Présentation

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a  6  personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com

Samedi 7 octobre 2006 6 07 /10 /Oct /2006 18:29
Lorsque j’avais déménagé de Jean Jaurès à Palaprat , j’avais choisi de le faire en pleine canicule la veille d’une épreuve de droit civil de 3h que j’avais révisé jusque la moins de la moitié de la durée de l’épreuve .

J’étais tellement impatient d’occuper mon appartement que , en l’absence d’une voiture pour me faciliter la tache , je m’étais farci le déménagement seul en portant les meubles uns par uns d’un appartement a l’autre .

J’ai perdu 4kg en 2 jours , et fait enfin l’acquisition a cette date de bras a peu près musclés qui m’avaient cruellement fait défaut jusque la .

J’ai bien dit " a peu près " , y aller mollo sur les commentaires acerbes .

(…)

Mercredi .

Quelque chose ne vas pas .

Je viens d’ouvrir un œil , je suis encore dans un coma somnolique tendance profond , mais je sais que quelque chose ne vas pas . Les cadavres de bouteilles et les verres pleins éparpillés dans la pièce n’y sont pour rien : ils datent d’il y’a déjà quelques jours , donc mon mal être ne peut provenir d’une soirée arrosée datant de la veille .

Ni provenir des fortes émanations de whisky que ne manquent pas de diffuser ces quelques verres non vidés .

Il pleut . Il a fait une chaleur dantesque pour un mois d’Octobre la veille , mais la , aujourd’hui , il pleut , cela le jour ou je dois virer l’essentiel de ce qui constitue mon mobilier et l’emmener dans ma nouvelle antre , devant laquelle il me sera bien évidemment impossible de se garer a moins d’une distance de 200 m , distance a franchir donc sous une pluie battante avec une tonne de passants amusés par mes déboires aquatiques .

La journée s’annonce radieuse , tiens .

Je commençais a remplir mes cartons , glissait négligemment dans ma poche arrière de pantalon le coupe ongle que j’avais cherché des mois durant , lorsque tout a coup , le miracle se produit : une éclaircie . Je passais en régime 4ème vitesse , remplissait ma voiture de quoi faire frotter la carrosserie au sol au moindre trou dans la chaussée , et fonçais place Esquirol , ou m’attendaient 2 amis ayant gentiment acceptés de m’y attendre pour m’aider .

Alors que nous avions fait un premier aller retour pour décharger les cartons totalement inutiles et ne contenant que des affaires totalement dérisoires , je revenais a la voiture chercher ma télévision dans l’espoir futile de la ramener sans encombre .

C’était bien imaginé : Noé n’aurait pas construit sa minable arche mais un porte avion s’il avait été le témoin du déluge qui m’est tombé dessus a ce moment la .

Après tout , il paraît qu’on vit pas si mal sans télé .

(…)

Jeudi matin .

Après avoir longuement regardé mon appartement vide de tout objet , et essuyé une larme sur des réflexions aussi saugrenues que " tiens , j’ai fait l’amour avec elle ici " , " j’ai essuyé un râteau avec celle la a cet endroit " ou encore " j’ai été crade quand même de vomir de ma fenêtre " , je prenais la direction de chez mes futurs anciens proprios , avec qui je prenais rdv sur le coup des 16h afin de faire l’état des lieux .

Qui aurait pu prendre le nom de " état de ma moquette " .

J’étais en train d’astiquer nerveusement a la cuillère la plaque chauffante , et de me rendre compte de la bêtise de cette idée au vu des rayures que je venais d’y faire , quand ils arrivaient . A leur mine atterrée devant l’étendue des dégâts , j’imaginais vite que d’avoir passé l’aspirateur pendant 2 heures n’empêcherait pas l’inéluctable , a savoir qu’ils me rieraient au nez lorsque j’évoquerais fut ce un instant la saugrenue idée de récupérer 10 centimes de ma caution .

Ils ne m’ont gardé que 100 petits euros , s’excusant presque de devoir le faire . J’ai hésité sur le moment a leur demander de m’adopter , c’est dire .

J’ai en revanche émit un " glubs " plutôt visible lorsqu’ils m’ont demandé la clef de ma boite aux lettres , clé que j’avais perdu il y’a 4 mois ce qui m’avait naturellement obligé a déglinguer la serrure , l’absence de double impliquant qu’il faille changer la petite trentaine de boites aux lettres dans le hall si je ne la retrouvais pas , a mes frais , bien évidemment …

Et de nouveau cette obnubilante image en tête d’un chèque de caution s’envolant en jouant de la harpe …

 

(…)

Dans la nostalgie de mon nouvel ancien appartement , j’éprouvais soudainement l’irrépressible envie d’un câlin et allait retrouver mon papou pour ce faire , avec également dans l’idée qu’il m’aide pourquoi pas a décharger la voiture pleine a craquer de cartons et conneries diverses .

Si papa , je t’assure que mon idée première était le câlin , pas de te mettre a contribution .

Nous nous apprêtions a rentrer dans la voiture pour aller la décharger a Esquirol , lorsque je passais négligemment ma main sur ma poche arrière pour m’assurer une quinzième fois de l’après midi (673ème fois de la journée , ndrl) que la clef de mon nouvel appartement s’y trouvait bien .

Et c’est la que mon cerveau a noté une anomalie , qu’il n’avait pas détecté les 14 fois précédentes .

Cela ne pouvait pas être la clef . C’etait un objet trop long , a la forme trop rectangulaire . Cette évidence aurait du me sauter a l’esprit si j’en étais doté d’un beaucoup plus tôt , mais le trauma du déménagement m’avait empêché de parvenir a cette conclusion évidente : l’objet dans ma poche arrière était ce foutu coupe ongle , qui avait décidé décidément de me pourrir la vie .

Mon père a pris congé de moi et de mes cris hystériques a vider frénétiquement les cartons sur les allées Jean Jaurès a la recherche de ma clef , me faisant remarquer que somme toute , il ne pouvait pas critiquer ayant connu ce type de désagrément un demi million de fois .

J’ai peut être une chance de le battre a moyen terme .

Par Kane - Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés