Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 23:00
Un texte de Mandy (ca va finir en clan des vipères assassines si ca continue ...)



Il faut que j’écrive quelque chose… moi ! Drôle d’idée en tout cas. Il va  de soi que pour faire une telle requête il vaut mieux ne jamais avoir lu une de mes copies d’exam où les mots s’embrouillent et les phrases refusent à se former. Ca doit avoir un rapport avec le papier à petits carreaux copyright « Académie » et le coin noir qu’il faut abondamment léchouiller afin de garantir l’anonymat. Pas sûre que leur méthode soit fiable à 100% (mes doutes ayant une fâcheuse tendance à augmenter avec les années) mais l’ « Académie », ça se respecte. Quoiqu’il en soit c’est perturbant.


J’arrête là les inepties, il faut que j’écrive quelque chose. Blog du Nico, de quoi parler sinon du Nico (c’est la mode de mettre des articles définis devant les prénoms maintenant, ça fait très italien..), et c’est un sujet apparemment inépuisable et aussi varié que les parfums d’alcopops en Angleterre.

Et là, problème : qu’est-ce que je sais vraiment ? Pas grand-chose de plus que les posts que je lis assidûment (Bon, OK, j’avoue, une fois de temps en temps quand j’ai vraiment rien à faire d’autre qu’errer dans les limbes de l’internet, les yeux rouges et la bouche légèrement entrouverte d’ennui, la bave au coin des lèvres).

Et voilà, j’ai trouvé de quoi parler : ou comment je suis me suis retrouvée par les voies les plus obscures et entremêlées dans un appartement toulousain qui s’est révélé être celui-là même de Nico (ou de ses parents, en l’occurrence).

Oui, parce que là, le 15 juillet, « How I Meet Her », c’est moi. Non, pas LA « her », mais les 3 lignes furtives, là, au milieu :

Mardi soir , Le Mulligans .

J’étais accompagné d’une crème de fille , avec qui seulement aurais-je passé une après midi supplémentaire que je n’aurais su lui demander autre chose que son envie pour les 20 prochaines années a venir , et pour commencer . Heureusement pour mon vœux de chasteté (rectification : malheureusement) , la divine blonde repartait le lendemain , ce qui me permettait de ne pas trop m’attacher a l’une des filles les plus enthousiasmantes qu’il m’ait été donné d’apercevoir ces 22 dernières années .

Elle était blonde , évidemment .


C’est gentil « la divine blonde », légèrement surdosé, mais gentil.  On n’imagine pas tout ce qui peut se passer quand on va se présenter aux oraux du Capes. La peur au ventre même pas pour l’examen en soi, mais pour le plan hébergement trouvé par ma mère (oui, j’ai très peur des plans souvent foireux de ma mère) chez la sœur d’une de ses amies… J’aime pas vraiment me faire imposer chez des pauvres inconnus qui n’ont certainement pas mérité un tel châtiment. Mais c’était sans savoir que ces gens-là avaient déjà à disposition leur propre châtiment dans sa vingtaine !

Et c’est ainsi que j’ai trouvé une sorte d’alter ego masculin qui, semble-t-il, est aussi maladroit que moi, aussi malchanceux, et pourtant toujours aussi léger et enthousiaste. J’ai sauté la case « alcoolique », ça se dit pas. Ah si, ça se dit ? Soit. Alcoolique alors, qui m’a fait en un jour seulement découvrir la ville, monter sur le toit des Galeries Lafayette (c’était les Galeries Lafayette ?) avec vue panoramique, manger la meilleure tarte au citron de la région, boire un thé au bar à narghilés, faire une pause cigarette sur les bords de la Garonne, et tout ça par 40 degrés sous ventilo, avec des ampoules aux pieds pires que les stigmates du Christ (preuve en est que j’ai encore des cicatrices de ces ampoules dues à un caprice « JE VEUX CES CHAUSSURES ! »). Et pour finir la soirée en beauté, un pub irlandais (non, je n’ai aucune relation obsessionnelle avec les îles britanniques, je le jure), avec aller-retour en vélo. Surprise, je n’ai pas fait de vélo depuis le collège et je me retrouve avec un très haut taux d’alcoolémie à pédaler les cheveux au vent, toute joyeuse, un goût de vacances (et de vodka, accessoirement) dans la bouche, merci Nico.

Sympa le Capes. J’aurais dû le représenter.

Mandy

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Chapline 11/02/2007 11:46

Moi ce que j'aime bien chez nico, c'est qu'il innove! Hein les filles? Nico change de technique.

Kane 11/02/2007 17:27

Moi ce que j'aime bien , c'est les personnes qui me disent "écris ton blog comme si je lisais pas , je veux continuer a le lire comme si je te connaissais pas ..."