Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
25 octobre 2007 4 25 /10 /octobre /2007 01:15

Phil Collins - Another Day in Paradise


Parmi l'incroyable liste de défauts génétiques transmis par mon adorable papou , il en est un qui me perturbe beaucoup plus que notre terreur commune de la calvitie précoce .

Petite parenthèse : J'ai été voir une pièce de théâtre ce soir , le clan des divorcé(e)s . J'y ai entre autre appris que l'on pouvait avoir plus de 50 ans , être gros , ou encore se gratter l'entrejambe devant ce sombre veau de Lepers : On peut malgré tout trouver grâce aux yeux de la plus moche des Quadra .

Mais chauve ! Alors la , faut pas déconner non plus , quand même .

Et le plus marrant , c'est que celles qui se sont le plus marrées sur cette intransigeante affirmation étaient les plus atrocement indésirables , même par un Quasimodo tétraplégique .

Fin de la parenthèse , retour à mon défaut .

Un défaut , disais-je . Voyez vous , j'ai horreur des sinistres individus qui passent leur vie à s'énerver sur un rien . Aussi , détestant par ailleurs les non moins crétins qui critiquent sans s'exempter pour autant de tout reproche , je me suis fait un devoir de ne jamais m'énerver , chose qui m'est aussi facile que regarder la chance aux chansons sans avoir picolé au moins 2 bouteilles de whisky à jeun .

Je suis en effet d'un naturel très nerveux .
Sans doute aussi la raison pour laquelle je dégomme un verre à pied par mois semaine .

J'ai des frais de pressing pharaoniques .

(...)

Hier matin , j'avais un rendez vous très important à 20 minutes de chez moi . Je me suis donc fort logiquement retrouvé en bas de mon logement -non sans avoir remonté 2 fois l'escalier pour récupérer la clé de mon cadenas puis mon portefeuille- , près à enfourcher mon vélo seulement 10 minutes avant l'heure de mon rendez vous .

J'ai réellement un problème avec la notion de ponctualité .
Comme le confirmeront sans problème mes ex collocs avec qui j'ai rendez vous demain à 10h .

Comme je l'ai déjà narré , mon vélo actuel (j'en suis à mon 5ème volé et à 1 KO technique après une ascension plutôt contestable) m'a été offert par les parents de ma Brune . J'ai passé tout le mois d'Août à me retenir dans ma frénésie dépensière , hésitant tous les jours à m'en acheter un sans attendre que l'on me l'offre , me retenant passablement difficilement en me disant qu'après tout , se serait cela d'économisé .

Entre un cadenas à 50 euros , un changement de pneus à 30 , et un changement de dérailleur à 50 , je ne suis pas encore convaincu d'avoir encore pris là une décision très judicieuse en matière d'économie .

Et encore , sans parler des 75 euros facturés par Décathlon pour remplacer la roue arrière , ayant retrouvé mon vélo , ce matin là et déjà en retard pour mon rdv important , posé piteusement sur une roue ...

(...)

J'ai passé ma journée à sourire bêtement . A sourire lorsque j'ai remonté la rue Alsace Lorraine , ce désormais sinistre bordel sans nom où les passants jouent à touché-coulé les cyclistes qui doivent dans de très artistiques figures tenter de s'en sortir mieux entre la foule hostile que Lady Diana zigzaguant entre les piliers du pont de l'Alma .

En voilà une qui aurait fait une épouvantable cycliste rue Alsace Lorraine .

Ce qui est marrant , c'est que lorsque un vélo n'a plus sa roue arrière , il devient exactement l'inverse de ce que l'on pourrait attendre de lui : ainsi , le plus confortable et maniable des vélos deviendra comme par enchantement une espèce de carcasse encombrante , dont la roue restante , comme animée de vie , cherchera par tous les moyens -et cela quelque soit la façon dont vous porterez cette masse informe- à vous décapiter aussi proprement qu'un Sanson payé au rendement .

Sans parler de ces garces de pédales , jamais les dernières pour ruiner un tibia .

Mais envers et contre tout , et bien que sous le regard méchamment amusé de passants n'ayant visiblement pas encore fait leur l'adorable maxime travailler plus pour gagner plus (alors que c'est tout de même autrement plus facile à mettre en application que réduire sa fracture du tibia sociale ...) , je gardais le sourire alors que je chutais une bonne demi dizaine de fois , le vélo manquant soit de m'empaler , soit de me redresser la colonne vertébrale que j'ai aussi droite que le parcours politique de Bernard Kouchner .

La dernière radio prêtait a confusion : j'ai cru y voir l'image d'un accordéon .

Mais j'ai gardé le sourire ! Et je n'ai pas plus pesté quand le technicien de Décathlon m'a fait comprendre que ce que j'avais payé la veille au vétérinaire , une somme suffisante pour poser la question de la pertinente du prix du caviar quand il suffirait de faire revenir son chat à la sauce au poivre pour disposer d'un plat luxueux , n'était déjà plus qu'un lointain souvenir .

(...)

Dring Dring .
(Mon Ericsson T610 est doté d'une sonnerie aussi ringarde que lui)

(Mat au tél) « Oui Nico , nous aimerions savoir si nous pourrions venir , plutôt qu'à 21h , aux alentours de 19h30
- Oui , bien évidemment , Mat .
(Brune , qui proteste mollement contre cette atteinte caractérisée à l'emploi du temps que nous nous étions fixés) Mais ? Je t'avais dit pas avant 21h , que je puisse prendre ma douche ?
- (Nico mode furie On) Voilà ! Voilà ! C'est toujours pareil , on fait jamais ce que je veux , je peux pas prendre une décision tout seul , c'est un scandale , y'en a marre , ras le cul , tout me saoule , rah glop zouic ! »

Y'a pire que les gens qui râlent en permanence .
Y'a les Nico qui explosent d'un coup après avoir trop emmagasiné sur le prétexte le plus con du monde .

Prochain challenge : exploser parce que les coquillettes seront trop cuites .
Quelqu'un pour me défoncer les vitres de ma 306 ?

margerin12.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Caro 29/10/2007 20:46

Arrivée sur ton blog par un de tes messages sur ecrans.fr…
oui, en effet, t'as le style "spam"… je veux dire par là que c'est plaisant à lire 5 minutes, après, ben comme une impression de trop, trop narcissicique, trop "enjoué", trop quoi, dommage, car parfois, de petits sourires pointent en te lisant…
tiens bon pour la suite mais ce n'est pas en attirant sytématiquement le plus de lecteurs possibles vers son blog par tous moyens possibles qu'on se crée un lectorat fidèle…

A 26/10/2007 19:12

Billet difficile a lire car un peu incohérent par moment..

Steppen 26/10/2007 12:42

Et depuis, lorsque tu lui demandes "on fait quoi ce soir?", elle te répond qu'elle ne sait pas, que c'est un scandale, que tu aurais du prendre la décision tout seul? lol

Vinz 25/10/2007 08:23

J'ai beaucoup ri ! Ton portrait ressemble quelque peu à ce que je viens d'écrire sur mes collègues cyclistes et piétons ...En tout cas, je plains Brune. Tout comme elle doit plaindre Alice. Pauvres de nos moitiés qui essuient toujours les plâtres quand nous, pauvres hommes, pétons notre câble !