Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
31 août 2006 4 31 /08 /août /2006 18:07

Je ne sais plus quoi penser d’Eternal Sunshine of a Spotless Mind .

Dans un premier temps , j’ai pensé que j’aurais mieux fait d’adopter l’attitude du mime Marceau a la sortie de la séance et de ne pas ainsi offrir a Erika l’occasion rêvée d’un , me quitter , deux , en m’en faisant porter le chapeau , ce qui était je l’avoue d’une facilité déconcertante après que je lui ai posé une question crétine au possible …

C’est un conseil : ne jamais demander " mais … mais … tu es bien avec moi ? " a une fille .

Dans un second temps , j’ai pensé que la machine a expulser les ex de sa mémoire du film serait absolument magique pour effacer de sa mémoire un certain nombre de souvenirs pertinemment douloureux .

Se posait alors le problème de la qualification de " souvenirs douloureux " . Dois je faire effacer de ma tête Lauriane , 1ère petite amie recensée , pour la simple raison que je regrette atrocement de lui avoir dit pour qu’elle me largue " t’ayant offert la place de ciné , puis je t’embrasser " ? Me faut-il faire effacer de ma mémoire Julie R. pour la simple raison que j’ai failli devenir le plus jeune cancéreux des poumons sur un simple bisou que j’avais l’imprudence de lui administrer ? Julie² ne prend elle pas une place aussi démesurée dans ma mémoire que l’intervention Israélienne au Liban ? Pourquoi j’en suis encore a me détester d’écrire certains textes quoique sachant pertinemment qu’ils blessent Fanny qui a le masochisme de les lire , toujours et surtout encore ?

C’est sans doute pourquoi je suis passé a la troisième phase : la machine ne me servirait a rien, tout mon cerveau devrait passer sur le grill .

Viens donc le troisième temps . Après avoir réfléchi a tout ce que j’aurais effacé de ma mémoire si j’en avais la possibilité , je me suis posé la question du Nico se réveillant un beau matin la mémoire vierge de toute copine .

L’horreur , en fait .

Ben oui ! Aussi cynique , calculateur , pauvre type , ennemi public d’honneur de l’association tous des connards , briseur de cœur et parfois pire (non en fait ce n’est arrivé qu’une fois , mais déjà une fois de trop) , le Nico déteste celui qu’il s’est escrimé a devenir depuis des années et aurait aimé être un copain plus reluisant que la sombre vipère qu’il fut , dans une majeur partie des cas hélas .

Seulement toutes ses petites amies , j’ai eu besoin d’elles , pour me sentir vivre , pour avoir l’impression d’avoir un petit quelque chose de plus que le nombre incroyable de mecs me ressemblant physiquement de par ma cruelle banalité , et dieu sait que même a coté des pires mensonges que je pouvais sortir a la pelleteuse automatique , j’étais dans un coin de ma tête d’une réelle franchise quand je disais a certaines de ces filles … que je les aimais .

Pour être franc , c’est toujours le cas pour certaines d’entre elles .

Si je me réveillais un beau matin , la mémoire vierge de toute copine , je pense vraiment que non seulement je deviendrais plus dépressif qu’un Enarque privé de tout poste a responsabilité, mais en plus , je perdrais cet espoir qui m’anime aujourd’hui , et qui me donne l’envie de continuer a rencontrer toujours , et encore , de nouvelles filles .

Celui de m’améliorer .

Partager cet article

Repost0
11 août 2006 5 11 /08 /août /2006 17:18

Le problème avec les rites reste qu’ils vous exposent plus durement aux souvenirs , offrant des points de comparaison plus cruels que le reflet d’un miroir , ou qu’un inquisiteur tombé nez a nez avec un protestant revendicatif .

Bayonne cru 2006 , je concède que ça m’a particulièrement picoté .

Ils y’a plusieurs manières de présenter les choses . Si je disais que c’est la 4eme fois que je faisais Bayonne , mon amertume passerait pour hors de propos et je passerais pour un raleur complaisant . Si je dis c’est la 4eme année que je fais Bayonne , je passe pour un type sans imagination au moment d’organiser ses vacances , mais pas de quoi faire un drame la encore .

Mais si je dis " j’avais 18 ans la première fois que j’ai fait Bayonne " , la vache , j’ai envie de fuir en hurlant de désespoir me planquer dans un bordel Australien .

Au retour de Bayonne , la question posée par tout les niais qui ne font que fantasmer dessus sans jamais y avoir foutu les pieds est " alors , t’as choppé ? " . Nooon , je n’ai pas choppé ! Essayez de chopper , quand vous vous morfondez a voir des gamins dont on pincerait le nez qu’il en sortirait encore du lait courir dans tous les sens , que vous comprenez qu’ils ont l’age que vous aviez il y’a 4 ans , et que vous , vous frisez la crise cardiaque lorsqu’un ami laisse tomber alors que vous êtes complètement plié " Tiens , il n’est que 23h " !

Je suis resté bloqué 1m30 a regarder l’infâme cadran de sa montre reflet de ma pitoyable déchéance .

La première année , nous avions fait dans l’improvisation et dormis dans des conditions a faire frémir le premier inspecteur de l’hygiène venu , mais les années passant , nous nous sommes habitués a un confort minimum qui sans être désagréable , ôte un certain charme a l’aventure .

Tandis que dormir sur un terre plein séparant une nationale d’un parking , avouez que ça faisait bohème , tout de même .

Le charme de Bayonne est rompu . Non pas que j’ai été agressé sur mon poids (Argh ! 70 kg au retour , moi qui me plaisais a afficher ma maigreur des années durant !) , sur mon age , sur mon endurance (ben oui , ça la fout mal de se coucher toute l’année a 4h du mat et de pas tenir jusqu'à 2h aux férias) …

Tout cela n’est que broutilles , désobligeantes certes , mais broutilles tout de même .

Non , le vrai problème reste que je me suis escrimé pendant ces quelques jours de férias a rompre avec la tradition qui c’était installée , tradition qui certes nourrissait les discutions chaque année jusqu'à la mi novembre au bas mot , mais qui malgré tout portait un préjudice certains a mes pauvres nerfs a la seule période de l’année ou ils puissent souffler un peu , si j’ose ainsi m’exprimer .

Incroyable , disons le . Je n’ai commis aucune catastrophe a Bayonne , ni perdu quoique se soit .

C’était trop anormal . Mon téléphone refuse de fonctionner depuis , sans doute averti par ses prédécesseurs (oui , je crois au coté mystique de la téléphonie mobile …) qu’il soit inhabituel qu’il ait passé ces férias qui devaient lui êtres fatidiques ; et chez mon père qui m’accueillait gentiment en me faisant un petit repas et avec qui j’entretiens des rapports pacifiés depuis un an , et dans un geste d’une simplicité pourtant plus que bénigne , j’ai , en accrochant une brique avec mon jean , littéralement explosé un coté de la cheminée en marbre du salon , le marbre et le ciment volant par terre dans un bruit aussi impressionnant que l’expression qui assombrit instantanément le visage de mon gentil papa …

Bayonne a Toulouse , ça valait bien la peine de faire 300 bornes tiens .

Partager cet article

Repost0
22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 19:55
Quelqu’un a eu récemment l’outrecuidance de rafraîchir ma défunte mémoire sur une de ses tirades dont j’ai infortunément le secret , tirade que j’aurais sortie dans un nouveau blâmable moment d’inconscience , chose dont je suis hélas et aussi coutumier .

Plus d’auto flagellation et Gandhi apparaîtra pour un macho prétentieux .

Ainsi , j’aurais récemment concédé avoir un problème avec mes ex , a savoir que je me sentirais « redevable » envers ses dernières . Si des âmes médisantes ne manqueront pas d’affirmer a leur risques et périls que pour une fois il me sera arrivé de ne pas dire une bêtise sans nom , j’ai été choqué après coup d’avoir dit une telle chose probablement sous la honteuse influence d’un verre de trop , et ai essayé de comprendre le Nico bourré avec lequel je dois bien le dire , le sobre n’est pas toujours scrupuleusement d’accord .

Particulièrement lorsque le sobre découvre que le bourré a eut la malencontreuse idée d’une Nutella party dans son dévasté appartement .

Redevable ? Disons qu’ayant de violentes poussées de haine envers le reflet que d’inconscients miroirs renvoient en ignorant sombrement mon absence totale de toute idiote superstition , j’avoue vouer une admiration sans borne (ou sans peur et sans reproche , au choix) pour celles qui ont eu a me supporter , fut ce un temps aussi relatif que celui nécessaire a un Sarkozy pour pondre une loi sur l’immigration .

J’ai eu des relations très , très courtes .

Une de mes citations préférées reste cette dernière de Boris Vian , « Ou étaient les souvenirs purs? En presque tous se fondent les impressions d'autres époques qui s'y superposent et leur donnent une réalité différente. Il n'y a pas de souvenirs, c'est une autre vie revécue » .

Bon dieu , il devient sérieux ce blog …

Pourquoi citer ce pauvre Vian qui a hélas passé l’age d’écrire des inepties en ayant contribué depuis belle lurette a l’accroissement d’asticots quelque part dans un cimetière je ne sais ou ? Parce qu’il n’avait hélas que trop raison . En ce qui me concerne , j’ai pourri un certain nombre de mes relations en nourrissant des regrets pour la précédente , jusqu'à ce que l’actuelle devienne la précédente et que je pourrisse la nouvelle , et ainsi de suite …

Nico ou je me pourris la vie avec un entrain toujours renouvelé , oui c’est bien moi .

Au moment de sortir avec Clémentine , celle ci s’est ingéniée a me décourager de cette idée en m’informant délicatement être toujours amoureuse de son ex , ce qui il est vrai aurait pu être problématique pour une personne douée d’un minimum de raison , ce qui grand dieux et heureusement n’est pas mon cas .

Ce que j’en pense ? Dans un premier temps , que ne je suis peut être pas tout a fait normal a avoir pensé dans ma tête a ses propos « je m’en fous , ce sont surtout tes goûts musicaux qui risquent de m’insupporter ! » , dans un second temps que d’une certaine manière , a 22 ans bientôt 23 (brrr … ça ne passe vraiment pas) , toutes les filles que je rencontrerais auront connu un Attila qui aura dévasté leurs illusions passées de princes charmants tout gentils , c’est a dire ce qu’aucun mec n’est , très concrètement .

Et tout particulièrement votre humble serviteur .

Je citerais pour finir et pour conclure mon maître a penser , le divin marquis … « la route de la vertu n’est pas toujours la plus sure , et il est des circonstances dans le monde ou la complicité d’un crime est préférable a la délation » .

Ne me reste qu’a corriger le Sade en faisant remarquer que certes , mais être l’auteur du crime n’est pas si mal non plus .

Partager cet article

Repost0
25 juin 2006 7 25 /06 /juin /2006 19:37
Je suis atteint d’un mal depuis quelques jours qui en plus de m’être hautement préjudiciable , ayant du virer pour la première fois de ma vie des gens de chez moi (le préjudice étant que j’ai fait l’objet de railleries sans fin pour ce fait sans précédent dans l’histoire de mon appartement) , m’est totalement inconnu , ne sachant réellement comment réagir face a ce coup du sort aussi injuste que imprévisible .
 
Un mauvais sort ? Mon voisin m’aurait il voué a une malédiction effroyablement tenace après que j’ai eut le malheur d’ironiser sur le fait qu’il se soit couché a une heure particulièrement indécente , soit 22h20 un soir de vacances , ce qui je dois bien le dire suscite chez moi une hilarité mal contrôlée , sinon incontrôlé tout court ?
 
Une pénurie de café ? Même pas , le café reste ma ligne budgétaire la plus incroyablement élevée , a faire passer le budget de la sécurité sociale pour modeste en comparaison , bien qu’il est vrai j’ai plus ou moins ralenti ma consommation , ce qui cependant et en soit n’était pas trop difficile vu que j’ai longtemps carburé au rythme , dément selon certaines personnes épouvantées par la chose , d’une dizaine de cafés par jour .
 
Maintenant , je bois l’équivalent de la dizaine de café en une seule tasse , saisissez la nuance .
 
Je veux bien croire que j’exagère un tantinet soit peu sur ma fameuse « crise de la vingtaine » , mais comment ne pas avoir des poussées d’angoisse a me faire hululer a la mort derrière ma porte quand je constate que pour la première fois de ma vie , je f-a-t-i-g-u-e !
 
Je reviens tout de suite , j’ai un hululement a aller pousser .
 
(…)
 
Samedi Soir .
 
Sortant de mon boulot avec la vague impression que ma tête imploserait si elle recevait un choc aussi minime soit il (par exemple une goutte de pluie , ou autre) et m’interrogeant sur l’existence de mes dernières potentielles chances de plaire maintenant que j’ai probablement irrémédiablement perdu la seule qualité physique que je me trouvais a savoir mes yeux , je prenais la direction de Rio Loco , ou Mélanie m’avait donné rdv a 22h .
 
Ce qui voulait dire que raisonnablement , rien ne servait d’arriver avant 22H30 .
En partant du principe qu’elle soit dans un bon jour , bien évidemment .
 
Après avoir réglé l’entrée tout en essayant de ne pas trop m’angoisser a l’idée de l’état cauchemardesque dans lequel doit être mon compte dont j’évite scrupuleusement de consulter le solde depuis 2 mois a l’idée de la crise cardiaque que je ne saurais éviter a sa vue , je partais en quête de Mélanie , décidé a économiser un appel probablement superflu puisque pour la repérer , il me suffisait de chercher Emilie qui l’accompagnait , cette dernière présentant l’avantage de frôler sans exagération la taille de Mc Tayson .
 
Je ne pourrais probablement jamais considérer Emilie comme une véritable amie en raison du complexe d’infériorité qu’elle ne cesse d’alimenter sur mon humble personne complexée par son petit mètre 73.5 …
 
Après 45 minutes de recherches aussi infructueuses qu’irritantes , je me décidais a envoyer un message dont le contenu bien que réduit au strict minimum (« Ou êtes vous ? Précisément ? ») masquait mal mon énervement grandissant , mais sans doute pas suffisamment au vu de la réponse téméraire de Mélanie (« A la droite d’Emilie dans sa voiture . ») , qui de par sa teneur prouve bien qu’elle ne se rendait pas compte qu’a ce niveau de retard , il valait mieux ne plus venir que tomber nez a nez avec une furie impatientée .
 
J’allais calmer mes nerfs en vidant une bière en compagnie de Manon déjà sur place , ne pouvant m’empêcher au passage de faire jouer un gamin pas plus haut que 3 pommes (ou poires , soyons fous) dans le futile espoir de taper dans l’œil des 3 filles assises derrière nous .
 
Après un succès certain au vu d’un regard décoché par l’une , j’arrêtais mon manège quand débarquait un groupe de types s’asseyant bêtement avec elles . Les gens manquent de subtilité quand même …
 
Mélanie arrivait royalement vers 23h30 , et il me fallut faire un effort au delà de surhumain pour éviter toute réplique assassine me venant généralement spontanément mais dont la teneur souvent trop méchante provoque par la suite de longues périodes de crispation dont la fin n’intervient uniquement lorsque je me résous après maintes hésitations a avancer un début d’excuse , généralement gâché par un monceau de justifications aussi peu crédibles que ridicules .
 
J’ai horreur de reconnaître mes tords . Et j’ai beaucoup d’amis , des lors il m’arrive de préférer lâcher du lest que laisser tomber une pénible excuse .
 
(…)
 
Je me suis rappelé que Sab traînait également dans les environs , et après m’être demandé pour la 999eme fois en 3 semaines si je ne risquais pas de passer pour un gros lourd a ses yeux , je me résolvais a l’appeler , mais néanmoins sur un ton suffisamment détaché pour ne pas apparaître suspect .
 
Et méchamment trop détaché pour espérer quoique se soit , aussi .
 
Je retrouvais donc Sab , une autre Mélanie qui m’a posé un problème lorsqu’il a fallu que je la rentre aussi dans mon portable (Nico n’est finalement peut être pas un prénom si banal que ça) et une troisième , dont , je ne le cacherais pas , je n’ai toujours pas retenu le prénom .
 
Je passerais vite sur le périple berges de la Garonne / leur domicile , ayant eut le malheur de venir en tongs qui ont pour effroyable propriété de me renvoyer les 4 fers en l’air toutes les 5 secondes , les trottoirs de Toulouse étant méchamment peu abrasifs . Autant dire que Sab était gondolée pendant tout ce foutu trajet …
 
Il m’arrive de me rendre plus grotesque que je ne le suis intentionnellement , mais je le vis mal quand l’élément intentionnel n’y est pour rien .
 
Arrivé chez les filles , et après que j’ai passé 15 bonnes minutes a tirer la langue devant l’incroyable supériorité de leur appartement sur le mien , et que nous nous soyons gavés de nutella sur tranches de pain (appellation plus raisonnablement appropriée que tartines de nutella) se lançait un débat , je dois bien le concéder particulièrement orienté .
 
Il faut savoir que depuis quelques temps , je me demande si je suis incapable d’interpréter le fameux « signes » que sont censés envoyer les filles aux mecs qui leur plaisent (ou si tout simplement il n’y a aucune fille qui m’enverrait de signe tout court , hypothèse a malheureusement envisager) , m’étant retrouvé plusieurs fois dans des situations ou un vague instinct animal m’aurait commandé de me jeter sur la malheureuse restée inconsciemment seule avec moi , et ou un minimum de retenue ou tout simplement un blocage total absolument consternant m’empêchait ne serait ce que de bredouilleur mieux qu’un truc ressemblant vaguement a :
« je te raccompagne ? » .
 
J’ai connu de grands moments de solitudes après pareilles déconvenues .
 
Bref , je suis reparti chez moi aux alentours de 5h , particulièrement dubitatif après avoir entendu ce que les filles considèrent comme des signes plus que « évidents » . Je vous laisse juger :
- les yeux élargis (Beh désolé , je pensais moi qu’elles avaient mal aux yeux a les cligner comme ça !)
- les petits rires niais (que je prenais sans doute a tord pour de petits rires niais , tout court)
- les remarques gentilles (alors la je m’offusque , moi j’en fais tout le temps et ce n’est pas toujours intéressé .)
 
Comme il m’arrive de me le répéter assez régulièrement ses derniers temps :
« elles sont toutes folles »

Partager cet article

Repost0
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 19:27
Dans le fond , je me demande si ce n’était pas plus mal quand je ne rêvais pas , j’ai  d’ailleurs une certaine hésitation a ne pas retenir le qualificatif de cauchemars pour mes songes ont ne peut plus folkloriques . Cette nuit , la Chine avait décidé de déclencher une Guerre nucléaire et je me baladais dans un Paris dans lequel pleuvait des bombes dont le nuage dégagé était certes impressionnant mais donc l’efficacité était beaucoup plus relative , puisque j’arrivais a contenir la déflagration d’une bombe tombée a mes pieds en posant a toute vitesse un carton dessus .
 
Mes rêves sont a mon image : extrêmement peu réalistes .
 
(…)
 
J’ai une tendance récurrente , une de plus disons , a idéaliser mes ex en période douloureuse de diète sentimentale plus austère qu’un moine a vocation non pédophile .
 
Je me suis plusieurs fois demandé pourquoi je regrettais celles que j’avais quitté dans des conditions parfois hautement répréhensibles , et j’en reviens systématiquement a la conclusion que malgré un certain nombre de défauts que j’ai pu leur trouver , défauts que si l’on accumulait sur une seule personne donneraient « moi » , je suis admiratif du fait qu’elles aient pu arriver a me supporter , fut ce un instant aussi passager que leur erreur heureusement pour la majorité vite rectifiée .
 
Zut , je ne vois pas d’autre terme que « vite » pour exprimer un temps parfois exprimé en minutes .
 
J’ai pris un petit coup de vieux supplémentaire il y’a quelques jours en recevant un mail de ma première petite amie , celle qui c’était inquiétée de mon absence de jeu de langue , et qui m’appris ainsi qu’elle était sur le point de se marier , annonce qui me posa problème car je ne sais toujours pas dire avec une franchise au delà de toute légitime suspicion « félicitations » quand je pense « désolé » .
 
Ce n’est qu’une question de temps , laissez moi encore une dizaine d’années d’entraînement . Au moins .
 
Hier soir , j’ai eu l’occasion de vérifier encore une fois que Toulouse est une petite ville , en recevant les avances a peine explicite d’une fille certes gentille mais qui non contente d’afficher la corpulence que l’on peut raisonnablement prêter a un manager chez Quick (les filles les plus adorables sont les plus grosses . Elle était très très très gentille …) était en partie responsable du passage progressif de ma Fanny d’un mode « divine » a un mode « raseuse potentielle » , l’autre responsable étant bien évidemment votre sombre mais aimable serviteur.
 
Bien qu’étant a un stade dépassé de manque « sentimental et sexuel » , j’ai eut l’intelligence décidément trop rare de rentrer sagement chez moi .
 
Et c’est en rentrant que je me suis rendu compte de l’étendue de mon problème , a coté duquel faire accepter l’abrogation du CPE a Villepin aurait été un plaisir pour Chirac lui même .
… Autrement dit , Je suis très , très , très mal barré .
 
J’ai une théorie que j’ai constatée juste depuis quelques années , qui est que pour trouver une copine , on doit se positionner dans un cercle vertueux que je résumerais a « bonne humeur débordante , moral himalayen , confiance en soit » .
 
... Pour faire court , il faut donc avoir une copine ou en avoir eut une il y’a très peu de temps pour se trouver dans ce cercle vertueux . Qui n’a jamais eut cette mystifiante impression qu’il pourrait sortir avec la terre entière s’il le voulait du jour ou il s’est retrouvé en couple ? Et plus rigolo , qui n’a jamais constaté que cette impression s’effondrait du jour ou il avait cessé d’être en couple ?
 
Je ne pousserais pas le vice jusqu'à demander « qui a fait cet amer constat après avoir cru naïvement qu’il pouvait tout se permettre ? » …
 
Baissez les mains , merci .

Partager cet article

Repost0
30 mai 2006 2 30 /05 /mai /2006 01:14
Cela devient particulièrement difficile . J’ai commencé ce blog sans penser ne serait ce le temps d’un futile moment que je le ferais ainsi durer , mais particulièrement sans penser qu’il rencontrerait un certain succès qui non seulement me flatte dans mon narcissisme ô combien démesuré (j’ai hésité a acheter une bouteille de « Taytinjeure » pour fêter les 10000 visites atteintes il y’a quelques jours de cela) mais plus gravement me porte un préjudice aussi démesuré que mon ego .
 
Autant dire que je m’enterre plus efficacement qu’une pelleteuse nouvelle génération .
 
Lorsque j’ai commencé mon blog , j’étais avec Fanny , qui par ses « remarques » de plus en plus régulières me faisait comprendre qu’elle n’approuvait pas totalement le bien fondé de ma démarche (autrement dit , j’ai été menacé de rupture plus que de raison une bonne demi centaine de fois) , mais bien que je sois profondément amoureux d’elle (il m’arrive d’être moins cynique que je ne le laisse entendre , bien que ce soit aussi rare que de tomber sur des trèfles a 4 feuilles , dont je persiste a croire que l’existence est purement imaginaire) , j’avais rapidement pris goût a ce déballage de ma courte et médiocre vie , pour la simple et pitoyable raison que pour la première fois depuis longtemps , je n’avais plus honte de me présenter tel que je suis .
 
Pour la première fois depuis 22 ans , donc .
 
Le fait est que tout cela devient particulièrement difficile . Après avoir harcelé une bonne tripotée d’amis pour qu’ils daignent jeter un fut il furtif coup d’œil a mon blog , j’ai aujourd’hui une tendance a ne plus l’assumer , voir même a minimiser mes écrits qui au delà de leur aspect particulièrement dérisoire ne contiennent , ô combien hélas , que des vérités .
 
Non Eve . Ce n’est pas un « petit personnage inventé » . Mais Aie quand même .
 
Je n’ai pas encore fait le tour de mon « passé » , qui bien que court n’en est pas moins nourrit . Et mon présent est toujours aussi alimenté d’aventures aussi diverses que navrantes , mais du fait que les protagonistes de ces dernières n’ont pas encore un recul qui me permettrait d’espérer une chance de ne pas finir dans la Garonne avec quelques kilos de plombs au pieds , je n’ose narrer ces points récents qui bien que susceptibles de déclencher de franches poussées d’hilarités mal contenues chez mes lecteurs , sauraient surtout m’attirer des emmerdes dont la portée n’aurait d’égale l’affaire des faux électeur du 5eme arrondissement de Paris .
 
Ok , mauvais exemple .
 
En attendant qu’une prescription bienveillante tombe sur mes agissement récents , il ne me reste plus qu’a espérer que mon célibat ne soit pas d’une longévité au delà de raisonnable (en somme , encore un mois et c’est moi qui chercherait les plombs qui me rendront la Garonne moins désagréable) , espérer que les victimes de mes navrants écrits veuillent bien m’excuser de ma consternante tendance a faire des phrases on ne peut plus stériles , et espérer enfin arriver a me supporter plus de quelques rares secondes .
 
Quelqu’un saurait me rappeler ou se trouve la Garonne ?

Partager cet article

Repost0
13 mai 2006 6 13 /05 /mai /2006 01:06
Particulièrement flatté de constater de par ma place sur Google a la recherche « crise de la vingtaine » que je suis détenteur du concept même , mais pour autant particulièrement vexé que la première place revienne a une bloggeuse qui a elle même développé le concept plus que je ne l’ai fait , je m’en vais me réattribuer ma découverte en l’explicitant un peu plus .
 
Je suis pas quelqu’un de super intéressant , alors si en plus on me pique mes rares idées …
 
De la même manière qu’une génération de parents a été traumatisée par le film Tanguy et depuis ne montre que difficilement a quel point elle aime sa douce progéniture , a moins qu’elle ne soit loin , nombre de mes semblables ont étés brutalisés par l’entrée en matière de « Confessions d’un homme dangereux » .
 
Que ceux qui n’ont pas la glaçante phrase « a 20 ans , le monde s’ouvre a vous , a 30 vous n’êtes rien » qui rebondirait d’une paroi a l’autre de leur désemparé cerveau lèvent la main .
 
… Merci .
 
Un changement insidieux se produit avec le passage de 19 a 20 ans . Dans l’inconsciente joie du moment , on ne se rend pas compte de l’ignominie sous jacente a cet évènement ô combien hélas fatidique , mais très vite , on se rend compte que 20 ans , ce n’est pas « l’indépendance » (sic) , « la liberté » (resic) et «la vie qui s’offre a vous» (personnellement , j’enverrais se coucher sans dessert le morveux qui m’assénerait de telles idioties juvéniles) .
 
Le fait est que des 20 ans , on paye d’avoir écrit sur une copie de physique quelques années plus tôt que le cheval blanc d’Henry IV éclairé par une lampe rouge serait vu rouge , ou vert par un daltonien (j’avais un prof qui me notait symboliquement par des 0.5 , jusqu’au jour ou il me mit un 1.5 commenté par un « en fortes progression ») ; on paye de ne pas avoir compris que les années 70 sont passées et que plus personne dans les années 2000 ne cherche a multiplier les relations mais plutôt a faire durer des relations , aussi foireuses soient elles (je dirais même que plus c’est foireux , mieux c’est . Contemporains , je ne vous ai pas compris) .
 
Moi , j'aurais plutot tendance a multiplier les relations foireuses , saisissez la nuance ...
 
Tout semble fait aujourd’hui pour me rappeler qu’il ne me reste que 6 ans pour avoir une situation professionnelle me permettant d’espérer que mes amis qui auront plus réussi me parleront toujours autrement qu’en cachette de leur futures femmes ; qu’il est probable que d’ici 8 ans et en partant du principe que je trouve d’ici 7ans une fille qui arrive a me supporter , j’aurais peut être un Nico Junior qui me réveillera en pleine nuit pour me dire « papa , lames de rasoir , pas bon » ; qu’il est , horreur , concevable que d’ici 5 ans je serais peut être lassé d’une vie dissolue et noctambule , et me coucherait a 22h30 après avoir regardé « La Grande Vadrouille » sur TF1 .
 
Grand dieux , ou est la corde ?
 
Tout cela peut sembler aussi exagéré que mes élucubrations devenues quasi quotidiennes .
Mais pourtant , je pense avoir ainsi désigné ce que je nomme la crise de la vingtaine . Alors que les années s’accélèrent a une vitesse au delà de démentiellement paniquante , je vois autour de moi des amis faire des projets dont j’espérais bien qu’il ne serait nullement question avant disons 20 ans , je vois le nombre de filles délurées chuter aussi rapidement que ne monte celui de filles sérieuses (un lien de cause a effet ? Je n’ose le croire) , et je sais aujourd’hui que contrairement a il y’a encore 2 ans , je n’ai plus un droit a l’erreur dont j’ai hélas et il est vrai plus que méchamment abusé .
 
Pourquoi tant de haine ? Pourquoi a 22 ans , bientôt 23 (Argh !) ais je une permanente impression d’être un lapin qui s’est aventuré au milieu d’un rassemblement de chasseurs en mal de sanguinolente partie de tirs improvisée ? Parce que je pensais jusqu'à très récemment que je pouvais m’en foutre royalement (sans doute une des rares fois ou j’utilise un mot cru dans ce blog) de ce que faisaient les autres autour de moi et vivre ma vie comme je l’entendais , cad en courrant dans tous les sens sans la moindre cohérence .
 
… C’était jusqu'à ce que je me rappelle que plus que de devoir épouser une femme qui cherchera la meilleure manière d’obtenir un divorce a mes tords exclusifs , que de devoir me lever en pleine nuit pour emmener Nico junior aux urgences de l’hôpital Pompidou pour avoir une chance de sauver mes lames de rasoir toutes neuves (ça coûte cher ces saloperies) , que de cotiser pour une tombe pas trop moche du coté d’une plage d’Etretat , ce que je ne supporterais vraiment pas serait de me retrouver un beau jour seul plus de , disons en voyant largement , 48h .
 
J’ai une sainte horreur de la solitude , qui lorsqu’elle intervient -a mon grand dam- , me laisse seul avec mes angoisses et mes doutes , aussi nombreux que les revirements d’un politique sur l’ensemble de sa carrière .
Etant donné que la probabilité que je convertisse le monde a ma conception de vie dissolue soit aussi réduite que celle que j’embrasse dans les 10 prochaines années Heather Graham , je n’ai d’autre choix a moyen terme que de me convertir a un modèle que j’abhorre .
 
Diantre , je n’avais pas le sentiment de demander tant que ça , pourtant …

Partager cet article

Repost0
30 avril 2006 7 30 /04 /avril /2006 00:58
J’ai en ce moment une théorie qui me trotte inlassablement en tête , une sorte d’idée fixe qui me torture avec au moins autant de succès qu’un GI américain désœuvré affecté a la surveillance d’une prison Irakienne .

Une manière comme une autre de dire que cette foutue théorie m’angoisse outrageusement .

Je suis toujours parti du principe que j’allais passer mes tendres et innocentes jeunes années a connaître un maximum de copines , considérant que pour être sur qu’une fille soit « la bonne » , il me faille avoir connu un nombre assez retentissant d’échecs sans noms pour en avoir une certitude inébranlable .

Pour l’instant , mon plan de route reste incontestablement respecté a la perfection sur le point « échecs sans noms » . Le point « trouver la bonne » reste beaucoup plus hautement discutable .

Le problème est que cette idyllique philosophie me conviendrait a la perfection si je n’avais du pour d’obscures raisons me rendre compte que pour jouer a ce jeu , il ne faut pas être trop seul . J’ai ainsi depuis quelques jours (bon , ok , quelques semaines) nourris l’image d’une partie de chaise musicale ou je verrais tout le monde s’asseoir au fur et a mesure , et moi de continuer a courir comme un dératé , ou un crétin , au choix .

Oui , ca me perturbe d’entendre parler de mariage ou marmots autour de moi . Mat , tu n’es qu’un traître …
 
(…)
 
Jeudi Soir .

J’en étais encore a me jurer que cette fois j’arrêtais définitivement de boire , qu’il m’allait falloir trouver au fond de moi même une force de persuasion hors du commun pour convaincre Cécilia que je ne pensais pas vraiment ce que j’avais dit la veille , cad que son mec est un « plouc sans culture , sans cervelle et dont la connerie n’a d’égale que le manque d’intérêt suintant de lui » , je cite et sic , et que les traces de marqueur que j’avais un petit peu partout dans le dos disparaîtraient probablement avant que j’ai fait couler en douche de quoi faire pâlir d’envie les Niagara Falls .

… C’est sans doute pour ca que je n’aime pas trop réfléchir , je ne passe ce type de moment qu’a broyer du noir en pensant aux moments ou justement j’ai agi un peu trop instinctivement …

Toutes ces sombres réflexions m’amenaient a penser que je devais passer la soirée seul chez moi , après tout une petite soirée de pause ne me ferait pas de m… tiens ? Un message de Manon ? Ca-te-ten-te un-pot av-ant-21h ?

Ben tiens . Evidement oui , cette question …

(…)
Bar « La Maison » .
 
Mat a tenté de résumer en faisant court mes pitreries de la veille , mais 45 minutes ne pouvaient qu’êtres difficilement suffisantes pour mentionner le fait que :

- par sadisme pur , j’avais attribué un plein verre a Tom de rhum pur bien qu’il ait régurgité le précédent en moins de temps qu’il n’en faut a un Douste-Blazy pour confondre le Népal et le napalm ;
- j’avais pris en représailles un tir groupé de verres de rhum pur qui avaient réussi a m’assommer plus qu’une matraque de CRS fan de Chuck Morris ;
- je m’etais réveillé comme de juste avec la marque de l’infamie , c’est a dire des traces de feutre indélébile partout dans le dos , et un peu dans le coup , aussi (je songe a lancer une nouvelle mode) ;
- j’avais alors entamé un strip-tease qui aurait fait passer l’équipe de Full Monty pour d’authentiques professionnels chevronnés , sous les yeux d’une Cécilia édifiée et dont je me suis demandé plusieurs jours si elle me rappellerait
- pour me venger d’un coup de feutre assassin de Thomas , je lui avait pouillé son Serge Blanco , ce qui eut pour conséquence immédiate de voir mon short partir en fumée en raison d’un déclenchement d’incendie criminel et vengeur …
- que j’avais joué au billard d’une manière assez personnelle , la touche Nicolienne consistant a avoir le jean glissant de façon régulièrement effrénée ;
- que sur le chemin du retour , j’avais donné bien malgré moi une interprétation assez intéressante au fait que l’on nomme la place a droite du conducteur « la place du mort » .
 
Dans le fond et pour bien faire , il faudrait que les Black out touchent aussi les témoins de votre ivrognerie manifeste …
 
(…)
 
Après que Mat et Manon soient partis , j’ai éprouvé bizarrement le besoin de ne pas rentrer de suite chez moi , ayant peur qu’un moment de solitude fut il bref ne m’amène a faire l’amère constat de mon inutilité et décadence , et m’entraîne a un acte qui puisse au delà de son aspect définitif avoir de conséquences aussi sombre que les plages du pays basque après le passage de l’Erika …
 
Pas toujours facile a assumer les lendemain de cuite …
 
Aussi sommes nous restés pour un second verre , moi et mon voisin qui lui non plus ne semblait être pressé de rentrer chez lui , et qui en étant presque au même niveau que moi en termes d’insuccès sans équivoques féminins , est des lors le pote idéal pour cafarder sur un présent par forcément toujours réjouissant .
 
Alors que nous réfléchissions fort constructivement sur la manière la plus habile de se viander avec une fille , je considérais alors 3 filles qui faute de place avait pris place debout au bar .
 
Histoire de faire oublier le récit de mon Waterloo de la veille , je décidais de remonter ma cote en les invitant a s’asseoir a notre table . J’ai pour ce faire une formule infaillible qui évite de prendre un sombre râteau qui laisserait goguenard l’assistance voisine : « Bonsoir ! J’ai vu que vous étiez debout et il se trouve que nous sommes 2 a une table pour 5 . Nous allons de toute façon pas tarder a partir donc pourquoi ne pas venir s’asseoir a notre table ? »
 
Elles se sont installées .
 
Après quelques minutes de discussion , Flo me demande discrètement ce que je compte faire avec nos 3 invitées .
Et la , le Nico qui a sobrement -pour une fois- jugé la situation dépeint le tableau : «elles sont trois , mais il n’y en a qu’une qui est franchement intéressante , et celle la ne nous répondant que poliment quand nous lui parlons , tu peux être sur que nous ne l’intéressons pas du tout , d’ailleurs elle doit avoir un copain . Les 2 autres sont intéressées , mais … franchement , sans façon» .

Quelques minutes -ou secondes- après , « l’intéressante » recevait un appel de son copain …
 
Le problème avec la théorie des chaises musicales , c’est que comme l’aurait dit Orwell , toutes les chaises sont égales mais certaines sont plus égales que d’autres …

Partager cet article

Repost0
8 avril 2006 6 08 /04 /avril /2006 00:48
Jeudi soir .
 
Alexandra m’a invité a me joindre a ses amis pour fêter dignement ses 25 ans , anniversaire qui comme elle me l’avait rappelé gentiment quand je le lui avais souhaité datait de 2 semaines plus tôt .
 
C’est un fait : je ne suis pas doué pour me souvenir des anniversaires , mais il faut remettre les choses dans leur contexte : sur 10 nouvelles personnes que je rencontre par semaines , je me souviens avec énormément de bonne volonté du prénom de 3 d’entre elles . Alors pour ce qui est des anniversaires …
 
Le pire , c’est ce que même les personnes dont je me suis efforcé de retenir le prénom , en raison d’un intérêt sans équivoque que je leur portais , ne sont pas a l’abri d’une infame défaillance de ma pathétique mémoire , et je passe alors de cruelles discutions avec elles a essayer de leur faire redire leur prénom sans qu’il soit trop évident que je sois a coté de la plaque …
 
Ok Sandrine , t’appeler Sandra était bien une tragique erreur et non un diminutif sympa et affectueux …
 
Bref , ayant rdv 21h a la halle aux grains , je partais fort logiquement a 20h59 de chez moi , m’attardant quelque peu en chemin quand je percevais la discussion d’un groupe de filles derrière moi sur le fait que l’une ait organisé un sondage dans sa classe qui donnait Sarkozy haut la main président en 2007 . Sondage faussé comme je lui expliquais brièvement puisque le groupe d’ imbéciles ayant donné son opinion faisait partie d’une Prépa Fermatienne , a mon avis aussi représentative de la population nationale qu’un chasseur au milieu de lapins…

Parole d’expert .
 
Arrivé vers 21h07 a la Halle aux grains , je songe a me donner une mort longue et douloureuse pour me punir d’avoir oublié mes cigarettes sur mon bureau après m’être dit 3 fois avant de partir « Tiens , je vais  éviter le gag et penser a les prendre cette fois » . Après m’être copieusement traité de divers noms d’oiseaux , je fonce comme un dératé au tabac le plus proche , et retourne au restaurant , suant et stressé .

… Le restaurant était bien évidemment non fumeur .
 
Je fumais rageusement une dernière cigarette sur le trottoir en appelant Jeremy et Elga pour leur demander de patienter (« Le repas est presque terminé , on en est au desserts … ») tout en me demandant comment je ferais pour les faire patienter les 2h qui allaient suivre …
 
Après avoir réussi avec succès a distinguer des autres invités ceux que je connaissais déjà des têtes qui m’étaient absolument aussi inconnues que l’art de rétrograder en seconde a l’entrée d’un rond point -mais ayant été toujours aussi médiocre pour me souvenir des prénoms, faut pas trop en demander non plus- , je cherchais un moyen de passer pour un joyeux convive , rien ne m’agace plus que d’être dans la partie de la table ou les discutions sont moins nourries qu’un Coréen du Nord refusant de faire son service militaire .
 
C’est ainsi que s’engageait un débat autour d’une malencontreuse mésaventure arrivée a l’un des amis d’Alex . Le pauvre était persécuté par la Sncf , qui lui reprochait non pas d’avoir eut l’inconscience de risquer sa vie dans un de ses fichus trains délabrés , mais d’avoir acheté son billet a 25 ans et voyagé a 26 .
Question cadeau d’anniversaire , la Sncf est joviale : j’imagine trop le contrôleur sauter d’un pied sur l’autre en chantant joyeux anniversaire et tendre le PV de 75€ (devenu amende de 375€ depuis pour raisons diverses et variées, comme une contestation en bonne et due forme .) …

Personnellement , une telle tête de fonctionnaire m’aurais inspiré l’envie de passer mes 10 anniversaires suivants en tôle a Muret ou dans une maison de retraite pendant 2 semaines pour des travaux d’intérêts général (je préfère la tôle , somme toute) en raison du meurtre avec préméditation et barbarie aggravée d’un agent Sncf assermenté …
 
Après avoir répondu au téléphone a Jeremy qui se demandait comment mon dessert pouvait autant durer , et quoique tout content d’avoir l’occasion de mettre en application mes quelques connaissances juridiques pour expliquer au quidam comment se sortir de cet effroyable merdier (je lui ai proposé entre autre de se blesser dans un train pour attaquer en réparation la Sncf …) , je blêmissais quand il me proposait de prendre le dossier qu’il avait bien évidemment dans sa voiture …
 
Il m’était déjà arrivé de vouloir rendre service a un ami qui m’avait ensuite sans doute pour me remercier de mon geste harcelé 3 fois par jour pendant des semaines pour me demander si j’avais étudié son dossier sur tel ou tel point …
 
… J’ai esquivé l’offre de l’ami d’Alex -oui , je n’ai pas retenu son prénom- …

Partager cet article

Repost0
7 mars 2006 2 07 /03 /mars /2006 19:49
Bien que je n’avais encore qu’une petite voix fluette , mon père s’inquiétais très tôt de mon avenir professionnel , me faisant remarquer assez régulièrement que mes résultats scolaires ne me permettraient a peine de n’être qu’un éboueur , ou selon la formule consacrée par la suite , un « pousseur de caddies » (ce qui était en soit encore optimiste , cette profession semblant en passe de disparaître) …
 
… de telles attaques n’ont jamais réussi a obtenir d’autre résultat que m’inciter a ne pas bosser plus , je pensais partir de trop loin pour imaginer une revalorisation professionnelle dans l’imaginaire parental , comme employé a la poste , pourquoi pas …

 
Dans le fond , mon problème a été non pas de n’avoir pas plus d’ambition qu’un rmiste de 20 ans , mais au contraire d’avoir des ambitions certes mignonnes mais sans le moindre doute démesurées .
 
C’est ainsi qu’en 2002 , j’avais mangé au restaurant avec mon amie May Aurore Kukzewski Poray (j’ai toujours eu un faible pour les filles d’origine Polonaise … le lien de parenté avec la vodka , sans doute) ou nous avions autour d’une table renouvelé Yalta en décidant de nous partager l’Europe , elle récupérant les pays de l’Est et moi de l’Ouest , l’un et l’autre ayant l’obligation d’aider l’autre a gravir les échelons du pouvoir …

… On a appelé ça « le Pacte Japonais » , a l’intention des historiens , plus tard …
 
Lorsque j’ai pris mon appartement , j’ai pensé qu’il me servirait de QG pour déployer mes idées et mon désir de mordre la vie (« Aiiie ! Mais il est con ce type ! - Ben non , j’illustrais l’expression je mors la vie … ») .

… Il est permis d’esquisser un sourire devant cette bonne volonté , naïve mais tellement gentillette …
 
J’ai aujourd’hui une peur viscérale qui me paralyse , l’impression un tantinet désagréable que quelqu’un joue avec mes boyaux en les tirant a hue et a dia , enfin bref , j’ai peur d’échouer dans mes ambitions pharaoniques et de finir peut être pas « pousseur de caddie » mais a des années lumières de mes ambitions passées . Ce qui est terrible , c’est que j’ai toujours mes ambitions et l’énergie qui pourrait me permettre de ne pas être aussi médiocre que je suis en passe de le devenir , mais une flemme et un certain découragement ont commencé a me rendre aussi efficace qu’un mollusque souffrant d’une agonie douloureuse …
 
… j’ai hésité a parler de « mollusque cancéreux » , mais je ne me souviens pas si les mollusques peuvent souffrir du cancer …

Partager cet article

Repost0