Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 21:51


J’avais envie de tout plaquer .

 

J’ai toujours été fasciné par ce livre , Robinson Crusoé , relisant pendant des semaines les passages décrivant ses allers retours réguliers avec l’épave de son bateau , ramenant l’indispensable pour vivre (clous , planches , grains de blé , ipod … ah zut , je confonds avec Lost là) et entamant la construction de sa première cabane , fier pour lui lorsqu’il la regardait , l’œil ému , achevée .

 

Je n’avais pas trop de difficulté a m’identifier en lui lorsqu’une avalanche la ruinait la nuit suivante .

 

(…)

 

Lorsque j’ai entendu parler de Second Life , mon sang n’a fait qu’un tour , et j’ai foncé télécharger la chose , pensant avoir enfin trouvé un moyen d’échapper a mes soucis du quotidien , laissant derrière moi factures , menaces de mort de la BNP et autres contrariétés mettant à vif mes nerfs .

 

Avec un peu de chance , je devrais pouvoir enfin résister à la tentation de rejouer au poker avant peu .

 

C’est drôle , alors que le logiciel se lançait , j’avais un sentiment bizarre dans les tripes , un peu comme si tout à coup , j’allais connaître une nouvelle vie , faite d’utopie , de gens qui s’aiment et qui ignoreraient l’argent , j’allais fonder un territoire qui serait à l’abri des invasions et dans lequel enfin je pourrais m’accrocher un hamac et souffler un peu .

 

… le premier personnage qui m’approchait me proposait du sexe dans la vie réelle pour moins de 250$ .

 

Autant pour moi pour l’utopie .

 

Je commençais à marcher dans ce drôle d’univers , déambulant dans l’idée de me chercher donc mon petit territoire , et très rapidement , j’avais le sentiment d’être totalement perdu , ne sachant par ou commencer ma quête de la tranquillité .

 

Je cliquais alors dans un esprit pas très aventureux sur l’option « home » .

 

L’enfer . Des personnages par dizaines qui courent dans tous les sens , la musique à fond , tous parlant à tord et à travers sur des sujets comme « fait il beau au Mexique ? » , « j’ai une maison à vendre dans le Long Island » ou encore « A quoi ça sert de faire un jeu si personne nous explique comment on joue ? » .

 

Inutile de dire que cette dernière question émanait d’un Français . J’ose à peine imaginer ce qu’aurais donné la conquête de l’Amérique si Christophe Colomb avait été un Français .

 

Mais il est probable que l’invention de la sécurité sociale aurait été anticipée .

 

J’ai fuis de ce capharnaüm , courant dans un monde glacé et franchement antipathique .

 

Pas à dire , Second Life ressemble pour le moment trop violemment à ma première vie ...

 


Partager cet article
Repost0
6 janvier 2007 6 06 /01 /janvier /2007 16:36

S’il y’a une chose que j’adore dans les moments qui précèdent les pires orgies décadentes , c’est ces quelques secondes que je passe , avec les yeux attendris d’un innocent bambin croyant encore et surtout terriblement naïvement au père noël , dans la contemplation éperdue de mon frigo rempli a ras bord de boissons pas forcément toujours douteuses et qui seront sans le moindre doute responsables des pires navrantes déconvenues qui ne manqueront pas de parsemer la soirée .

Déconvenues ne valant cependant que difficilement la fois ou cet abruti de père noël m’a offert en lieu et place du magnifique magnétophone Fisher Price rouge que j’attendais , une sombre sous copie qui ne fit pas long feu lorsque je passais mes nerfs dessus .

J’en étais sur que c’était de la camelote .

Quelques minutes avant l’arrivée des joyeux drilles , je constatais non sans amertume que je n’avais pas eu le temps de préparer une liste de mp3 afin d’amuser l’oreille délicate de mes invités , et me mettais en devoir d’en constituer une dans l’urgence . Dit comme ça , la démarche peu paraître bénigne , sauf que ma méthode pour trier ma montagne de mp3 , c’est a dire passer environ une seconde de chaque chanson présente sur mon disque dur avant d’appuyer frénétiquement sur la touche « supprime (cette sombre merde inaudible avant que les autres aient reconnu le morceau de Lorie traînant la infortunément et par inadvertance) » , a bien souvent raison de l’infime patience des quelques rares privilégiés ayant le bonheur de la supporter .

Lorsqu’il apparaissait évident qu’il ne me restait plus que 3 secondes -ou 3 morceaux , au choix- devant moi avant de pouvoir espérer un autre destin que d’être défénestré avant de connaître 2007 , je devais tristement me résigner a abandonner mes rêves de liste parfaite .

Les mélomanes ne sont plus ce qu’ils étaient . Les Worlds Appart non plus , d’ailleurs .

(…)

Alors que j’avais déjà ingurgité une quantité totalement indécente de champagne , et que je venais enfin de lâcher le balcon sur lequel je m’amusais a m’égosiller , hurlant « c’est a bâbord qu’on gueule … » de façon a peine répétitive , puisque m’attirant des réponses tout de même joyeuses de mes voisins d’en face et des passants vilement amusés , mon œil fut tout a coup attiré par un mouvement brusque d’un de mes convives , celui ci heurtant fort maladroitement mon étagère , sur laquelle est entreposée fort ingénieusement une certaine quantité de bouteilles vides , juste parce que c’est joli (ce que contestent formellement Clem et Antoine , mais la n’est pas la question) , une des dites bouteilles atterrissant avec fracas sur le bureau plus bas , ou plutôt et plus exactement sur un verre posé sur un haut parleur par un sombre crétin que je marabouterais des que j’aurais 5 minutes devant moi , le contenu du verre allant se répandre comme de juste sur mon ordinateur qui jouait pour une fois un bon mp3 .

Sans doute que U2 sonnait trop aquatique , comme aurait dit Hugh Grant bottant en touche une ex aussi collante que couinante dans 4 mariages et un enterrement . Surtout Couinante , d’ailleurs .

Après avoir résisté a la tentation d’aller étriper sauvagement l’auteur du carnage , je me jetais au chevet de mon pauvre petit ordi sans défense , que je sentais lutter avec la dernière énergie du désespoir en poursuivant coûte que coûte son effroyable tintamarre musical (« show must go on …. Zzzzz cuic ») , puis dans un dernier soubresaut d’agonie , la pauvre petite machine s’éteigna .

Si j’ai pas réussi a vous arracher une larme , pensez a vous proposer pour tout job vacant de tortionnaire dans une dictature typée sanglante .

D’un coup , je venais de perdre la chair de ma chair , le neurone de mes neurones , mon second cerveau , ou plutôt le survivant , mes mp3 durement collectionnés depuis des années , des photos insolites de soirées honteusement décadentes , des heures de conversations Msn qui feront bien marrer mon petit Nico a moi dans quelques années …

C’en était trop : je plaquais champagne , soirée , maraboutages , et prenais la direction de la rue pour aller y défouler mon trop plein d’émotions durement contenues . Et d’hurlements hystériques , aussi .

Je n’avais pas marché 10 minutes que ma démarche un brin oscillante faisait que je me heurtais plus fort a un abribus qu’un mendiant a un percepteur fiscal , m’entaillant sévèrement ma cicatrice qui reprit pour l’occasion une jolie petite couleur rouge .

Couleur Fisher Price , quoi .

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 16:37

Mes amis et moi mêmes avons une tendance assez récurrente de nous etripper sauvagement sur l´organisation du nouvel an , ce dernier ayant et dès lors fait l´objet un certain nombre de fois de tractations fumantes a faire passer les conflits d´intérêts entre Airbus et Boeing pour remarquablement cordiaux .

Le moindre carton devant chez moi les jours précédant le nouvel an me provoquant une atroce anxiété , l´idée d´un sordide et mesquin attentat pour résoudre un point de discorde n´étant jamais a exclure .

Cette année pourtant , seulement deux projets s´affrontaient , celui de Manon , proposant un diner sage (sic.) chez elle et en comité réduit (re sic.) , et le mien , un buffet sagement arrosé de bouteilles de champagne en quantité suffisament assez éffarante pour tenter de ranger la décadence de Gargantua au rang de mythe obsolète .

Le combat n´était pas loyal : le projet de Manon recut une adhésion si proche de zéro que les copieux noms d´oiseaux dont elle me gratifia lorsqu´elle eut vent de sa défaite feraient presque passer un Delanoé perdant les JO pour beau joueur .

J´ai de ce fait l´habitude d´avoir les oreilles qui sifflent .

Question d´entrainement .

(A suivre ! Pour ton mécontentement relatif au manque de longeur du post du jour , signer une pétition demandant la gratuité d´internet pour les bloggeurs exilés a Barcelone , et dont l´ordinateur a du rester a la maison après avoir copieusement arrosé lui aussi le nouvel an .

Un ordinateur ivre , laissez moi vous dire que ca fonctionne pas mieux qu´un étudiant dans le meme état .

 

L´écran désespérément noir de mon ordi une fois maladroitement arrosé pouvant en témoigner . Hélas ...)

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 16:19

Lorsque Mat nous a proposé que nous allions le rejoindre a sa maison de campagne , mon cerveau méchamment embrumé en a déduit qu’il nous invitait a son appartement de Balma (5km du centre ville de Toulouse , la jungle quoi…) , ce qui me semblait parfait pour faire une petite soirée honnête et pas trop destructrice de neurones .

Je suis a découvert sur ce compte la aussi .

Je retrouvais Tom en bas de chez mes parents , et très vite , je me posais plus de questions qu’un Freud observant benoîtement sa mère lorsque Tom proposait de n'y aller qu’avec une seule voiture , " histoire de faire des économies d’essence et de péage " . Après m’être posé celle de la faisabilité d’une installation de péage furtive en plein milieu d’un centre ville , j’en venais a ironiser rapidement sur la remarque de Tom , le traitant gentiment de pingre .

Et m’attirais en réponse a ma remarque la désobligeante appellation d’éternel distrait , le rdv de Mat n’étant pas a Balma mais a trou perdu en campagne , 80 km en dessous de Toulouse .

Distrait . Moi …

(…)

C’est marrant comme les gens peuvent avoir un usage différent d’un même outil , pour un résultat somme toute aussi similaire que désastreux . Par exemple : lorsque j’utilise mappy , mon usage consiste a jeter un coup d’œil plus furtif que la reproduction d’un lapin sur le site (sans prendre de notes , évidemment) avant de prendre la voiture pour aller a l’endroit désiré , et c’est arrivé presque sur place que je vais m’auto gratifier de petites taquineries (" Sinistre Connard ! Infirme dévertébré ! etc …") lorsque je passerais une demi heure a tourner dans tout les sens autour de l’endroit que je cherche sans , evidemment , parvenir a le trouver .

Tom lui note minutieusement les codes des routes , ce qui signifie qu’il a au moins par rapport a moi l’intelligence de ne pas surestimer sa mémoire .

Ce qui au final ne nous a pas empêché de chercher une heure en pleine nuit et cambrousse cette foutue D727 .

Lorsque nous sommes finalement arrivés , nous avons eu le plaisir de faire la bise a la mère de Mat , mais le vif déplaisir de devoir également la faire a sa tante , qui mérite que je m’attarde un peu sur sa description . Pensez au portrait de la mère de Whistler , imaginez que la peinture soit passée au four , piétinée , saupoudrée d’un peu d’eau de javel , trempée dans du ciment frais , séchée sous un réacteur de 747 pour faire bon poids bonne mesure , et vous obtiendrez une idée encore malheureusement très éloignée de ce a quoi ressemble la tante de Mat .

Et je n’ose me lancer dans la description de la bise atrocement baveuse dont elle nous a hélas gratifié .

Alors que mon estomac commençait a se remettre dans un sens a peu près conventionnel , tel que prévu dans les traités de médecine non folkloriques (la route qui nous avait amené dans le repaire ressemblant a une piste noire pour téméraires bien assurés) , nous repartions immédiatement pour aller prendre l’apéro avec d’autres membres de la famille de Mat , ce qui tend a suggérer que le Souque vit en communauté autarcique .

Nota Bene a part et basée sur une observation minutieuse , le Souque a également appris a faire la bise a distance a la vieille bique tante . C’est malin ces petites bêtes la .

Après avoir honteusement pillé le bar de la famille Souque , nous rentrions pour faire un sort a celui de la tante . C’est ainsi que Mat nous a dégotté une eau de vie qui devait probablement avoir le même age que sa vieille bique tante , une sorte de tord boyaux susceptible de désinfecter tout type de dentier ou autre objet répugnant , et qui en l’occurrence a achevé de me retourner l’estomac -objet non répugnant je le précise- , bien que j’ai pu discrètement vider mon verre deux fois sur trois pour le remplacer par de l’eau .

J’ai bu beaucoup d’horreurs dans ma vie . De la tequila frelatée , de la vodka au rabais , du rhum Lidl , du Whisky dég…(non oubliez , le whisky reste ma boisson de prédilection) , bref , j’ai connu l’ignominie .

Mais l’eau de vie made in Souque , laissez moi vous dire que ca vous retourne un homme viril , que je prétend être depuis que quelques poils ont inondé mon torse . Jamais vous n’imagineriez la sensation atroce qui vous prend lorsque après que vous ayez avalé votre cul sec (oui , on y va pas de main morte) , vos tripes révulsées se tordent dans une convulsion ultime , avec l’envie de vomir les repas des 10 dernières années de votre vie , et l’impression que la bise de la tante de Mat pourrait presque être agréable en comparaison .

J’ai dit presque .


Partager cet article
Repost0
17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 19:07
Jeudi .
 
J’avais annoncé mon intention d’organiser une soirée pour me faire oublier les horreurs de la journée (2 examens passés dans la joie et la bonne humeur , probablement trop) , d’autant que j’ai promis a un ami célibataire depuis peu de lui présenter du monde afin de lui éviter de tomber dans les travers dans lesquels tombent relativement facilement les males nouvellement célibataires .

Par exemple celui de passer une soirée près du téléphone a attendre l’appel de la nouvelle ex , appel qui ne viendra selon toute probabilité jamais .

Seulement , et pour qu’une soirée soit sympa , j’ai observé a force d’expériences désastreuses en la matière , ou nous nous retrouvions entre mecs a 4h du matin a commenter un film pas animalier mais presque au vu des hurlements hystériques faisant office de bande son , qu’il valait mieux équilibrer les forces en présence , avec de préférence une nette accentuation sur la touche féminine .

Plus jamais une soirée entre mecs a 4h du matin . Plus jamais .

L’organisation est pour moi d’une simplicité relativement enfantine . Je relance les quelques contacts ayant le malheur d’êtres en ligne sur les 200 constituant ma liste msn , et envoie des sms de mon agenda électronique en ligne , en abusant méchamment du copier coller .
 
J’ai toujours une peur tiraillante que dans la soirée , certains des présents aient l’incongrue idée de comparer leur sms d’invitation …

(…)

Arrivé a 22h chez moi , je passais quelques minutes douloureuses a m’invectiver de noms d’oiseaux en tout genres de telle manière que le capitaine Haddock ne m’aurait pas renié , pour la bénigne raison que j’avais oublié mes clés au bureaux , l’idée de retourner les quémander ne m’enchantant guère .

Pour ceux qui suivent , la seule personne qui y bossait encore était celle pour laquelle je me suis fendu d’un article , disons particulièrement hostile , il y’a quelques jours .

Elle ne l’a pas lu . Et m’a donc envoyé mes clés …

Arrivé chez moi , j’ai commencé a stresser méchamment en la cruelle absence de toute arrivée d’invité , voyant le moment ou je n’allais même pas me retrouver en soirée loose masculine , mais tout simplement en soirée loose « personne ne m’aime » , a chercher des vengeances opportunes pour cet affreux lâchage dont je m’estimais victime .

Ils sont arrivés et nous nous sommes finalement retrouvés une douzaine parfaitement mixte .

Et j’ai jeté la liste des vengeances que j’avais commencé a noircir sur une feuille A3 .

(…)

Nous avons donc commencés la soirée chez moi , soirée qui se passait plutôt bien en omettant qu’éternel angoissé de la vie , je ne cessais de demander a tords et a travers a mes invités parfois en bout de patience -mais ne me le faisant aimablement pas remarquer- si la soirée était a leur convenance .

Beaucoup ont du se retenir de me faire remarquer « oui , si tu arrêtais de nous stresser … »

 

Un de mes invités , Bruno , retarda le moment que j’avais choisi pour que nous prenions la direction d’une boite , le « Maximo » , au prétexte qu’il attendait une copine qui lui avait promis de venir .

On a attendu , elle est venue , on a vu .

La « chose » qui se présenta a ma porte avait autant d’une adulte que Roger Rabbit en séducteur . Autant dire pas grand-chose , même si un certain parti pris me pousserait a dire que Roger Rabit a plus de crédibilité en séducteur que la demoiselle dans ses Vans et jeans tendance couche culotte en adulte .

Bruno n’a pas vu le regard noir que je lui ai lancé a cette désobligeante découverte .

Comme de juste , la demoiselle était accompagnée d’un ami a elle , genre semi barbu ricanant, qui promettait lui aussi de laisser dubitatif le videur de la plus grotesque des boites a laquelle notre imagination ou désespoir puisse nous pousser à toquer . Le maximo n’étant pas a proprement parler une boite grotesque , le niet du videur fut d’autant plus tonitruant .

Après avoir largué en rase campagne les 2 puceaux , le videur fut nettement plus conciliant .

Ceci étant , le Maximo reste une boite ou certes le kéké ne pullule pas , mais cela a juste raison . En dehors du cadre même qui en soit n’est pas plus sobre que la salle des illustres du Capitole , la musique est assez lamentable , ce qui somme toute ne serait pas si désagréable si le DJ ou ce qui s’y apparente ne se sentait obligé de couper le moindre air toutes les 10 secondes par sa voix grotesque au possible .

Même la pouf de service sur son podium passerait presque inaperçu a coté .

Aussi prenions nous ensuite la direction de l’Opus , dont le registre musical se situerait plus dans mon registre . J’ai déjà plusieurs fois tenté de décrire l’Opus , mais je crois que la définition qui sonne le plus juste reste « affreux cloaque jamais lavé , de 20 m² répartis en 2 étages et au videur intimidant ayant la sale manie de serrer des mains a tord et a travers » .

Bref , on dirait mon appartement après quelques mois de célibat .

 La encore , notre présence fut particulièrement écourtée , et après avoir pris congé des Marseillaises qui avaient suffisamment apprécié l’art de changer de boite toutes les 10 secondes , moi et Remy , le dernier de mes invités a suivre mes élucubrations en cette heure tardive , prenions la direction de mon antre , le Planet Rock .

 Pâle copie de mon appartement , mais sur 40m² . Nuance .

(…)

Alors que j’avais raccompagné Rémy vers 5h du matin et garé la voiture qui laissa échapper un petit nuage de fumée de soulagement alors que je m’en éloignais , je fus pris d’une violente envie de prendre enfin mon déjeuner .

J’avais pris mon petit déjeuner a 19h , je ne peux raisonnablement appeler autrement ce repas certes tardif .
Alors que j’attendais patiemment que mon américain cuise , je me mêlais a la discution de jeunes kékés patientant aussi que leur viande rôtisse , a défaut de se poser la question existentielle « pourquoi je m’habille de façon aussi grotesque avec des vêtements portant le nom d’une catégorie d’essence sans que cela ne me choque ? » .

Je me la serais posée , mais personne n’est parfait . Certainement pas eux .

Ceci étant , et nullement fatigué , j’invitais 2 des filles qui composaient le petit groupes de pingouins a venir manger a l’abri chez moi , ce qu’elles acceptaient avec un enthousiasme plutôt déconcertant .

… J’ai passé une demi heure a manger mon sandwich et prier que quand l’une d’elles en aurait eu marre de tour a tour soit embrasser son copain de 18 ans , soit vomir par ma fenêtre , ces andouilles auraient le bonheur de prendre la divine résolution d’enfin débarrasser le plancher .

Je le savais pourtant que cela ne me réussissait pas d’acheter a manger de nuit …
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2006 6 16 /09 /septembre /2006 19:05
Un soir de Juin , un ami m’a fait l’étrange révélation , probablement mue par un taux d’alcoolémie défiant toute concurrence , que malgré le fait qu’il connaisse un autre pote depuis 3 ans et que moi il ne me connaisse que depuis quelques mois , il préférait ma compagnie du fait que je sois toujours accompagné d’amies a présenter .

Ça remarque pourrait apparaître comme déplacée s’il n’était pas enfoncé dans un célibat pluri annuel n’explicitant que trop son fondement .

Ce qui est rigolo , c’est qu’aujourd’hui et grâce a sa remarque , j’ai enfin appris a sympathiser avec des filles sans avoir la moindre pensée déplacée , non pas que j’ai changé de penchant sexuel , mais que dans ma tête j’ai enregistré une information percutante et qui me revient comme une fusée en tête a chaque nouvelle rencontre .

Je ne suis pas célibataire . Rah , que c’est bon …

Des lors , j’adore être accompagné de filles en sachant que certains de mes amis ne sauront que m’en être trop reconnaissant . Car il n’est que trop vrai que le Nico fonctionne beaucoup a l’estime que peuvent avoir les autres de sa tordue personne …
Et de ses lecteurs , tout particulièrement .
 
(…)

Mercredi Soir .

J’étais parti pour m’acheter des cigarettes quand je rencontrais Cécilia , cette amie avec qui j’ai passé beaucoup de fin de soirées en début d’années , amie qui m’a récemment confirmé que j’avais bien fait a l’époque de ne pas céder a mon instinct primaire qui me commandait de lui sauter dessus (cf  13 Avril - Déambulations Noctambules ) .

En termes moins diplomatique , j’aurais pris un gros vent .

Alors que nous parlions de nos histoires sentimentales réciproques , 2 filles nous approchaient pour nous demander la direction d’une boite nommée le Frigo . Ayant rapidement jugé qu’elles ne pouvaient pas savoir la folie de leur démarche (me demander ou se trouve une réserve naturelle de kékés ! A moi !) , je leur déconseillais vivement la dite boite , de toute façon selon toute probabilité déserte au vue de l’heure qu’il était .

Soit 21h30 . Un peu tôt , même pour un kéké …

J’envoyais les 2 marseillaises qu’elles étaient vers une adresse plus recommandable , mon petit bar « la maison » , un des rares endroits ou l’on puisse se sentir aussi bien que chez soit pour prendre un verre entre amis .

L’avantage étant l’absence de vaisselle crasseuse a faire un lendemain difficile de soirée .

Après avoir pris congé de Cécilia , je réalisais que je n’avais plus du tout l’envie de me faire une soirée sage seul chez moi , et prenais donc fort logiquement la direction … du bar « la maison » .

Après avoir pris un verre rapide en leur compagnie , et récupéré pas accessoirement du tout leur téléphone , je rentrais tranquillement chez moi .

Pas que je sois en période de révision mais quand même …

(Be Continued)
Partager cet article
Repost0
27 mai 2006 6 27 /05 /mai /2006 01:12
Après être reparti de la Tour Montparnasse avec la désagréable impression de m’être fait volé au coin du bois (je pratique dans ce cas et dans ma tête la méthode Coué «Allons , 6€ ce n’est pas totalement une heure de travail … et puis la vue n’était pas totalement gâchée par les vociférations du Russe … et puis ça m’a rappelé de bons souvenirs a peine entachés d’une prescription trentenaire .. ect ») , je prenais donc la direction de l’école de Diane , ayant la forte peu louable intention de me saouler sans limite le soir même dans une soirée open bar du coté du Moulin Rouge .
 
J’avais la prétention de croire que je pourrais faire oublier la décadence passée liée a ce lieux pittoresque par mes propres exploits . Rien de bien inaccessible , en somme .
 
Après m’être méchamment rincé l’œil a observer un défilé improvisé de Pom Pom Girls aussi crédibles que Mauresmo en gagnante de Rolland Garros , et avoir avalé des crêpes dont la facturation fut particulièrement mal aisée par celle qui me l’avait servi (on peut donc être dans une grande école et avoir du mal a compter en centimes , ça arrive …) , nous partions avec Diane et Mathilde pour Pigalle .
 
De toute façon , ma déprimante réputation n’est plus a faire .
 
Après 5h a se saouler méchamment , au point que je n’ai pas forcement été très correct avec Diane que je présentais quand même quelques heures plus tôt comme « Diane ? Je pourrais rien faire avec elle , elle est comme ma sœur ! » , ce qui reste inquiétant quand même sur ma conception de la famille , nous repartions en taxi .
 
Et la commence l’histoire du Nicolas de Mr Seguin (et non , ce n’est pas une chèvre , ignares) .
 
J’avais innocemment prévu de me faire loger par Diane , mais il s’est avéré que celle ci devant se lever a 8h du matin pour aller en cours , et j’ai du revoir mes plans en catastrophe … a 4h du matin , perdu et quelque peu imbibé en plein milieu d’un Paris aussi désert que le Sahara occidental au mois d’Août .
 
Mon premier réflexe une fois descendu du taxi fut de constater que étrangement le Louvre n’est pas aussi pris d’assaut par les touristes bedonnant et autres Japonais désopilants en pleine nuit qu’il n’est assailli le jour , puis mon second fut de me dire que j’en avais pas grand chose a faire du Louvre mais qu’il me fallait plutôt prendre en considération les remarques du taximen («  La Bastille ? vous en avez pour des heures ! ») et de Diane (« Je t’appelle demain pour vérifier que tu es toujours vivant»).
 
Je dois bien concéder après coup  la totale pertinence de ces deux désobligeantes remarques …
 
J’ai marché , avec l’idée en tête que quand la vague couleur claire naissante dans le ciel aussi obscur que ma situation (ou celle des soldats coincés il fut un temps a Dien Bien Phu , au choix) serait devenue la norme , j’aurais moins honte de frapper a la porte de mes grands parents pour leur demander l’asile .
 
La vache , j’ai connu des nuits blanches moins douloureuses …
… Je ne devais pas avoir quelques grammes dans le sang et avoir a traverser Paris dans sa largeur ces nuits la .
 
Arrivé a la Bastille ou je me souvenais d’avoir connu un bar ouvert 24h sur 24 (mon idéal …) , je constatais que le bar avait changé de politique et avait décidé que 6h du matin serait une heure de fermeture plus honorable .
Ce qui me laissait donc 10 minutes pour boire un café accueilli par mes yeux éplorés comme le messie , bien que mon estomac fut moins d’accord lui qui me tiraillait depuis quelques heures pour une repas , fut il frugal .
 
J’ai ensuite risqué de m’endormir une demi centaine de fois , et dans l’ordre :
- dans la rame de métro me ramenant de Bastille a Trocadero , heureusement que j’avais ma veste sinon je passais pour un clochard , un vrai .
- dans un bar de la muette pratiquant un tarif moins déraisonnable que la tour Montparnasse , mais malgré tout  suffisant pour me réveiller quelques minutes de plus (soit 3€ le café , joli quand même)
- sur le pallier de chez mes grands parents , les quelques minutes qui leur furent nécessaires pour émerger mais qui faillirent m’êtres fatales , au point que je m’endormais sitôt leur porte ouverte …
 
Paris , c’est sympa . Ah , pardon : quand on sait ou dormir …
Partager cet article
Repost0
26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 01:11
Lundi .
 
Sans doute la première fois de ma vie ou je me serais battu pour passer dans les premiers un oral , qui en soit n’avait rien de plus enthousiasmant qu’une séance de torture homologuée par Beria ou Pol Pot eux mêmes , mais qui marquait surtout plus agréablement la fin d’une session d’examen particulièrement peu enthousiasmante , ponctuée de nuits de sommeil aussi courtes que douloureuses .
 
Je persiste a dire que l’on peut être efficace en ayant dormi 1h découpée en tranches de 10 minutes . Si , si !
 
Bref , après être ressorti de mon oral non sans manifester peut être un petit peu bruyamment ma joie de m’en être sorti plutôt honorablement (j’ai crié « wouhouhou !» en levant un bras vengeur devant une assistance médusée , comme bien souvent du reste) , je fonçais comme un dératé chez moi pour y récupérer mon sac que j’avais eu , une fois n’est pas coutume , la bonne idée de préparer .
 
Dommage que ce beau tableau ait été gâché le soir même par l’amère constat que je faisais une fois dans le train d’avoir oublié ma trousse de toilette , mais je ne désespère pas un jour d’arriver a ne rien oublier .
 
D’ici quelques dizaines d’années , probablement .
 
Je réussis a roupiller dans le train , une fois la batterie de mon ordinateur vidée (soit au bout de 30 minutes de Lost , série dont les épisodes ont la désagréable tendance a devenir haletants a la 32eme minute …) et une fois que j’arrivais a évacuer de ma tête la discussion de petites vieilles derrière moi pérorant sur une jeunesse décadente ne respectant plus rien .
 
J’ai regretté de m’endormir avant de les expédier manu militari hors de mon train , histoire de leur donner raison …
 
Arrivé a Paris , je retrouvais Diane qui , comme elle me l’avait dit une dizaine de dois et demandé a une douzaine d’autres personnes chargées de me le rappeler , devait venir me chercher a la gare .
 
Cet excès de prudence eut pu me vexer s’il n’était totalement justifié , eut égard a mes récurrentes étourderies …
 

Cette première soirée se passa sans fait autrement notable que je débarquais un brin éméché aux alentours de minuit chez ma grand mère qui ne m’avait pas vu depuis 3 ans , et qui se demanda si dans le fond il n’aurait pas mieux valu rajouter une année de plus a cette séparation forcée …
Après une bonne nuit de sommeil , les choses sérieuses (si j’ose ainsi m’exprimer) allaient enfin commencer …
 
(…)
 
Mardi .
 
Je faisais un détour par chez ma tante pour faire une vingtaine de photos de la fameuse chambre de bonne qui avait failli être responsable de la crise cardiaque de son mari quand il avait vu les draps qu’il m’avait prêté pourrir au sol dans la salle de bain pour éponger les quelques centaines litres de d’eau que la pompe en panne n’avait pu évacuer …
 
Un tel souvenir méritait d’être immortalisé …
 
Alors que je me baladais avec ma tante se produisait une scène tout droit sortie de Tintin . Je parlais de mon cousin Xav qui lui aussi avait disparu de la circulation depuis quelques années , bien que résident Parisien , et ce fut quasi le moment qu’il choisit pour nous dépasser …
 
J’ai cherché Alcazar du regard au cas ou , mais c’était beaucoup demander .
Plus tard dans l’après midi , en attendant d’aller retrouver Diane et sa pote Mathilde , je prenais un verre en haut de la Tour Montparnasse , verre qui aurait pu être hautement agréable si un Russe n’était venu me hurler dans l’oreille a m’en crever ce qui me reste de tympans un charabia ressemblant vaguement a de l’Anglais .
Ca a donné vaguement ceci :
« Heuloy !
- Euh , oui ?
- You … tell me , look , what ?
- Oui , je regarde la ville , et non , je ne regarde pas votre copine ?
- Can ? Seat ? Today ?
- Euh .. I do not understand , is there anything i can do for you ?
- Invalides ! Is not Soldiers ? »
 
J’ai respiré plus facilement quand lassé que je ne sache répondre a ses demandes , il partit torturer les préposés du bar qui eux n’avaient pas d’excuses pour lui échapper … Je les ai sentis déprimer au ton de leur voix …
 
Sans doute la raison pour laquelle ils se sont remontés le moral en me facturant le café a 6€ …
 
(Be Continued)
Partager cet article
Repost0
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 00:50
Désoriente sensation . Quelque chose ne va pas , je n’arrive pas encore a mettre des mots dessus . Quelle heure peut-il être ? 9h ? Non , même si j’avais un rdv amoureux arrangé avec Heather Graham , je ne me réveillerai pas un dimanche matin a 9h . 12h ? 16h ? Bon dieu , il faut que j’émerge , je suis déjà arrivé en retard hier au boulot et a ce rythme la je vais pointer aux Assedics tellement vite que le CPE n’aura même pas eu le temps d’être abrogé …
 
Bon . Ca va , je peux encore bouger la tête . Pour les bras , faudra repasser plus tard . Mais ? Je suis encore habillé ? Nooon ! J’ai dormi avec ma veste (Esprit , ndrl) , oula , il y’a quelque chose qui ne tourne pas rond …
Procédons par déduction . Je suis dans mon appart , c’est dimanche , j’ai dormi sans me déshabiller , ouf , pas de barbu fleurant bon la récente libération de prison qui me demande « alors , heureux ? » dans mon lit …
 
Ok . Reprenons . Dimanche . Ok , la veille c’était samedi . Oula … Samedi … je commence a comprendre .
Ah oui , j’avais donné rdv a Jenny que je devais présenter a Arnaud , et c’est pourquoi je m’étais habillé en kéké non pas comme des mauvaises langues le prétendent parce que je suis un kéké refoulé mais parce que c’est passe partout pour entrer en boites , en tous cas celles qui plaisent a ces deux hurluberlus .
Après … je crois qu’en rentrant chez moi , j’ai vu de la musique , de la lumière et 2 filles chez mon voisin , et cela a suffit pour que j’éprouve l’irrémédiable besoin de toquer a sa porte .

La musique et la lumière , sans doute .
 
(Sous ma douche)
Ca me revient . J’ai eu l’œil frétillant quand j’ai aperçu la bouteille de whisky , et je me suis sévèrement dérouillé malgré le fait que je n’avais pas graillé de la journée . En même temps , il faut avoir des priorités dans la vie , et vu la tournure improbable de la soirée , j’allais pas en perdre une miette pour justement m’en remplir l’estomac . Question de cohérence . J’ai même du me resservir la veille après avoir fait ce joli raisonnement …
 
(En T-shirt , a chercher désespérément ce foutu café , vainement puisque je l’ai oublié la veille au boulot)
Y’a un blem . Je me souviens d’avoir vu Ben , Tom , les autres dont Romy (j’en suis sur , j’ai été choqué de ne rien trouver de désagréable a lui dire …) et pourtant pas de trace de soirée chez moi ? Une déduction s’impose . Je les ai fait venir chez mon voisin .
 
Il commence a le payer cher son accès « gratuit » a mon wifi … Pardon Flo , je le ferais plus .
 
(…)
 
C’est la que mes souvenirs et la dernière once de crédibilité et de sérieux qui me restaient s’arrêtent .
J’ai vaguement cru comprendre aux dires de Ben (venu s’assurer que je n’avais pas fait un coma éthylique après son départ) que j’aurais aimé être spectateur de ma propre déchéance .

Les saouls sont une source de divertissement sans commune mesure …
 
Il semblerait que nous ayons été au cardinal après avoir épuisé la patience de mon voisin , ou sur suggestion pernicieuse de Tom j’ai entrepris de compter le nombre de chaises marquées d’un nom d’acteur , sous le regard dubitatif du videur …
 
J’ai connu des moments plus glorieux , c’est un fait .
 
Quelqu’un a eut la désobligeance de me ramener en mon foyer sur son épaule (je prie pour qu’il n’y ait pas eu trop de témoins …) . Chez moi , n’étant pas encore totalement fini , ils ont eu l’idée de me provoquer au jeu du cul sec . J’ai en effet une intéressante tendance a réagir comme un Mc Fly se faisant traiter de mauviette , et des que l’on me dit , par exemple , « pfff … tu n’as bu qu’une petite gorgée la … » , je réagis , toujours par exemple , en vidant la moitié de la bouteille au goulot .
 
… J’ai dormi du sommeil des justes quelques secondes plus tard …
Partager cet article
Repost0
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 19:38
Beaujolais nouveau , 2005 . Franchement , je n’ai jamais été fan du Beaujolais , le goût est vraiment infâme et je songe a militer pour que l’on remplace le soir du Beaujolais nouveau par le soir du Whisky frelaté . Au moins annoncerait on la couleur dans l’appellation , et puis on gagnerait du temps , le but de cette soirée étant de toute façon de finir complètement rond .

Et moi je n’ai pas besoin de prétexte fallacieux pour être rond .
 
Alors que je rentrais de la place St Pierre ou il ne restait plus que les endurants (comprenez : ceux qui vomissent une première fois puis recommencent a boire de suite) , je rentrais difficilement par la rue Pargaminière , rebondissant sur quelques murs qu’un ingénieur avait eu le manque d’originalité de faire rectiligne , ce qui ne pouvait honnêtement être compatible avec ma démarche de Saoul Polonais .
 
Arrivé Place du Capitole , l’idée me vint de retourner voir la cloche d’où j’avais fait trembler le monde libre , et j’entrepris d’escalader a nouveau mon Everest (mettez l’expression a l’échelle de mon pauvre mètre 73.5 …) histoire de voir si je savais toujours aussi bien faire sonner les cloches . Au rythme d’une chute tous les 10 cm gagnés par tentatives , j’arrivais a la cloche en moins de 20 minutes : si un noctambule regardait la place du Capitole de la webcam qui y est installée , je dois circuler sur tous les sites humoristiques de la planète depuis .
 
Une fois mon méfait accompli , j’ai voulu profiter du panorama et admirer la place sous tous ses angles , ce qui n’était pas forcément aisé avec la vue vacillante et l’effroyable envie de rendre mes tripes , ce qui eut fait tache sur le tableau .
 
Alors que j’en étais encore a me demander comment j’allais redescendre , je vis courir dans ma direction 3 types patibulaires qui de toute évidence a leur façon de vociférer essayaient de m’intimider afin de me prendre ma place sur ma cloche . Rompu a l’exercice de la défense de son territoire depuis le plus jeune age quand je défendais mes châteaux de sable des marmots qui jalousement m’envahissaient , je tentais de me remémorer mes techniques passées de défense en prévision de l’invasion imminente . Mais j’avais beau chercher , je n’avais pas eu la prévoyance de prendre avec moi ma petite pelle en fer cette fois …
 
En même temps , une petite pelle contre des matraques de CRS , c’était peut être un peu juste …
 
(…)
 
Je ne sais pas si c’est la vitesse a laquelle j’ai été descendu de ma cloche ou le fait que je n’ai que moyennement apprécié la conduite rapide du car de CRS , mais j’avoue m’en vouloir d’avoir ainsi pouillé ma chemise en vomissant alors que l’on roulait pour le commissariat central . D’autant que cela risquait de faire mauvais genre , les gens se fiant tellement aux apparences …
 
C’est marrant un commissariat de nuit ! Moi qui de me désespérait de trouver un lieu de vie sur Toulouse passé 2h du matin un soir de semaine , je pense que j’ai enfin trouvé la rade idéale ou finir la soirée . Dommage que la musique émise par le poste de radio du commissariat semble provenue tout droit de radio bleue (je pensais que tout le monde avait oublié les compagnons de la chanson) , mais si un petit effort était fait sur ce point , je gage que le commissariat deviendrait méchamment a la mode .
 
… Ce qui en ferait immanquablement un endroit insupportable car tous les kékés finiraient par envahir les lieux , et avec eux l’ambiance morose qui leur sied si bien .
 
C’est con , mais je crois quand même que c’est un des rares endroits ou il ne me dérangerait pas que les kékés finissent leur soirée sans que ça pourrisse la mienne ?
 
Une idée a creuser .
 
 
 
PS : Fallait bien que je joue une partition différente pour un 1er Avril …

Partager cet article
Repost0