Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
9 décembre 2006 6 09 /12 /décembre /2006 16:56

Février 2001 .

5h du mat , bon dieu . C'est à ce genre d'heure que l'aspect schizophrène de ma personnalité resplendit dans toute son aberrante folie , lorsque j'en suis à insulter cet abruti de Nico qui a accepté la veille au soir avec un enthousiasme criminel de partir skier dans les Pyrénées avec cette andouille de Frédérique .

J'aurais peut-être pardonné "Nico de la veille" s'il n'avait pas pensé a mettre 2 réveils , dont un hors de portée de main pour éviter que les 2 ne subissent la même destruction qu'ils méritaient légitimement .

Aussi , quelle idée de sonner a 5h du mat . Pfff .

Quelque chose ne tourne pas rond . J'ai chaud . Il y'a du chauffage , ça oui , mais étant donné que ma fenêtre est aussi hermétique que l'emploi du temps d'un ministre des affaires étrangères , la température antarctiquienne de ma chambre devrait normalement suffire a rabaisser ma température interne a un niveau équivalent a celle d'un eskimo en maillot de bain sur la banquise .

Mais la , j'ai chaud . D'ou mon désappointement naissant .

D'ordinaire , la douche se suffit presque toute seule (ben oui , le café reste nécessaire , évidemment) en elle même pour me réveiller , ayant l'étrange réflexe de la passer a regarder mon ventre , que je trouve gros sous l'eau et vu d'en haut , ce que le miroir plus flatteur (et diplomatique , mais il n'est pas a l'abri , lui , de ma rancune...) saura me faire oublier quelques minutes plus tard .

La douche après mon passage ressemble a un hammam , mais cela n'explique toujours pas pourquoi mon ventre me donne l'impression de se la jouer sauna . Déréglé .

Ok , j'ai vraiment un problème , même mon rituel café ne passe pas . J'ai beau essayer , mon front moite et mes mains tremblotantes semblent refuser de coopérer , de façon au moins aussi obstinée qu'un Saddam coopérant a sa façon avec l'Onu .

Je commence a me demander ce que pourra être la riposte George Bushienne .

Me voila emmitouflé dans ma combinaison sur les allées Jean Jaurès , mes skis a la main , les yeux révulsionnés et toujours avec cette impression de canicule interne , l'envie grimpante de me servir des bâtons pour me pratiquer des petites aérations dans le corps .

J'avais peur d'être moins aérodynamique sur les pistes , je me suis abstenu .

Le car arrivait . Frédérique et un autre gus nous accompagnant y avaient déjà pris place , je les rejoignais avec un enthousiasme n'ayant rien a envier a celui d'un démineur opérant bénévolement sur une Normandie post occupation Allemande , à mains nues .

Et le car démarra .

En l'espace de 6 secondes , la terre venait de basculer dans ma tête , un torrent inondant soudainement mon front , et mon estomac se retournant aussi allègrement qu'un opposant politique qui se verrait proposé un portefeuille ministériel . Tout juste mes jambes surent me porter les quelques secondes nécessaires pour que j'atteigne les toilettes .

J'y ai passé , sans mentir , environ 15 minutes a vomir , par la bouche , le nez , et les oreilles si ca avait été possible . Une horreur .

C'était ce beau matin de Février 2001 , a 6H15 du matin , dans ce car censé m'amener dans les Pyrénées , mais qui n'avait pas fait 10 mètres que j'avais déjà su m'attirer l'hostilité criante des autres passagers ...

L'odeur , sans doute .

Partager cet article

Repost 0

commentaires