle voulait , et que moi aussi , je voulais plus qu’une soirée monopoly ce samedi soir d’Avril . J’ai achevé sa manœuvre en arrivant sur elle alors qu’elle n’avait pas fini de pivoter , et nous nous sommes embrassés .

Et pendant ce temps la , l’autre buvait des bières chez un copain a lui .

Il ne saura jamais a quel point nos bisous étaient doux alors que je la raccompagnais , encore moins qu’eut il passé son appel 10 minutes plus tard , personne ne peut dire ce qui se serait passé après qu’elle m’ait dit « on va chez moi ? » . Nous avions a peine pris la direction de son appartement qu’il l’appelait et sur une voix hargneuse , la seule chose qu’il trouvait a lui dire était « T’es ou !!!? » .

 Ils sont encore ensembles aujourd’hui . Et il ne sait pas , évidemment …

Partager cet article

Repost0
29 août 2006 2 29 /08 /août /2006 15:59

Lorsque je retrouvais Erika 3 jours après notre rencontre a ma banque , et ayant promis a la demoiselle , dans l’espoir fou de s’en rapprocher timidement , de lui faire découvrir Toulouse By Night , je l’invitais a prendre un verre a Toulouse Plage , qui a l’époque n’avait subi l’ire de sombres riverains auxquels je voue tout mon mépris , et n’avait subi non plus le rétrécissement horaire imposé par un conseil municipal obnubilé par le sommeil des idiots mentionnés précédemment .

 

Il m’arrive de me venger en criant dans la rue a 3h du matin « debout les bourgeois » .

 

Lorsque intervint l’heure de fermeture , je proposais a la belle de venir prendre un verre a la maison , ce qui je le concède n’était pas tout a fait innocent , cette dernière ayant eu l’imprudence de m’avouer un petit faible pour le bon vin blanc Français .

 

Autant dire de suite que j’avais en prévision de cette soirée acheté de quoi saouler un régiment Polonais en bon vin blanc Français .

 

Après quelques verres , et la Erika ayant une corpulence a peu près 2 fois moindre que la mienne pourtant modeste a l’époque (horreur , j’ai eu du mal a refermer certains de mes pantalons a mon retour de Bayonne …) , il va de soit qu’elle était ronde comme deux régiments . De Polonais .

 

A chaque seigneur tout honneur : j’avais bu 2 fois plus qu’elle , et j’étais aussi rond qu’elle .

 

Je ne sortais pas encore avec elle a ce moment la , et j’avoue que je ne voyais guère comment y parvenir , me doutant tout de même que mes intentions avaient été percées a jour des la première seconde (c'est-à-dire au moment ou je lui proposais une autre file d’attente que la mienne … Petit rappel des faits ici : http://nicopoi.over-blog.com/article-2853154.html ) .

Encore fallait il me déclarer .

 

Je me surprends moi-même remarquablement souvent par mon coté vieille France .

 

Il m’est impossible de me remémorer comment l’idée m’est venue , mais encore aujourd’hui j’en garde un souvenir ému . J’avais attrapé une feuille de papier , et nous entamâmes une discution écrite a moins de 3 cm l’un de l’autre .


 

        … Elle a fini sous la douche quelques minutes plus tard . En ma compagnie , rien de tel pour se rafraîchir les idées en cette lointaine nuit d’Aout 2004 …


Il faut croire qu'il m'était finalement possible de "bersarte" la Erika , meme bourrée .

Partager cet article

Repost0
26 août 2006 6 26 /08 /août /2006 18:02

Vendredi .

Je me suis longtemps demandé si les filles connaissent ce sentiment bizarre que de se réveiller en ayant en tête l’idée obnubilante " ce soir je vais faire l’amour " , non pas que la chose soit si rare –quand même !- mais que de le faire avec une quasi inconnue en sachant que seul un cataclysme majeur ou , au choix , une convocation judiciaire sur demande de ma banque , pourrait l’empêcher .

En se réveillant dans ces conditions , inutile de dire qu’une banale journée de 24h en paraît 956 .

Bon . Faisons le point .

Champagne ? Acheté , j’ai réussi a ne pas me couvrir de ridicule au moment de l’acheter , évitant de prononcer le nom de la bouteille retenue comme une regrettée fois avec un accent a faire pleurer de rire le premier épicier venu . Dommage cependant qu’il m’ait fallu trouver un tombereau d’excuses pour justifier que j’ai oublié mon portefeuille chez moi …

Deuxième boutique Nicolas écumée a laquelle je ne retournerais pas .

Appartement ? Moquette frottée a l’éponge pendant plus de 2h la veille , vaisselle des 3 dernières semaines expédiée en un temps record (quelques verres n’y ont des lors et forcément pas survécu) , odeur de tabac dissipée avec le papier d’Arménie …

La larme a l’œil , j’ai hésité a photographier mon appartement dans cet état franchement inhabituel .

Préservatifs ? Achetés , j’ai réussi a vaincre cette appréhension qui me tenaille atrocement a chaque fois que je songe a rentrer dans une pharmacie pour ce faire , guettant le nombre de clients a l’intérieur et qui pourraient avoir le regard lourd sur mon achat (je suis frappé , je pense qu’il me serait moins difficile d’acheter Mein Kampf devant un plein stade qu’une boite de Durex devant un seul et unique témoin) …

J’ai fait 10 pharmacies avant d’en trouver une paumée et vide , dont je ne risquerais pas de croiser le proprio par la suite …

J’arrivais donc au boulot avec le sentiment d’avoir fait de mon mieux pour recevoir mon invitée , que je devais retrouver aux alentours de 22h .

" Nicolas ? Mais … tu arrives trop tôt ! "

J’aurais préféré le cataclysme majeur , tout compte fait . Bon dieu , comment se sortir de ce merdier … Première chose urgente : ne surtout pas avertir Nina . Je vois trop le tableau sinon : " Ben écoute , c’est pas grave , 23h ça fait un peu tard , on remet ça a plus tard " ce qui équivaut en langage Français a un " T’es une triple buse , tu avais une chance ce soir et tu en auras pas deux . "

Que mes lectrices tentent de dire le contraire .

Aussi me restais plus qu’a trouver un moyen d’amadouer la Nina pour lui faire passer la pilule quand j’avouerais mon incroyable bourde . Plan Nicodrillon , hop ! Je fonçais chez Celio troquer mon effroyable polo jaune contre un t-shirt présentant mieux (ce qui n’est pas difficile, la couleur jaune passe rarement auprès des filles , allez savoir pourquoi) , puis faisait un détour par mon oasis Toulousaine , le " Flowers Café " , producteur comme nul autre de tartes aux citrons a tomber par terre .

Et a faire oublier un plan foireux organisé par un Nico tête en l’air .

Nina a eu la gentillesse de ne pas m’en vouloir . La preuve , j’ai pu réaliser un de mes plus vieux fantasmes (chose que je nierais formellement si mon employeur venait a imprimer ses lignes en vue d’une procédure disciplinaire …) , ce qui vous l’imaginez suffit a rompre la glace et a donner le tempo de la soirée …

Alors que nous batifolions gaiement chez moi plus tard dans la soirée , j’entendais des bruits inhabituels provenir d’en bas de chez moi … au bout de quelques minutes , je comprenais que des badauds amusés des gémissements de la Nina (si ! si !) s’amusaient a eux mêmes obtenir un son se rapprochant de ceux particulièrement conséquents émis par cette dernière .

J’ai été fermer la fenêtre avec un large sourire , saluant comme il se devait notre quinzaine (sic.) de spectateurs auditifs .

Que c’est bon pour l’égo , ce genre d’histoires …

Partager cet article

Repost0
25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 16:32
Jeudi matin .

 

J’ai passé la nuit sur mon ordinateur a regarder de sombre niaiseries pour m’occuper , en faisant -chose particulièrement inhabituelle- un équivalent en décibels valant difficilement le discours d’un sénateur pris d’une extinction de voix , priant pour que la nuit soit courte que je puisse enfin espérer récupérer mon clic clac , souvent décrié mais bien utile pour une occupation aussi futile que dormir .

 

Clic clac en l’occurrence squatté par 2 de mes amis , ce qui ne laissait que peu de place pour votre humble serviteur .

 

Alors qu’il commençait a faire plus jour dans la pièce qu’au milieu d’une centrale solaire , le dernier de mes amis parti enfin vaquer a ses occupations et me libérait la place nécessaire a ce que je roupille un peu , en partant du principe bien évidemment que le bruit des ouvriers en bas de chez moi m’autorise a songer que j’ai une infime chance de fermer une paupière , voir deux .

 

C’est terrible cette habitude qu’ont les gens de bosser le matin .

 

Alors que j’en étais a hésiter entre m’acheter une grosse bertha , ou envoyer un mail au FBI afin de leur signaler la présence de Ben Laden dans la rue , ce pour avoir raison du bruit émanant dans la rue , un contact me bippait sur msn .

 

Ciel , la Nina . Je ne pouvais légitimement m’empêcher de lui proposer ce qu’une personne n’ayant pas dormi depuis plus de 24h ne puisse qu’envisager : de prendre le petit déjeuner . Pardon ? Tu es a Auterive ? Pas grave , la gare est a deux pas .

 

Nombre de personne me reprochent d’être fatiguant . A ne jamais fatiguer …

 

La Nina m’avait averti qu’elle ne pouvait pas me recevoir au delà de midi , étant désireuse de pouvoir éviter une explication avec son père (arrivant dans ces eaux la) qui aurait pu être cocasse si emprunte de sincérité : « papa , je te présente Nico , avec qui j’ai prévu de coucher demain pour peu que j’oublie qu’il a 4 ans de moins que moi » .

 

Les présentations seraient tellement plus drôles avec moins de formalisme …

 

Toulouse Auterive , c’est 20 minutes en train . Pour peu que l’on ne s’appelle pas Nico , et que l’on ne se trouve pas dans LE train qui s’arrête a St Jory et autres bled qui feraient passer Muret ou Launaguet pour des métropoles au dynamisme exubérant .

 

Le train a mis une heure trente , je produit sur demande le billet de train qui l’atteste au premier sceptique venu .

 

Je la repérais de suite sur le quai , et poussais dans ma tête un soupir de soulagement a cette vue qui n’eut dans l’histoire d’avoir comme égal que celui que je poussais , quand , après le conseil de classe du second trimestre de seconde ou j’avais obtenu la mention « aucune première envisageable » , j’avais eut au troisième trimestre la mention « admis en première » .

 

Nina était aussi jolie que je l’avais imaginé , de la même manière que les professeurs m’avaient finalement accordé le bénéfice du doute .

 

Le petit déjeuner se passait bien sans que je tente de sauter sur la Nina comme un vague instinct primaire me le commandait , retenu par l’idée que son père risquait d’arriver et eut pu trouver fâcheux de voir sa fille subir les assauts frénétiques d’un jeunot de 22 ans .

 

Bon dieu , que c’est bon de pouvoir se traiter de jeunot …

 

(Be Continued)

 

Ps : je suis chiant a faire durer hein ?

Partager cet article

Repost0
24 août 2006 4 24 /08 /août /2006 16:28
J’ai déjà eu l’occasion d’avouer sobrement des rencontres faites sur Meetic , mais ma dernière liaison inaugurait un nouveau genre , qui , ma foi , vaut le détour .

 

J’ai rencontré une « Blogeuse » .

 

Lorsque j’ai commencé mon blog , je le faisais presque machinalement , pris d’une simple envie de raconter deux trois histoires que j’avais en tête et qui je pensais déclencheraient des débuts de sourires sur les personnes qui auraient la curiosité de s’attarder sur mes navrantes déambulations noctambules .

 

Je n’avais pas prévu que nombre d’autres ne seraient que consternées , mais on ne peut pas penser a tout , comme se plaisait d’ailleurs a le répéter Prunelle .

 

Et puis vinrent les premiers mails ou commentaires de lecteurs me faisant part de leur amusement (ceux de consternation avaient déjà plus inondé ma boite au lettre que la Somme n’avait englouti une ville aussi inutile qu’Abbeville) , m’incitant a narrer toujours plus sur mes péripéties diverses et variées .

 

Avant l’été , j’ai songé a arrêter mon blog parce qu’il s’avérait qu’il me portait un préjudice plus que certain , les filles que je rencontrant , et ayant par un malheureux hasard eut vent de ce dernier , acceptant potentiellement mon amitié , mais fuyant toute proposition de ma part qui puisse déborder de ce cadre , pourtant un brin exigu selon moi .

 

Une amie m’a fait aimablement remarquer récemment que je donnais l’impression perpétuelle d’être « en quête » , courant derrière une fille a peine 30 secondes après avoir pris un râteau avec une autre . Je dois bien reconnaître qu’il y’a du vrai , mais j’avais remarqué il y’a un temps qu’il ne servait a rien d’insister après un refus .

 

Et j’ai remarqué seulement plus récemment que courir trop vite après un refus ne peut qu’entraîner une aimable réplique de ce dernier auprès de la suivante .

 

Arriva Julie³ , qui de part son mail et la soirée qui s’ensuivit , me donna envie de continuer encore le blog pendant , très , très , très …

 

… Longtemps .

 

(…)

 

Je suis tombé sur le blog de Nina alors que j’en étais une fois encore a regarder le référencement du mien , activité égocentrique au possible mais que j’avoue pratiquer assez régulièrement depuis que j’ai relevé d’étranges recherches que font certains internautes et qui les mènent directement sur mon blog .

 

Je me sens effroyablement vexé que des personnes soient tombées sur mon blog en tapant comme recherche « malédiction râteau » , « origine de la Galinette » , « rencontres d’un soir » , ou bien encore « blogs échangistes » .

 

Et encore , si je disais que quelqu’un a atterrit sur mon blog en tapant « différents pénis en photos » …

 

Bref , son blog narrant ses propres démêlés sentimentaux avec les mecs d’une manière particulièrement enthousiasmante , je m’y intéressais , constatant relativement vite que la blogueuse habitait sur Paris , mais se trouvait être une ancienne Toulousaine . Inutile de dire qu’il ne m’en fallait pas plus pour l’inviter a prendre un verre lors de son prochain passage a Toulouse .

 

Ok , le terme de « quête » n’était peut être pas si infamant . Et diffamatoire .

 

(Be Continued)

Partager cet article

Repost0
19 août 2006 6 19 /08 /août /2006 17:58

La première fois que j’ai voulu faire un cadeau a une petite amie , je m’y suis pris un 31 Décembre , son anniversaire étant bien évidemment le 1er Janvier . Dans l’urgence et quelque peu paniqué , j’arrivais a lui trouver une robe de soirée somme toute assez présentable , qui avait également le mérite de me revenir a une somme aussi modique que mon empressement a lui trouver un cadeau .

Autant dire que question rapport qualité / prix , même Lidl n’aurait su s’aligner sur le prix que j’avais payé .

Mes parents s’offusquant de la présentation de mon cadeau (un sac en plastique qui faisait effectivement peu bonne figure) , ils ressortirent un sachet Yves St Laurent qui avait fait usage quelques jours plus tôt la soirée de Noël , et j’y glissais la robe , ravi d’avoir un paquet prestigieux dans lequel offrir mon trop modeste cadeau .

Grave erreur : elle a cru un nombre conséquent d’années que la robe était elle même d’Yves St Laurent , et je n’ai jamais osé la détromper .

La réalité aurait été trop dommageable pour l’admiration blâmable qu’elle me portait alors .

(…)

Ne souhaitant pas renouveler le pittoresque coup de la robe , je décidais d’offrir une bague a ma deuxième petite amie , espérant ainsi ne pas avoir a me retrouver dans une confuse situation et pouvoir ne pas avoir a justifier de sa provenance , encore moins de son prix , qui n’avait , je le concède , rien de pharaonique .

Sans pour autant provenir d’un distributeur de chewing gum , n’exagérons rien .

Tout était parfait : un étui présentant plutôt bien , une bague plutôt jolie , offerte a un moment opportun . Il est juste regrettable que personne ne m’ait appris que de la même manière qu’il existe des tailles de chaussures , il existe des tailles de bagues .

La bague aurait quasi pu lui servir de collier , ce qui posa problème .

Ca a été un enfer . J’ai du retourner une vingtaine de fois au magasin , parce qu’une fois la taille n’était toujours pas la bonne , parce qu’une erreur avait fait qu’ils m’avaient rendu strictement la même que celle que j’avais ramené , parce qu’ils n’avaient toujours pas le bon modèle , et autres raisons foireuses inimaginables , sauf pour un Nico .

Pour le mystère de la provenance du cadeau , on repassera . Ma copine d’alors dut m’accompagner a chacune de mes réclamations , plutôt consternée par mon initiative quoique ne me proposant que gentiment d’opter finalement pour des chocolats …

(…)

Avec ma dernière vraie petite amie , j’ai voulu éviter toute prise de risque inutile . Je lui ai demandé ce qu’elle voulait de façon assez subtile (" euh … pour ton anniversaire , quelque chose te tenterais ? ") , suis allé sur un site internet auquel je ne voudrais absolument pas faire mauvaise publicité (Cdiscount , notez le bien quand même) et ai passé commande .

… Je m’étais trompé d’un chiffre pour le numéro de sa rue . j’ai passé des heures interminables a déterminer ou le colis c’était perdu (le colis a du faire plus de 1000 km a faire des allers retours entre Poitiers et le centre de tri de Bordeaux) , a m’engueuler avec le service consommateur de Cdiscount , de Chronopost , avec ma copine qui avait le malheur de ne pas être la lorsque enfin le facteur se présentait a sa porte .

Elle a eu son cadeau 2 mois après son anniversaire .

Partager cet article

Repost0