Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
10 novembre 2006 5 10 /11 /novembre /2006 16:34
J'ai une mémoire ... disons contrariante .

Je suis capable de me souvenir dans leurs plus petits et mesquins détails de faits très précis remontant a ma tendre jeunesse , de me mémorer par exemple et très précisement de la première fois ou j'ai vu les fesses d'une fille (j'étais en colonie de vacances , j'avais 6 ans . Je me souviens de m'etre fait la reflexion a l'époque d'avoir comparé les dites fesses -dans ma tete- a un camembert . Cqfd) , encore plus précisement de la fois ou mon père était venu me voir a ma maternelle et que j'avais réussi le tour de force en moins de 5 minutes de le faire repartir de mauvaise humeur (j'avais gueulé contre la nourriture de la cantine , peut etre que ma phobie du restau U provient de la d'ailleurs...) , et je me souviens meme de la fois ou je me "la" suis coincé dans ma braguette .

Un souvenir humiliant au possible , c'est ma grand mère qui a du m'aider a m'en sortir . C'est ce jour la que j'ai compris l'interet de mettre une culotte sous son jean .

A coté de cela , je suis incapable de retenir des petites choses aussi bégnines que la table de multiplication par 7 (qui n'a d'ailleurs rien de bégnine , personnellement je la trouve atrocement prise de tête , mais ne nous égarons pas) , et mes journées sont rythmées par les insultes que je m'envoie , par exemple quand je hurle "mais ou ais je foutu ces putains de clés !" , "mon portefeuille ? C'était difficile de le poser dans un endroit simple a retrouver , connard ?" , ou encore cette sympathique reflexion que je me fais lorsque je me rends compte que je ne sais plus ou j'ai garé ma voiture .

"Crétin ! Pauvre type ! Méprisable personnage ! Sale buse ! Je me hais !" .

Je n'ai pas pris l'habitude d'etre tendre avec moi meme ...

J'ai eu l'autre jour la surprise mal dissimulée d'apprendre que les cartes bleues ont une "date de péremption" . Ne me prenez pas pour un niais : je n'avais aucune chance de le savoir , consommant approximativement 4 cartes bleues par an dans les années ou je suis particulièrement en forme , comprenez attentif , sinon les stats grimpent vite a la vitesse d'un Space Moutain déréglé par un orage bionique ou une bombe électromagnétique dernière génération . Au bas mot . C'est ainsi qu'un truand m'a dévalisé un beau jour de 1500 euros sur mon compte : il faut bien reconnaitre que je lui avais facilité la tache en mettant 24h a me rendre compte de la perte de ma carte bleue .

Et 24 de plus pour me décider a faire opposition , persuadé que je l'avais juste rangé dans la poche d'un jean ou autre . L'habitude , en quelque sortes .

On va encore m'accuser d'exagérer outrageusement , mais sachez qu'il ne m'arrive jamais de partir en une seule fois de chez moi . Concretement , je descends quelques marches pour me rendre compte que j'ai oublié mon portefeuille . Je remonte alors le chercher , peste contre ma manie de vider mes poches tout en avancant , le trouve , puis repars . Arrivé a la porte je me rends compte que j'ai posé les clés de l'appart pour rechercher mon portefeuille , je repars dans des recherches fastidieuses et sonores ("putain d'amnesique !!!") , puis enfin je trouve les clés , repars tout joyeux de n'avoir rien oublié .

Cela jusqu'a ce que je sois arrivé a 10 minutes de chez moi et que je me rende compte que j'ai oublié de prendre mon portable le jour ou j'attends l'appel super méga important de confirmation de mon stage .

Si je vous disais que encore aujourd'hui , il m'arrive de faire des détours Ulyssiens , d'inspecter toutes les barrieres de la ville , a avoir des frémissements cardiaques dignes d'un astronaute pendant le decollage d'une navette endommagée , juste parce que je ne suis meme pas sur de m'etre fait voler mon vélo ... et que je continue a le chercher dans l'espoir vain de me souvenir si je ne l'aurais pas laissé a un endroit bete et con .

Putain de mémoire pourrie .


Partager cet article
Repost0
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 19:21
Samedi soir , 23h , place du Capitole .

Un certain nombre de passants eurent la vision étrange , sinon inquiétante , d’un maboule semblant de toute évidence parler a voix basse a l’horloge du Capitole , un pied dans chaque balances du signe astrologique face a la mairie , et tenant une bière d’une main , une cigarette de l’autre .

Monologue de temps a autre interrompu par des quintes de toux d’une telle violence qu’il semblait envisageable qu’il crache ses intestins sur la façade de l’immeuble auquel il faisait face .

«  Salut toi … Bon ben écoute , merci pour l’année dernière , dommage que tu m’ais que trop écouté même . C’est vrai , quand je disais je ne te demande de me valider juste qu’un petit semestre , c’était manière de parler ! Enfin bref . Bon pour cette année , je te demande pas grand cho… Oui , quoi ? » .

Un téméraire venait de prendre le risque de m’approcher malgré mon flagrant délire a voix haute , un jeunot de 16 ans en étant généreux et qui me demanda si je n’avais pas une cigarette a lui refiler . Résistant a la tentation de lui répondre « d’accord en échange de ton age » , j’acquiesçais et après qu’il se soit éloigné , reprenais mon délire .
 J’ai au moins la qualité de le reconnaître .

« Bon , je te disais donc . Par pitié , fais que dans l’année a venir je sache au moins ou je vais , que ca marche enfin avec les études ou que je prenne la place de cet imposteur de Houellebecq , au choix . Je suis pas si difficile quand même ? »

C’est le moment que choisirent deux nouveaux imbéciles de passants pour interrompre ma rêverie .

« C’est votre signe ?

- (ben non , je suis la comme un con dessus depuis 10 minutes juste parce que je le trouve joli , espèce de gourde !) … oui .

- Ah bon . »

Ca valait bien la peine de venir me raser , tiens .

Lorsqu’un troisième type , arrivé a ma hauteur , commença a me raconter sa vie , que sa femme l’avait trompé avec un ami a lui , qu’il n’y pouvait rien , que c’était horrible , insupportable , exaspérant , bref , qu’il souffrait le martyr , j’en ai déduis que j’en avais assez subi pour ce soir et qu’il était temps de quitter ce repaire d’aliénés .
 
On ne sait jamais , une rafle et j’étais bon moi aussi pour l’asile .

(…)

Dimanche matin .

Je me réveillais avec mon stress habituel , consistant a me demander quelle heure il pouvait bien être . Et vint immédiatement le regret de ne pas avoir demandé un réveil comme cadeau d’anniversaire , ce qui m’éviterais a l’avenir et par exemple de sortir mon infortuné voisin de son lit pour lui demander s’il peut me prêter le sien .

Tout ceux qui n’habitent pas place Esquirol peuvent pousser un soupir de soulagement : ils ont échappé au pire .

Après avoir passé quelques petites heures au téléphone avec ma copine , je prenais la direction de chez mes parents pour un repas modeste que je leur avais réclamé au nom de mes 23 désespérantes années . A ce sujet , je tiens a rassurer ceux qui s’amusent lorsqu’ils viennent chez moi de constater la présence d’un yaourt en tout et pour tout dans mon frigo , et de quelques conserves déguelasses achetées a 1€80 . Je suis bien un fin gourmet , juste que lorsque je me prépare moi même ma bouffe , j’ai horreur que cela me prenne un temps déraisonnable .

Déraisonnable étant un temps de préparation excédant les 2 minutes 30 . Grand maximum …

 

Après le repas , nous prenions avec mon doux daron (mon seul terme « 9-3 » , mais j’adore) la direction du karting de Muret . Pour l’histoire , je fais du karting depuis l’age de 16 ans , et la fois ou un ami de mon père c’était un peu trop vanté de m’avoir écrasé en piste , a raison d’ailleurs .

Je l’ai écrasé un an plus tard sur la même piste , après une année a m’être entraîné toutes les semaines comme un damné . Et Je lui faisais d’ailleurs remarquer sa défaite avec une petite pointe de cruauté dans la voix .

A raison , la encore .

Nous arrivions en même temps qu’une bande de minots a coté desquels je passais vite pour un vieillard sénile lorsque achetant son ticket , l’un d’eux devait reconnaître ne pas avoir atteint les 15 ans . En même temps que le puceau donnait son age , je me revoyais , moi , arrivant avec ma voix encore en définition (l’horreur , donc) et j’eus la plus grande difficulté a rester serein , vieux ringard que je devais être pour eux . Je tentais de rester calme , et de me rassurer en me disant qu’après tout , nous n’avions pas une si « grande » différence . Que moi aussi j’étais jeune . Que moi aussi le monsieur allait me demander si j’avais bien l’autorisation de mes parents . Que moi aussi …

« Excusez moi monsieur , vous voulez courir en même temps que nous ? » .

Morveux , revouvoie moi une fois dans ta vie et je t’en colle une .

« Désolé jeune homme (dit l’employé qui a décidé de m’achever) , mais je ne peux pas vous laisser courir avec ces monsieurs , ils sont trop âgés pour vous … »

 Plus jamais . Plus jamais , je ne retourne a Muret faire du karting .
Partager cet article
Repost0
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 19:13
Il fallait bien que ça arrive .

Quand jeudi soir , Mat m’a demandé quand je comptais libérer l’appartement , j’ai réalisé qu’il ne me restait que peu de temps pour faire une dernière soirée avant que la rue Palaprat redevienne le havre de paix qu’elle a naguère été , il y’a 16 longs mois .

Et mon arrivée , au grand dam de mes voisins -successifs- du dessous . Et d’a coté , j’y pense .

Le fait que je libère mon appartement , cela fait déjà plus de jours que cela me travaille . Quand je me réveille , j’ouvre les yeux en me disant qu’un(e) autre que moi dans une semaine aura fait un sort a la toile d’araignée que j’ai laissé bienveillamment se tisser dans des proportions Spidermaniennes . Quand je prends ma douche , je me dis que dans une semaine , ce sera un autre qui transformera la salle de bain en pièces d’eaux du château de Versailles .

Et quand je regarde ma moquette , je me dis que personne d’autre que moi n’acceptera de vivre avec .

(…)

Vendredi soir .

Je sortais du boulot avec une fièvre de cheval , une toux de cancéreux au dernier degré , un visage d’une pâleur de mort vivant (ma copine accuse les hommes d’exagérer quand ils sont malades) et l’envie de me coucher a une heure indécemment précoce . Des lors , j’ai fait ce qu’il y’avait de mieux a faire : recevoir une douzaine de personnes chez moi pour une soirée whisky et pastis .

Ce qui avaient pensé « se coucher » sont des niais .

Drôle de soirée . Je n’ai pas pu m’empêcher de repenser a l’incroyable nombre d’autres l’ayant précédé , me disant qu’il faudrait absolument que je sympathise avec celui qui reprendrait l’appartement pour avoir l’occasion de faire de temps a autre de petits pèlerinages , en souvenir du bon vieux temps …

J’en étais a cette réflexion intérieure quand je remarquais des cendres par terre .

C’est le moment que la soirée a commencé a basculer dans ma tête . Non pas que je ne passe pas un bon moment , mais je n’ai cessé d’avoir en tête l’image du mot « caution » , s’effritant comme dans un sablier jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un grain , sombre témoin de ce qui avait été une somme d’argent que j’aurais pu somme toute vouloir après tout récupérer .

Les crédules croient en tout , c’est même a cela qu’on les reconnaît .

Le compte a rebours a commencé a 390 €uros . Ciel ! un verre un qui vole et qui se casse dans un bruit atroce tout en roulant sous le canapé , ce qui évidemment aura pour conséquence que je me couperais ignominieusement en essayant d’y chercher les éclats !

Moins 60€ .

Oooh la jolie tache de vin rouge sur ma moquette bleue ! -50€ . Tiens , un éclat sur mon bar ? -150€ . Hey ? Une jolie ouverture sur le plâtre en dessous de la moquette suite a une malheureuse chute d’un charbon de narguilé ?

Ok , la c’est foutu .
Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 01:16
Drôle de rêve . Je ne songe pas a lui accorder une quelconque valeur prémonitoire , la probabilité que je me fasse poursuivre par des zombies me semblant trop réduite , encore plus qu’après m’être suicidé 3 fois (finalement , ce n’est pas si terrible de sauter d’une tour , mais bon dieu qu’est ce que cela soulève le cœur) je découvre que le paradis est une buvette ou les gens parlent en rigolant et en sirotant je ne sais quoi dans des gobelets en plastique (mesquin le St Pierre …) .
 
Je pense que le fait que je me sois réveillé avec un seau en dessous de ma tête explique peut être le coté délirant de ce rêve ubuesque .
 
M’accordant un peu de temps pour émerger , je faisais un vague point sur ma désespérante situation actuelle , me demandant s’il n’avait pas un été un brin mesquin de couper l’accès wifi a Flo et s’il n’existait pas un moyen moins coûteux de passer ses nerfs qu’en envoyant s’écraser sur le mur de la poste d’en face mon téléphone , qui somme toute lui ne m’avait rien fait .
 
Un conseil , ne passez jamais sous les fenêtres du 14 Rue Palaprat .
 
Tout en cherchant une boutique pour débloquer mon nouveau portable (est ce une impression ou je le trouve palot ?) qui ne pratiquerait pas des tarifs qui me provoqueraient un élargissement de mon futur très probable ulcère , je cherchais dans ma tête des raisons pour mettre de coté ma manifeste contrariété et essayer de voir les choses d’une façon plus réjouissante que je l’avais fait jusqu'alors .
 
En soit , rien d’impossible vu l’angle particulièrement noir érigé en principe depuis quelques mois .
 
Certes , j’avais abandonné tout espoir depuis plusieurs semaines , mais le fait est que je me sent honteusement ridicule , ne m’étant jamais totalement remis de l’image de « râteau man » que je m’étais magnifiquement construit au lycée , et détestant par-dessus tout depuis me retrouver dans une quelconque situation qui puisse s’apparenter a de la «Loose sentimentale» .
 
Dois je dire que 2 de mes amis sortent consécutivement avec celle que j’ai voulu correspond a peu près a ce type de situation ?
 
Bon . Faisons le point , Nico (ça y’est , ce n’est plus de l’égocentrisme , c’est du dédoublement !) . J’ai 22 ans , et je vis mal le fait que les 23 se rapprochent a une vitesse astronomiquement déprimante (eh oui , après 23 , c’est 24 , puis 25 , et après plus que 5 petites années avant 30 ans !) , je n’ai plus de copine depuis que j’ai quitté la dernière qui arrivait a me supporter , mais que comme toutes les précédentes je ne supportais plus pour la simple et bonne raison que je n’ai d’égal mon besoin d’être en couple que mon besoin aussi et de façon très contradictoire d’être seul .
 
Un instant , je cherche ma camisole .
 
Bah . Toute cette histoire aura eut le mérite de me rappeler que j’ai une tendance certes gentille mais ô combien préjudiciable a considérer comme des amis des gens pas forcement armés des mêmes louables intentions (Julie me l’avait fait un jour remarquer alors que j’étais trop gentil avec un serveur sympa , en me faisant écouter un message du dit type sur son répondeur ou il avait une tendance a soupirer plus que d’amitié …) , et dans un autre registre , que le déblocage d’un téléphone mobile coûte 20€ Rue Bayard .
 
Encore heureux que ne doive pas s’y rajouter de coût de la plainte d’un piéton qui aurait eut la consternante idée de se trouver dans la trajectoire de l’ancien …
Partager cet article
Repost0
15 mai 2006 1 15 /05 /mai /2006 01:07
Dimanche Soir .
 
Nerveusement dans un état a faire passer Speedy Gonzales pour une souris complètement amorphe a l’idée de la semaine d’exams qui s’annonce particulièrement chargée , je suis rentré chez moi perdu dans de sombres , obscures et terribles pensées .
 
« Je fais d’abord la vaisselle ou je range ma salle de bains ? »
 
Alors que je passais le portail de l’immeuble , 2 pauvres neurones , survivants de l’hécatombe ayant eu raison des autres lors de mémorables ivrogneries précédentes , eurent le malheur de véhiculer dans ma tête l’information qu’il y’avait longtemps que je ne m’étais pas servi de mon vélo .
 
… Ce ne serait pas du tout mon genre de compenser un célibat se prolongeant indéfiniment par une affection hors du commun pour les vélos , j’ai juste eu envie de vérifier que le mien ne manquait de rien et qu’il allait passer une bonne nuit .
 
Ok , le célibat commence a me peser lourdement .
 
Des mon premier regard dans la cour , j’ai senti que j’allais avoir le plaisir de piquer une de mes gueulantes dont j’ai hélas le secret , et qui finiront par m’attirer définitivement l’hostilité de mes voisins .
 
Il est somme toute peut être présomptueux de croire qu’il n’est pas déjà trop tard .
 
J’ai commencé a m’exciter comme une brute a chercher partout dans la cour si un pauvre inconscient n’avait pas commis l’insoupçonnable erreur de signer l’arrêt de mort de sa porte qui risquerait incessamment sous peu de prendre feu comme un maquis corse en ayant pris la malheureuse initiative de déplacer mon vélo .
 
Damned . Rien en vue , mille sabords .
J’en aurais laissé tomber un Gerycan plein , tiens ...
 
Je suis remonté chez moi dépité , abattu au point de me demander si mon père me croirait si je lui servais un « le vélo que tu m’as donné ? Je suis en train de le faire customiser aux USA , ils me le renvoient sous 10 ans » , improbable mensonge pour ne pas avoir a justifier une insoutenable malchance persécutant mes infortunés vélos .
 
Je persiste a penser que le précédent aurait du résister a sa chute d’une grille de 3m .
 
Je dois concéder que je passe de façon assez ahurissante d’un état a un autre . Après 5 minutes de lamentations , je recommençais a hurler dans mon appartement « mais quel con ! On ne te l’a pas volé ton vélo , tu as du le laisser a la fac ! Abruti ! Idiot ! Crétin ! » .
 
Après avoir hurlé de quoi déclencher le plan Orsec rue Palaprat , je revenais sur ma conviction que la chose se trouve quelque part du coté de Pingouins Land (la fac , pour les non intimes) , et me demandais des lors si je ne l’avais pas laissé chez Ben .
(...)
 
Après avoir explosé mon téléphone contre un mur qui n’avait peut être pas mérité d’être victime de ma sainte colère -ne m’ayant somme toute , lui , pas mis en relation avec un irritant au possible répondeur- , je me reperdais en théories sur d’éventuels points de chute ou j’aurais pu dans ma distraction perdre un vélo , mes souvenirs confus et embrouillés avançant un nombre d’hypothèses indécemment scandaleux .
 
Comprenez maintenant que je perde ma carte bleue tous les 2 mois …
 
Sans doute le sursaut d’un 3eme neurone que je croyais pourtant décédé depuis des lustres , tout a coup me vint en tête la question « pourquoi as-tu un dimanche soir a 22h pensé a un vélo dont tu ne t’étais pas servi depuis 2 semaines ? » .
La question était si limpide que j’eus un doute sur ma paternité envers cette dernière .
 
Je n’ai pas encore totalement perdu l’habitude d’être le cocu de l’histoire …
 
Déconcerté par cette troublante interrogation , l’image furtive d’un vélo posé devant l’entrée de l’immeuble m’agressa alors plus violemment que la musique de cette vielle poivrote de Marianne Faithful , ce qui en soit reste un record édifiant , de mémoire .
 
(…)
 
Soit . Il faut croire que j’avais besoin de me vider les nerfs ce soir la …
Partager cet article
Repost0
10 mars 2006 5 10 /03 /mars /2006 19:57
J’ai un jour été accusé par une petite amie d’être fétichiste . Il faut dire qu’elle était tombée sur une boite dans laquelle je conserve un certain nombre d’âneries sans nom , que toute personne normalement constituée aurait casée au seul endroit valable que constitue un glauque vide ordure .
Quand je disais qu’il m’arrivait d’être sentimental …
 
Je ne sais pas par quoi commencer … allons y sur les objets insolites .

En premier lieu , le premier truc qui me tombe sous la main est une vis de mon regretté Ciao . Pourquoi une vis me direz vous ? Parce que cette saloperie sans nom a toujours refusé de s’emboîter comme il faut , et j’ai passé de longues heures d’hystérie (ce qui signifie pour qui me connaît que je criais comme un damné « Bordel ! Tu vas tenir saloperie ??? » et que des voisins inquiets a leur fenêtre appelaient discrètement le Samu …) a tenter -en vain- de la faire tenir …

Viennent ensuite pêle-mêle une boucle d’oreille qui m’a particulièrement embarrassé quand je n’ai pas été capable de dire d’où elle provenait , un petit collier de tissu auquel est accroché un petit carton sur lequel il est inscrit « prends moi , joyeux anniversaire » (et on dit que les filles n’ont plus d’idées originales de cadeaux …) , une boite de préservatifs vide (attendez la fin du texte avant de commander la camisole) , et une carte bleue démagnétisée (je trouve extraordinairement fatiguant de ranger sa CB dans son portefeuille , au moins je ne l’ai pas perdue celle la !) .

C’est un début . Viennent les écrits maintenant …
 
Tiens , hop , je prends le premier qui passe … et ? Ah ah ! Il s’agit du papier sur lequel j’imaginais la répartition de mes ex autour de la table d’un banquet que j’ai fantasmé … broumph … je vais vite ranger ce torchon , je rigolais de toute façon …

Ah ? Un prospectus pour une des fabuleuses soirées daubes du zoodrome … un souvenir impérissable d’une soirée que j’avais passé avec 2 amies a chanter sur Sandy Valentino (qui ne chantait pas que de la merde , elle la mimait aussi …) et autres épouvantables bêtises .

… Je viens de comprendre pourquoi le Zoodrome a fait faillite …

Nooon ! Voila que me tombent sous la main les forfaits Skirail du premier week-end de ski organisé avec mes vrais potes … pour l’anecdote , j’avais passé un sale quart d’heure quand arrivés a Luchon , mes nouveaux amis venaient de constater ma notion de distance , ou tout du moins qu’il y’avait plutôt 5km entre la gare et le téléphérique que les 100 mètres que j’avais joyeusement annoncé …
 
Encore un souvenir de regards désapprobateurs , tiens …
 
Après , viennent les petits mots de mon père que je trouvais un peu partout dans ma chambre pour peu que je m’en absente plus de quelques minutes . Un exemple , pour rire …
«  Niko , tu n’ignores pas que c’est la rentrée demain pour 90% du pays … et aussi pour moi . Donc : finis les réveils a point d’heure , les sorties a point d’heure , etc … Cette année doit être infiniment (souligné , ndrl) plus studieuse et sérieuse -et réciproquement- que l’année dernière . Pour tout le monde ici , toi compris (souligné , ndrl et sic) . A bon entendeur . »
 
… Mon premier réflexe en tombant sur ce genre de mot aurait été de mettre ma tête dans le four . Un heureux hasard fit que nous n’avions pas de four , a l’époque …
 
Si quelqu’un a quelques allumettes a me prêter , j’aurais un carton a brûler . Vite …
Partager cet article
Repost0
9 mars 2006 4 09 /03 /mars /2006 19:54
Je fais souvent des rêves aussi déstabilisant que traumatisant (que personne ne vienne me dire que c’est la même chose !) , qui me font regretter les cauchemars qui premiers hantèrent mes nuits (un requin qui avait élu domicile dans ma salle de bain , une horreur) .
 
C’est ainsi que j’ai fait il y’a quelques temps ce rêve traumatisant ou l’on perd toutes ses dents . Une abomination que ce rêve … je parle avec un quidam et blam , une première dent part dans un bruit de revolver ricocher sur son visage . Je me sens alors déjà plutôt confus , jusqu'à ce qu’en mangeant toutes mes dents s’assemblent en igloo un peu plus bas , dans mon assiette

… j’ai des rêves très Tex Averiens …
 
Le rêve le pire que j’ai fait reste quand même celui ou je devenais aveugle . Désolé pour mes références , je pense avoir été marqué par un épisode de Jeanne et Serge ou une des coéquipières de Jeanne devenait progressivement aveugle , sur fond de musique mélodramatique …
 
Mis a part qu’il soit on ne peut plus inquiétant pour mon hétérosexualité -que je croyais sans faille- que je m’identifie a une volleyeuse , mon rêve était on ne peut plus affolant . J’avais la vue qui baissait progressivement , et je savais que j’allais devenir aveugle . Aussi essayais je de profiter des derniers instants de vue qu’il me restait en faisant des trucs intéressant , comme faire mes courses dans un centre commercial (oui , j’ai une notion d’intéressant qui peut laisser pantois …) ou je renversais des piles de conserves et me prenais tous les caddies des autres clients médusés … je me souviens que j’y rencontrais des têtes que je connaissais , et sur un ton bénin leur annonçait « moi ? Ça va , je suis juste en train de devenir aveugle ! » .
 
Et on s’étonne que je ne sois pas un gros dormeur …
 
Dans la réalité vraie (pléonasme , non ?) , j’ai passé une semaine de merde a devenir fou d’angoisse parce que je n’arrivais pas a ouvrir mes yeux plus qu’un matin a 8h du mat (maître étalon en la matière) , mais cela sur l’espace de journées entières … J’ai vu poindre l’horrible moment ou j’allais devoir porter des lunettes , ressemblant un peu plus de ce fait a mon père s’il en était encore besoin …
 
Après avoir rasé une génération de petites amies en ayant l’autoritarisme d’un Staline dans ces mauvais jours pour qu’elles portent le minimum du minimum leurs lunettes , je pense sincèrement que je n’aurais survécu a cet insoutenable coup du sort et serais allé tâté la vase de la Garonne de plus près …
 
De toute façon , je n’ouvre pas les yeux sous l’eau …

Partager cet article
Repost0
24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 20:23
Au début de l’été 2005 , je me suis rendu compte que j’étais devenu un brin preservatophobe . Pas grand chose de méchant , en tous cas certainement pas une allergie qui aurait eu le mérite de donner une petite couleur rouge sympa  ou de grossir la chose ... non , non , rien de cela . Je suis simplement débecté par ce court instant ou l’on interrompt des manœuvres plutôt bien engagées pour enfiler ce détestable attirail .
 
Il existe plusieurs formules pour se dégager d’une étreinte un brin poussée , elles doivent êtres sans conteste a l’origine de mon rejet catégorique … C’est vrai ! Que dire d’autre que :
- Oups ! Je viens subitement de me rappeler qu’il manquait quelque chose …
- Pourrais tu avoir l’amabilité de fermer les yeux pendant une minute ?
- Tu vas rigoler mais je les ai oublié … (formule non seulement hors sujet mais permettant divers résultats , sauf de faire rire la concernée)
 
Bref … vu que je développais une légère résistance au préser … au petit capuchon de caoutchouc , il me fallait des lors envisager de faire un léger dépistage , juste comme ça , pour voir . Après tout , ce n’était qu’un contrôle de routine pour moi qui suis plus que sage (j’ai envisagé de m’attribuer le terme de « modèle ») et aussi raisonnable qu’un lapin plus ou moins nymphomane …
... Euh … l’allusion au lapin , ce n’est que pour la quantité , pas la qualité . Non , je précise au cas ou , les gens se font tellement vite des idées aussi disproportionnées que méchantes …
 
Bref . Un beau matin , je me levais le cœur plein de bonnes intentions et l’esprit léger , prêt a passer ce test comme un examen de Janvier : de façon purement formelle …
 
Alors que je me dirigeais gaillardement vers l’hôpital de la Grave , je me posais gentiment la question « comment pourrait il y’avoir le moindre problème ? » . Aussi entreprenais je un devoir de mémoire afin de tenter de comptabiliser les pauvres jouvencelles qui avaient eut a subir les assauts frénétiques de mes reins , entre autre .

… Je recensais un peu plus d’une dizaine de victimes , hélas pour elles consentantes , parfois de façon récurrente ce qui est une circonstance aggravante s’il en est .
 
J’arrivais ainsi perdu dans mes réflexions au centre de dépistage , toujours guilleret bien que songeur (ce qui signifie que j’aurais pu passer devant un T-Rex nourri au Yaourt depuis des semaines sans m’en rendre compte) .
Je sortais de ma torpeur lorsqu’une secrétaire plus convaincante que Rex m’aboyait un son ressemblant vaguement a  « Que voulez  vous ? Groumph ! » . Essayant d’amadouer la terreur, je lui murmurais timidement la raison de mon aventure en cet espace hostile , et après avoir attrapé par un geste furtif le numéro d’appel qu’elle m’envoya valser dans le nez , j’allais me planquer dans un recoin de la lugubre pièce .
 
Je regardais alors d’un œil désappointé les autres ombres gisant dans la salle d’attente . Que des têtes de personnes plus blanches que les murs de la pièce (il est vrai peu reluisante) , dont les gestes nerveux trahissaient une anxiété plus élevée que celle rencontrée par exemple un soir d’Avril vers 19h50 dans un QG Parisien et Socialiste (ça existe , si ! si !) .
Atterré par ce spectacle crispant au possible (même pour un vieux retraité de la garde Royale Anglaise)  , je commençais a céder sous ces coups de boutoirs plus déstabilisant qu’un maître de conférence de droit lors d’un oral , ce qui n’est pas peu dire .
 
Et la , vinrent les premiers doutes . « Et si ? » . Et si Julie avait été sérieuse lorsqu’elle m’avait dit que je devrais faire un test en raison de ses infidélités régulières  (ce qui n’était en fait qu’une vacherie pour m’angoisser , mais j’étais naïf a l’époque) ? Et si Erika avait été opérée par un boucher n’opérant qu’au moyen de seringues d’occasions achetées a un dealer Colombien ? Et si un moustique ayant subi une mutation génétique après des essais nucléaires Polynésiens m’avait piqué de son dard mutant de fer , après avoir remonté l’Asie en ayant fait un détour par l’Afrique du Sud ?
 
J’ai passé une semaine a m’angoisser inutilement . J’adore tellement ça …
 
Amis masochistes , bonsoir .
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2006 3 11 /01 /janvier /2006 19:03

Je sais , je sais . J'avais dit que dorénavant , je ne serais plus hystérique concernant mes cheveux . Et alors ? Ça arrive a tout le monde de se renier !
 
J’ai en Juin du consentir a me couper les cheveux que je laissais patiemment pousser depuis 1 an , mais j’étais sorti de chez le coiffeur malade d’être passé a l’acte . Aussi m’étais-je juré de les laisser repousser , cette fois pour de bon . Aussi atroce que soit ma coiffure …
 
C’eut été aisé si depuis 3 semaines je n’avais pas une tendance a me demander si mon actuelle coiffure ne risque pas de me faire ressembler a un CGTiste tendance ringard . Etant affligé d’un tic ou toc (allez savoir) qui soit que chaque fois je passe devant un miroir , je me regarde (en me mordant les lèvres que je n’aime pas , ndrl …) , je me torture donc environ 999 fois par jour a me dire que j’ai une tête de con . Pas facile de garder le moral dans ces conditions...
 
Ayant en tête que je passe 3 oraux la semaine prochaine , j’en suis arrivé a la triste conclusion en début d’après midi qu’il allait falloir troquer ma tête de con pour une tête d’étudiant en droit standard (ce qui dans le fond ne fait pas une si grande différence …) . Constatant que mon clone dans Scrubs s’en sorte pas si mal avec ses cheveux , je me fais un petit « imprime écran » et débarque dans un Cybercafé pour imprimer la chose . Ce qui donne la conversation qui suit :
« - J’aimerais imprimer une image sur ma clé USB
(…) - oui , donc elle est un peu petite , vous voulez que je l’agrandisse ?
- euh , oui je veux bien
- ah par contre vous voyez , la qualité de l’image s’est dégradée ,  ça ne vous pose aucun problème ?
- pas vraiment , j’imprime ça a l’intention de mon coiffeur , j’en ai marre de me retrouver a chaque fois avec une coupe a la con faute d’avoir été capable de vraiment dire ce que je voulais … »
 
Après avoir battu en retraite précipitamment pour être sur de ne pas être inculpé d’homicide involontaire au cas ou l’employée du Cybercafé meurt d’une crise cardiaque a force de rire , je pars en chasse d’un salon de coiffure que je n’aurais pas encore écumé . Vaste programme .
Il faut savoir que nous avons une tendance dans ma famille a vouer a une rancune tenace des commerçants qui ne nous auraient pas satisfaits . Ce qui a pour conséquence d’allonger d’une quinzaine de minutes le moindre trajet bénin (acheter une baguette , un journal) … une autre notion du commerce de proximité , en somme …
 
Je trouve enfin un coiffeur qui n’ait pas encore eut le malheur de me supporter . La , je tente d’instaurer un dialogue constructif :
« - Bonjour , j’ai une idée très précise de la coiffure que je voudrais , pensez vous qu’il soit possible de me faire cette tête ?
- en somme , il vous faut une simple coiffure , la longueur est la même …
- c’est assez bien résumé … »
 
Après avoir rigolé avec sa collègue sur le fait que « j’ai un client qui a amené une photo de ce a quoi il veut ressembler » , la dame me fait asseoir . Devant un miroir . Grave erreur …

Commence alors dans ma tête le dialogue intérieur suivant : « Bon . Rester calme . J’ai réussi a me décider a venir chez le coiffeur , ce n’est pas pour en repartir en courant . Tiens ? C’est marrant , j’ai une ou deux mèches qui donnent l’impression d’êtres blondes . C’est drôle aussi la façon dont elles redescendent sur les yeux … non , non , c’est pas grave si elles vont y passer avec la coupe que je demande . De toute façon y’a les oraux la semaine prochaine . Bordel , pourquoi depuis 3 semaines je déteste mes cheveux et le jour ou je me rend chez ce foutu couptiffs , ils me plaisent ? Bon . Rester calme . Surtout ne plus regarder mes ch … tiens , j’aime bien comment ils remontent derrière l’oreille … dommage qu’ils fassent pas stricts comme nécessaire pour les oraux . Bon ? Qu’est ce qu’elle fout ? Déjà 30 minutes que j’attends ? Merde , elle voit pas que c’était un effort monstrueux pour moi de venir ? Elle ne voit pas que je vais repartir ? J’en peux plus . Quoi ? Elle s’occupe de la blondasse arrivée après moi ??? »
 
Je suis reparti en claquant la porte . Encore un coiffeur en moins a écumer …

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2006 6 07 /01 /janvier /2006 18:56
J'ai un problème terrible , qui a une tendance a se poser de plus en plus au fur et a mesure que je divague pour mes pauvres lecteurs : je ne sais pas parler Français , comprendre parler un Français audible au XXIeme siècle . J'utilise des termes que l'on ne trouve plus que dans des dicos imprimés dans la décennie de Gutenberg , en exagérant a peine , bien évidemment .
 
C'est terrifiant ! Ainsi , il arrive qu'un maître de conférence utilise un terme qui ne soit pas compris de mes contemporains . Dans ce cas , de l'amphi émanent des "hein ?" , "il a dit quoi?" , "c'est quoi ce mot ?" , toutes les têtes se tournent dans tous les sens et une fraternité s'instaure entre les infortunés étudiants , qui se gaussent alors de ce pauvre prof parlant un langage inconnu de tous . Et moi , honteux , dans mon coin , j'ai l'impression que s'affiche au dessus de ma tête un néon ou figurerait "extraterrestre ayant compris le mot du prof" ...
 
Qu'ais je fait pour mériter autant d'injustice ? Je ne demande qu'a parler comme tout le monde, mais a chaque fois que je tente d'utiliser des termes a la portée du premier venu , au bout de 2 phrases s'insère insidieusement un terme qui me trahira ... J'ai cherché désespérément a retranscrire une "discution type" , mais je suis incapable de me souvenir moi même des termes qui disqualifient mon Français , ils viennent naturellement et pire je suis incapable de dire ceux qui font sourire mes semblables . D'ou drame .
 
Ayant un vague penchant a l'auto complaisance , j'ai relu quelques uns de mes derniers sujets et je me suis aperçu que j'avais une effroyable tendance a rendre mes phrases de plus en plus lourdingues , et a faire durer sur 3 lignes une anecdote qui aurait pu être résumée en 3 mots .
 
C'en est pénible mais je n'y peux rien , ma prof de Français de 1ère se ruinait en aspirine a tenter de déchiffrer mes copies (il est vrai que je poussais le vice a époque , battant de copie en copie mon record personnel de longévité d'une phrase , la faisant parfois durer sur une page entière ...)
 
Il fut une période lointaine et révolue ou cette tare m'apportait plus un motif de satisfaction qu'une raison de maltraiter mes pauvres cheveux a me les arracher . Le cancre normalement constitué sait que le meilleur moyen de meubler une copie , lorsqu'il a passé un temps sur ses révisions approximativement proche de 0 minute , est de "meubler" sa copie par de longues phrases qui peuvent de ce fait donner l'illusion d'une copie bien remplie ...
 
Cette méthode aura marché jusqu'au Bac ...
Fallait bien que ça s'arrête un jour .

Partager cet article
Repost0