Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
25 mars 2006 6 25 /03 /mars /2006 20:23
Au début de l’été dernier , je me suis résolu a me racheter un vélo , décidé a oublier les avanies que j’avais pu subir avec les précédents , comme par exemple la fois ou j’ai passé une semaine a essayer de me souvenir ou je l’avais laissé a la Fac (nuance : j’ai abandonné les recherches au bout d’une semaine) , ou encore la fois ou je suis passé par-dessus la portière d’un automobiliste aussi désagréablement rapide qu’étourdit , ou pour finir la fois ou j’ai pu agréablement vérifier que le bitume soit fait du même goudron que celui qui parasite mes cigarettes après avoir perdu mon équilibre quand les pédales se sont dévissées sans prévenir…

J’ironise souvent en affirmant que je me suiciderais a 50 ans sur une plage de Normandie : je suis dans le fond persuadé que je mourrais d’un accident aussi improbable que pathétique , je vois bien un A380 perdre une aile en vol qui heureusement en s’écrasant ne ferait qu’une victime … moi (égocentrique , va) . Dans le doute , j’ai surveillé le ciel le jour de la rentrée de Mir dans notre atmosphère…

Fin du Hors sujet . Je m’égare vite …

Bref , par prudence , j’évitais d’investir décemment et m’achetais un vélo Polonais a 80€ neuf, espérant ne pas me faire lyncher par des patriotes ou fanatiques (le débat sur la Constitution n’avait pas franchement eut le temps de refroidir …) .

J’ai bien évidemment amèrement regretté mon choix sur les côtes a tord méconnues du Gers , ruminant qu’un VTT au siège si bas que je ne pouvais que pédaler debout (essayez sur 300km! Etonnez vous que je devienne le jumeau de Quasimodo , tiens) n’était pas forcément le choix le plus judicieux de ma vie , bien que forcement moins con que mon idée de faire superman les pieds en avant contre une poubelle .
La barre était haute , il est vrai .

N’ayant pas la célérité d’un Amstrong (je prétends encore naïvement qu’il ne se dope pas) , nous avions décidé mes inconscients de potes et moi de faire Toulouse Bayonne en 3 étapes et demi , mes amis faisant la demi étape sans m’attendre pendant que je travaillais mon dernier jour de boulot (« - Donc comme je vous disais , mon gendre qui est ostéopathe et dont les enfants sont dans un lycée catholique du Nord de Brégançon …- Madame , pitié , dites moi juste de quoi exactement vous êtes malade , pas tant de détails … ») .

(…)

Lundi 1er Aout .
“Rah ah ah … C’est aujourd’hui que je vais prouver aux Ben , Mat et Tom que je suis pas tant une moule que ça et que j’ai les jambes pour gravir les cotes avec des années lumières d’avance , aujourd’hui s’effondre le mythe du Nico pas sportif ! Ah mais … » .
Tout a mes vains rêves de reconquête d’estime , je privilégiais une tenue légère afin de grappiller quelques grammes et ne pas être ainsi gêné de la journée . Tshirt et short , pour être plus léger il n’y avait que le maillot de bain …

… que j’ai amèrement regretté une fois débarqué a Gimont . Nom de dieu , je ne savais même pas qu’il était possible de prendre autant d’eau sur la tronche un premier Aout . C’est bien simple , j’ai eu peur un moment donné que notre équipée finisse noyée sous ce déluge de fin du monde . Histoire de faire bon poids bonne mesure , je me suis gelé comme un soir d’hiver particulièrement rude . Pardon , un soir d’hiver particulièrement rude au Pole Nord , je le précise au cas ou j’aurais été trop approximatif dans ma peinture du tableau …

J’ai tenu les 4/5 de la distance de cette fichue première journée . J’ai passé mon temps a me demander si les Gersois accepteraient qu’on aplatisse un peu leur région comme ca pour voir si ce ne serait plus pratique , et a m’entretenir le moral en essayant d’être aux avants postes , me motivant avec des « bah , plus que 60 petits kilomètres et nous sommes arrivés … bah , plus que 59.9 petits kilomètres et…»

Je me suis effondré quand arrivé a la fin de mon décompte , Mat m’a avoué qu’il restait 15km de cotes …

(…)

Mardi 2 Aout .
Je ne saurais dire si me suis réveillé d’une humeur massacrante en raisons des violentes courbatures qui martyrisaient mon pauvre dos , ou si elle était motivée par la colère d’avoir failli dans ma motivation la veille . Enfin quoi ? J’allais rester Nico le mou tout ma vie ? Merde enfin !

Alors qu’il ne restait plus que 25km sur les cent de la journée , je me suis tout a coup retrouvé au hasard d’un dépassement de poids lourd (aaaah … l’odeur du gasoil a vélo …) 100 mètres devant les autres …

J’ai pédalé . J’ai pédalé comme un dératé , comme si un lâcher de Pascal Sevran venait d’être fait dans mon dos , ou comme si les ex qui puissent avoir quelque prétexte d’animosité a mon égard courraient derrière moi .

… Même dans les descentes du Gers , je n’avais pas été aussi rapide …

Je suis arrivé avec 30 minutes d’avance sur mes potes , le vélo mettant a peu près ce temps par la suite pour refroidir (il faut que j’arrête de regarder Tex Avery) …

Nico le flan , c’était fini . Au moins dans ma tete en tout cas ...
Partager cet article
Repost0
13 mars 2006 1 13 /03 /mars /2006 20:03
Un nombre considérablement élevé d’amis m’en ont un jour ou l’autre voulu de les avoir plantés lamentablement sur une soirée ou j’avais promis de faire acte de présence . Comme quelqu’un me l’a très justement fait remarquer (c’est a dire sur un ton aussi moqueur que assassin) , mon problème a toujours été de ne pas savoir dire « non » , particulièrement lorsque l’on me propose une soirée .

… Quand bien même on m’en aurait déjà proposé 4 autres avant cette dernière …

Certaines personnes pensent que cette attitude on ne peut plus désobligeante que je peux avoir a leur endroit serait due au fait que je me fiche royalement d’elles . Il s’agit d’un raisonnement bien évidemment erroné . Le vrai problème est que je me gargarise d’avoir beaucoup d’amis (qu’une ex désobligeance ne qualifiait que de « simples connaissances » , vaste vacherie féminine) , et qu’il me fait mal au cœur de refuser la moindre soirée en souvenir du nombre de fois ou j’ai refusé des soirées au profit d’une autre qui finalement s’annulait aux dernier moment .

J’ai souvent fini vert de colère a pester seul au balcon de la Bodega …

C’est ainsi que samedi , je devais a l’origine prendre un verre avec Ben . Dans l’après midi , c’etait Alex qui me proposait d’aller se saouler avec elle . Puis Clément me proposait de prendre un pot dans l’appart qu’il sous loue a un pote . Une heure après , Jeremy me suggérait de le rejoindre au café popu . Enfin , quelques minutes avant la fin du boulot , Caroline me suggérait de la rejoindre elle et ses copines (j’allais d’ailleurs me taper la tête pendant 5 minutes a me traiter du dernier des abrutis d’avoir refermé la discussion msn avant d’avoir relevé son téléphone , ndrl) .

Avec un emploi du temps pareil , j’avais autant de chances de voir tout le monde que de ne pas finir ivre mort .
J’ai commencé la soirée chez Clem , soirée dont le thème fut très vite « les relations de voisinage » après que la voisine du dessous soit venue menacer de porter plainte pour tapage nocturne . Il apparut au fil de la discussion que la vieille grabataire avait un doctorat en chienlit , en tout cas qu’elle etait responsable du départ précipité d’un certain nombre de locataires lassés de ses récriminations répétées et insoutenables (« vous tirez la chasse a 1h du matin ! » , « vous chuchotez la nuit ! » , « vous ne regardez pas Pascal Sevran le dimanche ! » , enfin vous voyez le genre …)

J’ai écouté cette discussion en songeant que si j’avais du temps a perdre , je m’installerais dans cet immeuble pour régler son compte a cette raseuse en étant le plus bruyant des voisins qu’elle ait jamais eut …
J’appelais au passage Ben qui me confirmait qu’il avait finalement mieux a faire que de me rejoindre , partant jeter un coup d’œil du coté de chez Romy pour s’en donner l’extrême certitude …

Normal , j’aurais fait pareil .

Abrégeant ma soirée chez Clem , je donnais mon congé , l’assurant avec une force de conviction assez impressionnante que je le retrouverais plus tard dans la soirée . Il n’en fut rien , mais il est habitué …
Je retrouvais ainsi et des lors Jeremy au café populaire , ou pour une fois il était possible de respirer autrement qu’en se collant au sol en espérant que les pompiers arrivent précipitamment . Un début de soirée tranquille , donc . Au bout de 2 bières , je commençais -honte sur moi- a un être un peu rond et a débiter des conneries (en même temps , je venais d’en boire 2 autres chez Clem et je n’avais toujours pas mangé de la journée , plus accessoirement) .

Aussi passais je 10 bonnes minutes a sortir un discours grotesque a un gamin venant d’avoir 18 ans et qui me disait naïvement vouloir prendre un appartement sitôt qu’il aurait le Bac … je me faisais des lors un plaisir de lui plomber sa soirée en lui sortant gravement tous les vieux clichés , tels que « il faut profiter de ses sous et non pas les verser inutilement en loyer » , « ne pas gâcher les meilleures années de sa vie » , « retire tes doigts du nez morveux » et j’en passe .

J’adore déniaiser des andouilles , et ca me fera toujours un concurrent de moins quand je rechercherais un nouvel appartement …

C’est le moment que choisissais Alexandra pour nous rejoindre , et nous émigrions au passage au Frog and Rosbeef ou nous entamions réellement les festivités sous forme de pintes et de whisky (Alex se la joue beaucoup …) . Le plus rigolo est que je présentais ainsi cette dernière a Jeremy , qui en ayant des convictions assez semblables n’a rien en commun avec Alex (je vais encore me faire taper dessus moi …) .

Pour rajouter au bordel ambiant , Caroline et ses amies se joignaient a la cacophonie ambiante 1h plus tard …

J’ai encore fini rond .

Et toujours ce réveil a regarder cette étrange pièce ou j’ai visiblement échoué a l’insu de mon plein gré , jusqu'à ce que je me souvienne que j’ai un appartement … Les black-out , ca picote …
Partager cet article
Repost0
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 19:51
J’avais honteusement laissé Fanny a Toulouse , partant rejoindre mes amis a Gimont pour faire partie de l’aventure folklorique « Toulouse Bayonne a vélo » …
 
Pendant que je suais comme un damné a me demander ce qui m’avait pris de vouloir faire le zouave sur les routes dantesquement vallonnées du Gers  , Fanny faisait frire de rassis hamburgers dans le sinistre Quick de Gramont , a attendre que son idiot de copain (je parle de moi , bien évidemment … j’aime beaucoup la 3eme personne , utile pour brouiller les pistes) revienne des ferias de Bayonne ou il avait la peu avouable ambition de se saouler la gueule .
 
… ça arrive …
 
Ayant pris pour insupportable habitude d’abréger systématiquement mes vacances pour de bénignes raisons les années précédentes (ne pas ranger l’appart le jour du départ , aller réparer une embrouille sentimentale , éviter le regard lourd et désapprobateur de ceux qui ont constaté que j’ai tenté de faire des crêpes …) , je m’étais juré d’être dans les  derniers a partir cette année la .
Ce qui induisait immanquablement que je me dédise sur ma promesse de rentrer plus tôt , faite a Fanny avant de partir . J’ai beaucoup d’insupportables habitudes de ce type …
 
Aussi , quand je rentrais frais comme une rose a Toulouse et venait cueillir la belle Fanny au Quick ou elle travaillait , la trouvais je d’aussi bonne humeur que , par exemple , un maire de Paris n’ayant pas obtenu l’attribution des JO en 2012 .

… J’ai vraiment cru a sa tête que ma dernière heure était arrivée . Une divine providence compatissante m’a permis de survivre a la sainte colère de la Fanny …
 
Bref , après m’être confondu en excuses , j’arrivais a convaincre l’objet de mes fantasmes de naguère (ne le répétez pas : elle a une très jolie poitrine . Entre autre …) de partir le soir même . Nous avions décidé de partir a l’aventure du coté de la Méditerranée (mon portefeuille sonnait trop creux pour donner un autre sens a la notion « d’aventure ») , cad de théoriquement dormir a la belle étoile . D’un coté cela aurait un aspect romantique dont je ne suis pas toujours dépourvu , de l’autre cela devait me permettre d’assouvir -enfin- mon fantasme de faire des galipettes dans le sable …
 
… je vous laisse imaginer ma consternation quand en arrivant vers 3h du matin sur les plages de Sète , il pleuvait plus qu’un mois d’Avril particulièrement maussade . Nous avons tenté de dormir sur la plage , mais Fanny a beaucoup insisté au bout d’une heure pour que nous dormions dans la voiture parquée sur le bitume quelques mètres plus haut .
 
… Les fantasmes ne sont plus ce qu’ils étaient .
 
(…)
 
Echaudés -ou refroidis , au choix- par cette nuit a dormir pliés en quatre dans une voiture loin d’être aussi spacieuse qu’une 4L en version raccourcie , et surtout par un réveil douloureux a transpirer a peine plus que dans un hammam déréglé des les premiers rayons de soleil , nous décidions de chercher un hôtel pour dormir plus confortablement (doux euphémisme) le soir suivant .
Ah ! Ah ! Cherchez donc un hôtel a la dernière minute un 15 Août . J’ai fait glousser a peine honteusement une génération d’hôteliers avec ma requête insolite (« Par pitié , vous n’auriez pas une chambre , un cagibi , une tente a me louer même a un prix honteusement prohibitif ? ») … Je vous défie de trouver mieux qu’une chambre insalubre a l’hôtel de la gare d’Agde , hôtel que j’aurais pu chercher des heures tant de façade il donnait plus l’impression d’être un dépôt de la Sernam …
 
L’air de rien , les draps du lits n’avaient pas du êtres utilisés par plus d’une demi cinquantaine de personnes avant nous , le vrai luxe , quoi !
… Je ne jurerais pas en revanche que ces personnes n’avaient pas du occuper en même temps ce lit . Une chose est sure , ce dernier avait beaucoup vécu …
 
(…)
 
Désireux de faire oublier a ma Fanny l’effroyable cloaque dans lequel nous allions devoir tenter de nous reposer , je l’emmenais manger au port du Cap d’Agde , espérant relever le romantisme d’une situation aussi noire que le plafond de notre chambre d’hôtel , ce qui en soit n’est pas peu dire .
 
C’était oublier l’incroyable banalité de cette ville qu’est le Cap d’Agde . Je me souviens avoir pensé que l’architecte responsable de ce port atroce devait être celui qui avait construit les barres du Mirail , le Cap d’Agde devant indéniablement être son brouillon …
 
Nous avons réussi a trouver , au milieu d’une foule grouillante et profondément antipathique , un restaurant qui sauve le tableau …

… Et qui permette de faire oublier a Fanny les 20 minutes du retour vers la voiture garée a Perpette les Oies , a courir sous une pluie démente , responsable sur ma personne d’une demi dizaine de chutes grotesques a peine atténuées par le bras complaisant de ma douce …
 
Aaaaaah … les vacances …
 
PS : J'exagère comme bien souvent , j'ai passé une semaine divine ...
... bien entendu (c'est fou , je ne peux pas m'en empêcher !) .
Partager cet article
Repost0
5 mars 2006 7 05 /03 /mars /2006 19:47
A la fin des vacances , je suis toujours dans le même état  qu’un champs d’OGM après le passage d’une bande d’écologistes soixante-huitards : fauché . Aussi , j’en viens a faire des économies de bouts de chandelles , comme par exemple en mangeant des pâtes au beurre et au ketchup (qui deviennent vite pâtes au beurre , puis pâtes tout court) , ou par exemple en rentrant de mon séjour par la Nationale plutôt que par l’autoroute .

C’est vrai … Pourquoi ne pas mettre 5H30 de trajet quand on aurait pu le faire en 2Hderrière un camion asphyxiant ?
 
C’est ainsi que j’avais décidé en rentrant d’Espagne de passer par les nationales intérieures , qui présentaient la caractéristique détonante d’êtres sinueuses et dégarnies au possible de broutards du dimanche (je parle des vieux roulant a 30km vous donnant l’impression que vous deviendriez fous si vous n’aviez la possibilité de les dépasser dans les 30 secondes) . Je deviens très vite nerveux en voiture . Entre autre …
 

Alors que je roulais gentiment sous la limite de vitesse , une espèce de voiture légèrement typée sport commence a me coller , et a me faire comprendre qu’elle n’accepterait qu’un temps modérément long qu’une Twingo miteuse lui barre son chemin . Je ne sais pas pourquoi , mais je suis devenu complètement fou . Sans doute avais je besoin de me défouler les nerfs , mais j’ai commencé alors a écraser le champignon , et a rouler comme un dément , d’une manière a donner une crise cardiaque au pauvre type qui m’a donné mon permis (a mon second essai , ma première tentative m’avait vu m’arrêter au milieu d’un rond point …) .
 
C’est ainsi que j’ai perdu l’espace d’une bonne demi heure , tout a ma course de rallye improvisée , toute notion de prudence et donc de « ligne blanche infranchissable » , de « on ne dépasse pas dans un virage » , et de « il paraît qu’on doit ralentir a l’entrée d’un un village » . Un vrai petit con , j’en ai honte rien que d’y repenser tiens …
 
A la sortie d’un village ou j’avais eu le pied lourd sur l’accélérateur , je distingue une silhouette au milieu de la route . Un espèce de bonhomme tout de bleu vêtu , faisant des petits moulinets de la main . Allons bon , qu’allait me vouloir cet autochtone ?
Mon sang s’est bien évidemment glacé quand j’ai compris que le bonhomme bleu ,  loin d’être un agréable local en difficulté passagère , était un pandore qui allait m’en causer a moi quelques unes …
 
Alors qu’il venait a ma fenêtre et me demandait sèchement « papiers du véhicule , assurance , permis de conduire » , ma vie défilait dans ma tête , et déjà -éternel optimiste- je me voyais devant le juge d’un poussiéreux tribunal de police en train de me justifier (« Mais enfin monsieur le juge ! Comprenez donc que la voiture derrière moi m’avait provoquée ! ») et mes parents pleurer derrière moi quand je serais condamné a perpétuité pour conduite dangereuse et délit de sale gueule .
 
… Je ne me souviens plus si dans ma tête le délit de sale gueule était plus la raison de la perpétuité que la conduite dangereuse …
 
Au bout de 10 minutes de ces réflexions internes , je sortais de ma léthargie et remarquait que je n’avais toujours pas reçu les sommations d’usage (« vous avez le droit a un avocat … tout ce que vous pourrez dire pourra être … ») .
Aussi aventurais je timidement au pandore cause de mes cheveux soudainement devenus blancs la question audacieuse qui suit : « Excusez moi , je me doute que j’ai du faire une connerie (comme violer le code de la route environ 999 fois dans toutes ces règles , par exemple) mais j’aimerais bien savoir laquelle ? » .
 
Et la le pandore me sourit et me dit : « Ah non , ce n’est qu’un simple contrôle de routine » …
 
(…)
 
Adieu veaux , vaches , juge des libertés et de la détention , prison … une nouvelle vie s’offrait a moi …
 
… A ma tête goguenarde , le pandore a du flairer que j’avais sans doute un « cadavre dans le coffre » , mais comme je l’ai appris en droit pénal , le délit de sale gueule n’existe pas …
 
Encore heureux , j’aurais un forfait a vie sinon …
Partager cet article
Repost0
28 février 2006 2 28 /02 /février /2006 20:26
A l’age ou l’on pouvait encore me pincer le nez pour en faire sortir du lait maternel (petit , pour parler simplement) , je ne comprenais pas pourquoi mes parents palissaient lorsque ma grand-mère posait a la fin du repas la question « qui veut du café ? » . Il est vrai que je ne buvais que du thé en cette douce et innocente époque …
 
Ce n’est que quelques années plus tard , et cela bien que j’avais déjà un entraînement de GI endurci adepte de la nuit blanche en matière de café , que j’ai compris -mais un peu tard- a quelle agonie douloureuse je m’exposais en avalant ce café douteux et infâme , préparé dans une fiole chauffée au chalumeau … Un truc visqueux et noirâtre , dans lequel une cuillère en acier trempé serait attaquée par la corrosion . Une goutte , une seule goutte de cet infâme breuvage suffit a vous faire faire des bonds de lapins une nuit durant (faut que j’arrête avec les lapins , moi) .
 
En matière de torture , on n’a pas fait mieux que ce café frelaté depuis l’inquisition . Pour ne pas remonter plus loin …
 
(…)
 
Je me souviens avec émotion de mon premier café . C’était a l’occasion d’un vide grenier dans le Gers . Nous avions pour la première fois décidé d’avoir un stand : il a fait un froid Polaire , et de la grêle nous ait tombé sur le coin de la tête , de quoi se croire en plein Tsunami Thaïlandais . D’où la nécessité d’un café pour surmonter ce cauchemar quasi biblique .

… il s’agissait d’un café de tous les records : il est également le plus mauvais que j’ai bu , abstraction faite du café de ma grand-mère , décidément hors catégorie .
 
(…)
 
J’ai dépensé dans les machines a café du Lycée et de la Fac de quoi renflouer le budget de la sécurité sociale pour la vingtaine d’années a venir . En même temps , l’avantage est que nombre de personnes savent ou me trouver sans avoir a passer le moindre appel :
- si je portais un jean en arrivant le matin , je suis toujours a proximité de la machine a café .
- si je portais un pantalon blanc , je suis rentré chez moi me changer (Mais qui donc inventeras le café stable dans un gobelet ? Et quand ?) et je reviendrais l’après midi avec un jean foncé . Très foncé .
 
Grand consommateur donc , j’aime préparer des cafés pour mes potes ou au boulot , mais il semblerait aux remarques timides que j’ai perçu ses derniers jours que j’aurais la main assez lourde au moment de doser … c’est ce que laissent transparaître les gestes soudainement nerveux de mes collègues de boulot quand j’annonce a la criée « je vais faire le café » , ou des messages que je reçois sur mon portable a 03h du mat « putain des que je remets les pieds chez toi je te promets que je vomis ton café sur ta moquette » …
 
Dans le registre amabilités aux forts relents de caféine … mon père a fait la tragique erreur de me demander un soir de lui faire un café décaféiné (quelle horreur … du « café décaféiné » , un scandale que ne saurait justifier un sommeil difficile) , ceci après avoir été très modérément sympa les quelques heures précédent cette demande insouciante et -surtout- inconsciente …
 
Je n’ai jamais de ma vie autant rempli une tasse de café (pas décaféiné du tout) . Il a fait des bonds de lapins toute la nuit .
 
Le café n’apaise pas toujours les mœurs , mais il offre des revanches savoureuses …
Partager cet article
Repost0
20 février 2006 1 20 /02 /février /2006 20:19
Sorti des cours a 18H30 , je n'avais pas envie de rentrer chez moi pour y faire ce que je repoussais tous les jours depuis 3 semaines : ranger . Aussi , ais je pris un pot avec Sarah , une amie depuis que nous avons eu le malheur de bosser pour l'Ofup (ceux qui bossent a l'Ofup ont une tendance étonnante de fuir les témoins de leur déchéance passée) .
 
Après avoir salué comme il se doit mon pote serveur (je sympathise très vite avec les serveurs, ou peut-être m'apprécient ils pour ma capacité a vider assez vite mon portefeuille chez eux ) , commence la discution . Croustillante , c'est le mot .
 
Je dois dire qu'il n'est que très rare qu'une fille en vienne a parler de cul en règle générale , a moins d'avoir d'inavouées idées coupables , et que je suis toujours des lors agréablement surpris lorsque cela arrive parce que justement cela change des discutions habituelles . Sur cette discution , j'ai été vraiment servi !
 
Bien que je ne sois pas spécialement a plaindre , je me suis toujours posé la question "qu'elle est la formule magique" ? Y'a t'il des occasions ou je me serais méchamment viandé la ou une formule type "Alakazam" m'aurait sorti d'une situation aussi ambiguë que délicate ?

Aussi , quand je trouve une fille qui accepte de me donner sa méthode de "shopping masculin" , je tends toujours une oreille bienveillante , ça a toujours le mérite d'être instructif...
 
Ainsi , lorsque Sarah me dit quelle ne cherche plus (nécessairement) des mecs au profil Brad Pittien , forcément je me sens concerné avec mon look plus rangé Buston Keatonnien (qui avait des mérites , il est vrai) ...
"Ah oui ? Qu'est ce qui peut bien redonner des chances au milliers de mes semblables au détriment des bellâtres hideux ?
- Disons qu'un mec trop bien sera un effroyable coup , car pourquoi ferait il le moindre effort a partir du moment ou il peut te remplacer dans la minute ? Hors , un mec qui fait pas d'effort, c'est 2 minutes douche comprise ."
 
Instructif . D'un coup , j'ai failli ne plus regretter de n'être doté que d'un physique avantageux dans une certaine obscurité .
"- Mais comment savoir en règle générale si un mec est un bon coup ?
- Sa façon de danser est généralement assez instructive . Il m'arrive encore de me tromper et de me retrouver avec des manches , mais ça devient rare tout de même .
- Alors ? (tu penses que je suis anxieux sur cette question ... j'ai une façon de danser assez ... détonante . "excentrique" est la dernière qualification que l'on n'ait gratifié a ma danse...)
- Eh bien celui qui danse a la kéké est a éviter . Ce sont généralement au pieu des caricatures . En revanche , celui qui saute dans tous les sens peut amener a d'aussi agréables surprises que désastreuses ..."
 
... j'ai décroché de la conversation a ce moment la . Certaines vérités ne sont pas toujours agréables a entendre ...
Partager cet article
Repost0
6 février 2006 1 06 /02 /février /2006 20:05
Contrairement aux idées reçues , je suis un fan de douches longues et chaudes , a tel point que je préfèrerais passer des mois dans le noir en cas de problème plutôt qu'appeler EDF , de peur qu'ils me disent "a propos , nous avons un rappel de facture pour vous ..." .
 
Les sacs de sable et les barbelés sont prêts a être dégainés a la moindre alerte .
 
Que l'on est bien sous sa douche ... Sans doute un des derniers endroits sur cette maudite planète ou je crois encore a cette vague illusion que l'on appelle "tranquillité" . Pourtant , des années durant , pour peu que ma douche dure plus de 5 minutes , mon père débarquait l'oeil injecté de sang pour défoncer la porte en grognant sauvagement "sors de la ou je te fais payer la facture !"
... L'eau dans les oreilles , il m'arrivait parfois de ne pas entendre , et donc de ne pas me jeter sur mon téléphone pour appeler Police Secours , au cas ou la porte céderait ...
 
Aujourd'hui , je peux savourer mes douches tout en me lançant une petite playlist de 5/6 mp3 qui font mon bonheur , quoique mes goûts musicaux ne semblant pas êtres totalement partagés par ma voisine du dessous au vu du délicat mot qu'elle m'a laissé dans ma boite aux lettres ...
 
Bien sur , ce n'est pas parce que je suis sous l'eau que je suis a l'abri d'emmerdes ... il m'est arrivé de pousser des hurlements a déchirer le coeur d'un Seillères parce que l'eau chaude s'était mue en eau glacée , mais bon , ce n'est que routine . De la même manière que je n'y peux rien quand le pommeau de la douche se dévisse d'un coup et me fracasse le pied en tombant ...
 
Je pense pouvoir dire que je n'y peux rien si le mur de ma salle de bain s'effrite un peu parce que je l'arrose allègrement , et avec amour .
 
... Sous la douche , personne ne vous voit gaffer ...
Partager cet article
Repost0
5 février 2006 7 05 /02 /février /2006 20:02
Il y’a deux mois de cela , un ami m’avait appris que Stereophonic et Oasis allaient donner un concert commun a Toulouse , et que les places allaient êtres vendues des le lendemain . Etant quelqu’un d’extrêmement peu mesuré , je me jetais a la Fnac pour acheter des places des le lendemain 10h , au cas ou une armée en vadrouille aurait l’idée de faire une razzia des sésames des 10h15 …

J’avais acheté 4 places . Sur le chemin du retour , je commence a dégainer mon téléphone et a appeler Ben et Mat , pour leur proposer de me suivre au concert . Bien que se soit mes 2 meilleurs potes et que l’on ait sinon gardé les cochons fait au moins plusieurs fois le tour de mon quartier a poil des soirs d’été arrosés , nous n’avions jamais été en concert ensemble . C’est après avoir fait ce raisonnement que j’appelais Fanny pour lui proposer de prendre la 4eme place , et devant le peu d’enthousiasme auquel je me heurtais (c’était sans doute du pré conditionnement de ma part , réflexion faite) , je pensais que le concert entre potes uniquement était l’option a retenir … et revendais la 4eme place .

… j’ai passé un sale moment quand un mois après , Fanny m’a posé innocemment la question « ah au fait , il est quand le concert ? » …

Un concert , cela se prépare . Aussi me suis je pris largement a l’avance -Vendredi 3- pour demander a mon boulot de ne pas travailler l’après midi du Samedi 4 mais le matin . Cette frayeur quand mon boss a semblé hésiter du stylo a signer le changement d’horaire …

Ben et Mat arrivés vers 16h chez moi , nous avons commencé a boire un petit peu , histoire d’anticiper l’attente de 2h que nous allions devoir endurer dans le froid polaire du parking du Zenith (cherchez bien dans les livres de Géographie , c’est une zone connue mondialement pour sa dureté climatique …) . C’est fou ce que je trouve toujours facilement de bons arguments pour justifier une beuverie infâme en milieu d’après midi !

En arrivant sur place , nous découvrons avec plaisir que nous sommes dans les premiers , cad que seulement moins de 3000 abrutis font la queue devant les grilles gardées par des vigiles (que l’on verrait mieux a leurs mines dans des miradors) , queue qu’ils ont entamé joyeusement vers 15h . J’imaginais trop l’arrivée du premier gus : « Ouah , je suis trop fort , je suis arrivé le premier et je n’ai que 35h49 a attendre devant l’entrée » !

… pauvre naze , va .

Après 30 minutes de congélation et de méditation sur le thème « ça alors j’avais moins froid aux jambes avant de me les raser bêtement » , les files se mettent a avancer , nous contraignant a anticiper la descente de la bouteille que nous avions eu la prévoyance (ou l’indécence , a voir) de nous amener … remarque , on a pu prendre notre temps , nous avions évidemment choisi la file la plus lente , le vigile prenant très a cœur son métier …

… Encore un nostalgique de Pol-Pot …

Nous avons pris place dans la fosse , ou nous n’étions pas si mal placés que ça au moins jusqu'au début du concert , cad qu’a ce moment la encore , l’on pouvait avec un peu de chance tenter de respirer , par intermittences . Cela s’est un peu compliqué par la suite , d’autant que comme l’ont fait remarquer les nuisibles qui ont déclaré cette semaine que la taille moyenne des hommes n’est plus de 1m72 mais 1m76 -me faisant passer de « grand » a « petit » , je l’ai très mal pris … - , je n’étais entouré que de géants (le premier qui me traite de nain …) .

Tentant -en plus de ne pas succomber d’asphyxie- de ne pas périr de fatigue (3h de sommeil la veille , routine habituelle) , je m’appuyais un brin sur les épaules de mes potes , qu’ils ne soient pas la pour rien non plus …
Le concert a commencé , et j’ai pu participer a l’hystérie collective comme il se devait .

… mais sans blagues , j’ai eu l’impression , après 2 heures passées debout , que mon dos ne serait plus jamais récupérable .

On vieillit tous …
Partager cet article
Repost0
3 février 2006 5 03 /02 /février /2006 20:00
J'ai une qualité , qui est unanimement reconnue par mes proches … comme un défaut , qui est de tout organiser a la dernière minute . C’est vrai , imaginez un peu ! Si je faisais comme tout le monde , ce serait le drame ! Vu que je propose , toujours avec les meilleures intentions du monde (Le regretté Pol-Pot partagera mon point de vue) , a 50 personnes quelque chose d’uniquement réalisable pour 3 ou 4 , heureusement que l’organisation se joue dans les derniers moments , cela a le mérite de décourager les 46 qui auraient été de trop …
 
C’est ainsi que lundi soir , j’ai réussi a convaincre d’extrême justesse les 3 potes qui me manquaient pour partir skier sans me retrouver seul sur mon télésiège . J’avais trop peur de faire cliché si je finissais seul a chanter en cas de panne …
 
Après avoir finalisé l’organisation aux alentours de 00H30 , j’ai fait comme toute personne raisonnable devant conduire 3h aller/3h retour et skier une journée entière : j’ai pris l’apéro avec mon voisin et passé une nuit blanche .
Je concède avoir une notion de raisonnable déconcertante .
 
J’ai pourtant essayé de dormir ! Quand j’ai vu qu’il ne me restait plus qu’une heure et demi avant l’heure de notre théorique départ , j’ai lancé une playlist pour dormir et programmé une playlist pour le réveil . Logiquement , je devais avoir 30 minutes sans musique . L’idéal quoi ! Sauf que manque de bol , j’ai du mal calculer la durée de la première , ce qui fait que au bout d’une heure , je me suis retrouvé avec les 2 playlist qui se complétaient harmonieusement … façon scie électrique déglinguée .
 
Bah . Un petit café et ça allait déjà mieux . Après avoir passé 20 minutes a me demander pourquoi il pleuvait dans la salle de bain (« Ah ? Non , je suis tout simplement sous ma douche … ») , je commençais le ramassage de mes potes .
Et tant qu’a faire , j’essayais de ne pas tourner de l’œil a chaque éraflure que l’on faisait en rentrant les skis dans la 306 . Pas passé loin quand même …
 
... Il faut savoir que je suis un des derniers idiots a skier en non paraboliques . J’ai mis des années a trouver une paire qui me plaise (ils font 2m10 … prétentieux !), alors je vais pas céder a un effet de mode , merde quoi !
 
On avait décidé d’aller a Baqueira , en Espagne . J’en pensais le plus grand bien de par les différents avis que j’avais pu recueillir , jusqu'à ce que je m’étrangle quand Arnaud m’annonçai le prix du forfait . Ce fut difficile de ne pas faire de mauvais esprit (dans ma tête « A ce prix la , c’est sur du Caviar que l’on skie ? ») …
 
Et il y’a des personnes qui disent que je ne sais pas être diplomatique …
 
Temps splendide , neige divine … j’adore en règle générale skier dans la semaine : cela a l’avantage de ne pas amputer le week-end et surtout de passer une excellente journée en pensant a l’exécrable que passent ceux qui usent leur patience en amphi . Ce serait encore plus divin si je pouvais penser que ceux la aient par la suite la délicatesse de m’accompagner a la session de Septembre …
 
Sur le chemin du retour , je profitais d’une pause prétexte cigarette (oui , la nuance est que la vraie raison était que c’était la pause ou on partait dans le décors , je venais de comprendre ce que tout le monde appelle « fatigue ») pour appeler Anna , une amie qui organisait un dîner fondue savoyarde , et lui dire que je serais un petit peu en retard pour sa soirée :
« Anna , je dépose mes amis chez eux et j’arrive ! » . Le mensonge n’était pas si gros : encore 100 km et je les déposais , comme quoi …
 
Après avoir rajouté une série d’éraflures a la 306 (putain de skis) et déposé quelque peu cavalièrement mes amis (je ne me souviens plus avoir freiné …) , je fonçais vers ma soirée . Aaaaaah … cette bonne fondue , que j’avais tellement peur de rater …
 
Il parait que je me suis endormi en parlant . Ils ont tout tenté pour me réveiller , mais comme avait pu le constater Fanny un soir ou elle s’était retrouvée coincée en bas de chez moi parce que je m’étais endormi de la même manière , quand je suis en bout de rouleau , un A380 pourrait atterrir chez moi sans conséquences sur mon sommeil …
 
Pour être honnête , je n’ai pas trop compris ce qui m’est arrivé : j’ai émergé vers 3h du mat , façon Uma Thurman dans Kill Bill (« Uuuuuuurk ! Ou suis-je ??? ») .
 
Je pense pouvoir dire que je n’ai pas été violé dans mon sommeil . C’est une bonne base , non?
Partager cet article
Repost0
29 janvier 2006 7 29 /01 /janvier /2006 19:44
J'étais arrivé au boulot dans d'excellentes dispositions , m'étant réveillé les yeux dans la neige (et dans Lise Charmel , aussi) . Après avoir passé quelques minutes a flâner et hésité a participer aux batailles de boule de neige qui s'improvisaient devant la Fnac (j'avais peur que quelqu'un me jette par confusion) , j'ai dérangé un pote déjà arrivé au boulot en lui demandant de venir m'ouvrir , ayant bien évidemment oublié mes propres clefs (cela fait 3 semaines que je songe a les réacrocher a mon trousseau , de la même manière j’en ai attendu 4 avant de récupérer la clef de ma boite aux lettres tombée malencontreusement derrière une étagère...)
 
Après avoir passé 7 heures a répondre a des appels bénins (« c’est un scandale ! Je reçois TF1, France 2 et France 3 mais plus M6 !!! - Je vous l’accorde madame , c’est un scandale … ») , je fais un détour par chez mes darons avant d’aller retrouver 2 potes pour une soirée a priori calme . C'est-à-dire que j’ai quelques chances de ne pas rendre tripes et boyaux avant 4h du matin …
 
A 23h et quelques , le drame . Je me rappelle d'un coup qu’un pote m’avait vaguement parlé d’une soirée pingouins , comprenez une soirée ou l’entrée ne pouvait qu’être difficilement concevable sans veste et cravate . Une soirée mondaine en somme , que je ne pouvais raisonnablement éviter (je n'avais pas eu mon quota de grotesqueries pour la semaine) . Ni une ni deux , je fonce chez moi pour me faire un plan Nicodrillon (coiffage rapide et sortie de la veste Esprit , absolument non tachée par du Ketchup …) .
 
Arrivé sur place , je tombe sur Clément qui m’avoue se geler vainement depuis une heure a attendre que les videurs laissent entrer quelconque quidam , la salle étant déjà pleine a craquer de Palmipèdes … au bout de 30 minutes a me transformer en poisson panné , je me laisse convaincre par Clément de l’accompagner avec une pote a lui au 7 , l’antre du diable , en partant du principe qu'il ne soit pas parti en courant devant l'atrocité de son oeuvre … J’avais vraiment froid , et il n’y avait plus de métro : j’aurais accepté n’importe quoi …
 
Nous avons au passage embarqué 3 types -en droit également- qui non content d’êtres pleins , en avaient marre de patienter sur la banquise …
 

Débarquement au 7 . Comment ais je pu me laisser entraîner dans ce guet-apens ? Devant , patientent non pas des pingouins mais des kékés , des vrais , et des beaux en plus . Résistant a la tentation de l’attentat suicide , je me laisse entraîner par Arnaud , un des 3 types que nous avions embarqués , qui arrive a nous faire passer devant tous les imbéciles . Aussi pour le remercier venais-je a son aide pour me porter garant de la « majorité » de sa sœurs et ses copines , qui frôlaient en jouant la carte de la myopie les 17 ans .
 
J’ai passé de longues et interminables minutes a me sentir comme un hareng en boite dans cette atroce taule qu’est le 7 , heureusement qu’un pote d’Arnaud a eut l’agréable idée d’égayer la soirée en vomissant dans une carafe … si j’avais eu plus (ou moins , selon les points de vue) de tripes , je l’aurais suivi volontiers … d’écoeurement .
 
Nous sommes sorti de ce cloaque pour nous diriger vers un autre , Mr Carnaval . Heureusement , le videur eut la bonne idée de nous vider et nous avons fini la soirée chez moi. De toute façon , je n’aurais pas survécu a ce combo la …
 
Il va m’en falloir des semaines a ne pas me raser et m’habiller comme un clochard pour me faire oublier cette soirée Jet Set …
 
A tout malheur quelque chose de bon , Arnaud et ses potes m’accompagnent Mardi skier , ils ont su oublier -provisoirement- leur amitié pour mon ex Julie et son copain Fabien . J’ai quand même failli m’étrangler a cette découverte , fallait bien une compensation …
 
Toulouse est une ville petite . Trop .
Partager cet article
Repost0