Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
9 février 2009 1 09 /02 /février /2009 13:32

Vendredi soir.

Brune et moi nous rendons à l'anniversaire d'un copain, qui en arrivant à réunir une quinzaine de personnes sur une superficie d'appartement peut-être suffisante pour y faire rentrer une fraction de village schtroumpf, accomplit un second tour de force au moins aussi impressionnant que celui consistant à avoir attiré une quinzaine de personnes dans le quartier St Cyprien.

Les Toulousains ont la même furieuse envie de traverser la Garonne pour se rendre à St Cyprien que les Ouest-Berlinois ne sautaient de joie à l'idée de traverser le check-point Charlie pour aller faire du tourisme sur la Karl-Marx Allée.

... En 1970.

Après avoir déballé nos 2 bouteilles de Muscador, un odieux pétillant vachement bon dont la quantité de cadavres accumulés devant notre porte -en attendant le très hypothétique jour où nous nous déciderons à aller au recyclage- tendrait à démontrer que nous en sommes complètement fans, et après avoir compris que les autres avaient été beaucoup moins originaux en ramenant du vrai champagne au format décomplexé, nous nous installons dans l'appartement de l'ami, qui tout à sa joie d'avoir touché ses premiers salaires, en a oublié que l'on ne pouvait pas faire asseoir une dizaine de copains sur un écran plasma, fut-il assez imposant pour servir de Iphone-géant au Gargantua du défunt parc d'attractions Mirapolis.

On s'est assis sur le polystyrène de protection du-dit écran plasma.
... Pendant toute la soirée, ca a été par conséquent le cirque Pinder et ses incroyables équilibristes.

Très rapidement, et malgré le fait que nous buvions dans une décadence totale les quelques centilitres de champagne que je n'ai pas renversé à l'ouverture de la bouteille, j'en viens à me faire la réflexion intérieure que je revis là une soirée étudiante comme nous en faisions dans mon studio de Palaprat, quelques années plus tôt.

... Sentiment particulièrement exacerbé par le fait que rond comme des ministres de l'écologie, nous allions quelques heures plus tard traverser une partie du Pont Neuf en caleçons, par un temps à rendre un Ours Polaire particulièrement frileux.

... Et encore plus tard, lorsque nous nous retrouvions à comploter fiévreusement -et ivres morts, soit- devant ce bar crétin de crétins imbus d'eux mêmes qu'est la Couleur de la Culotte après s'en êtres fait jeter piteusement une première fois.

Aux témoins de cette soirée là : on avait pensé à se rhabiller au moins, avant de faire notre première tentative d'entrée dans le bar ?

(...)

Samedi.

Conformément à ce que j'avais annoncé pour faire rageusement bisquer Manon, mon amie qui fait des études de médecine depuis 10 ans et qui semble en avoir pour encore la même période à râler contre des gardes payées le Smic d'un Éthiopien, brune et moi nous levons honteusement aux alentours de 13h du matin.

Les médisantes diront même 13h01m30 secondes.
Tout de même, le « déjà ? » était un brin cruel, brune.

Et mérité ? Soit.

Après avoir résisté vaillamment à la tentation d'empoigner ma tondeuse électrique suites aux quelques remarques désobligeantes que j'avais pu subir la veille sur l'état de ma chevelure (« gras », c'était cruel, les aminches. Pas ma faute si je transpire de quoi remettre au niveau 0 la mer morte lors d'un partie de squash, quoi !), je craquais noblement en ne m'engouffrant que chez le 10ème coiffeur devant lequel je passais en moins de 3 rues parcourues.

Les Toulousains ne sont pas des adeptes du crâne rasé : nuance, ils ont une industrie du cheveux à faire tourner au moins aussi grosse que celle de l'aéronautique.

Lorsque je ressortais de chez le coupe-tiffs, j'avais la démarche d'un canard après une séance de gavages en vue des fêtes de noël, passablement étourdi par le « conseil l'air de rien » qui venait de m'être fait d'aller consulter un dermato, « parce que avec un peu de chance, vous pourriez gagner une ou deux années, après tout, vous êtes encore relativement jeune ... »

Lorsque vous apprendrez qu'un communiqué de l'ETA, de Corsica Corsica et d'action directe revendiquera l'attentat du coiffeur du boulevard de Strasbourg à Toulouse, ayez la gentillesse de ne pas rétablir la vérité auprès de l'AFP.

Avouez tout de même que y'a des bombes qui se perdent quand on se fait traiter de futur chauve, quoi.

Mes déambulations en compagnie de ma brune, pour se détendre un peu après l'infamie, allaient nous conduire place Arnaud Bernard, où j'allais avoir le plus grand mal à justifier ma haine des comportements populeux, et plus particulièrement, celui qui consiste à regarder un pompier monter sur une échelle pour évacuer les éventuels occupants d'un immeuble en feu, et espérer comme la masse de crétins le nez en l'air que l'on verra un type sauter par la fenêtre et repeindre le trottoir en s'écrasant quelques mètres plus bas.

Ne niez pas, pourquoi les badauds regarderaient une simple bête fumée monter d'un immeuble, sinon ?

Notre route allait enfin nous amener de nouveau à la Place St Pierre, où nous allions constater sobrement que la seule chance de trouver une moyenne d'age chez Tonton (le bar qui dépucelle l'estomac de la jeunesse Toulousaine) proche de nos aspirations (c'est à dire, au moins supérieure à 18 ans. Environ, hein, nous ne sommes pas si difficiles) était de venir effectivement à 18h, à l'heure d'un match de rugby.

40 minutes plus tard, et alors que la moyenne prenait de rudes coups à chaque nouvelle entrée d'un puceau en puissance dans le bar, nous prenions la tangente.

La soirée du samedi allait se poursuivre sur une orgie de Fajitas et de vodka, suivie d'un déplacement à la crémaillère déguisée d'une amie, que nous honorions de notre courte présence par une participation enthousiaste (de toute façon, que se soit pour se déguiser en aventurier à fouet ou non, toute occasion de sortir ma vieille veste en cuir est notoirement enthousiaste) et par l'apport de 2 bouteilles d'un mousseux particulièrement bon.

C'est certain, le Muscador ne connait pas la crise, à Toulouse.

A 2h du mat, la brune dormait du sommeil des justes.
... tandis que épuisé par les dernières 45minutes, je tentais de refroidir ma langue encore fumante sur le bac à glaçons du congélateur.

Sic et serviteur, merci.

(...)

Le dimanche, le réveil était encore une fois à une heure si avancée de la journée que la Manon avait probablement du finir sa garde du matin.

Du moins, l'ais-je espéré pour toi, lorsque je baillais devant Le Grand Journal, vers 12h30 ...

Après avoir harcelé de sms tous mes voisins pour leur demander vainement s'il ne leur restait pas un vague litre de lait (je compte militer activement pour que tout les appartements neufs soient livrés en série avec robinet d'arrivée de lait chaud. Ou de café au lait. Ou soyons fous, de café au lait avec 3 sucres, s'il vous plait.), la journée passait doucement jusqu'à ce que l'heure d'arrêter de se prendre avec ma brune des tôles administrées avec violence par une IA en forme même le dimanche ne vienne, et nous prenions la route du Cinéma Gaumont de la place Wilson.

... Comme en avaient eut l'idée à peu près les 9/10 de la ville et de sa banlieue.
Il devient décidément très difficile d'être original un dimanche grisâtre.

Nous sommes ressortis de la salle, où nous avons vu « Les Noces Rebelles », bon film que je subodorais pourtant et à tord de n'être qu'un prétexte pour réunir à nouveau Caprio/Winslet dans une voiture (s'il y'a toujours bien du cul à l'écran entre eux, il est tout de même satisfaisant de voir qu'il arrive même aux plus bellâtres niais d'entre nous de se prendre un « déjà ? » bien senti. Lui.), complètement déphasés, presque prêts à jeter des pavés sur le premier représentant de l'ordre que nous rencontrerions, fut-il un sénile gardien de jardin public.

Nous avons passé le dimanche soir à nous imaginer quitter le pays.

... mais en attendant que nous allions refaire le monde à Berlin ou Montréal, c'est à Dublin que nous irons passer un week-end moins « conventionnel », en Mars ...

On refait le monde comme on peut.


NB : Traduire "Revolutionnary Road" par Les Noces Rebelles ?
Etonnez vous de l'effroyable réputation des facs de lettres, après ca ...

NB2 : La version courte de ce post, c'est sur le blog de Brune qu'il faut la lire :
http://mespetitsboulots.over-blog.com/article-27720106.html



Partager cet article

Repost 0
Published by Nicopoi - dans Nick Attitude
commenter cet article

commentaires

Bôôh 11/02/2009 00:11

(Je suis prêt à payer un carton de Muscador à toute personne capable de me faire oublier le commentaire précédent)Ceci-dit,1. je tiens à rétablir la vérité qui sied à la République et ses représentants ! M. le ministre Borloo ne boit pas, il soutient l'agriculture et la culture nationale par une forte volonté d'exposition médiatique de ses produits les plus honorables malencontreusement masqués de la communication commerciale par la vile loi Et Vin.2. Si dans Titanic Mlle Winslette n'avait pas dis "déjà", c'est qu'avec le froid régnant, un lit chaud était préférable à un amand vigoureux3. Merci d'avoir convaincu Brune d'écrire, c'est mieux écrit et plus direct :-D (pour la citer, sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, Juste envie de voir si l’herbe n’est pas plus verte ailleurs)

Nicopoi 21/02/2009 18:42


"Mieux écrit et plus direct" ...

Mes tueurs sont derrière ta porte, surtout n'ouvre pas de suite, ils vont se faire un plaisir de défoncer eux même ta porte ^^


loulou 09/02/2009 15:37

comme c'est etrange...ca explique donc pourquoi un malheureux garçon en caleçon a failli atterir sur le capot de ma 207cc quand je suis passée a st pierre vendredi soir...je me souviens m'être demandée si j'avais pas révé...

Nicopoi 21/02/2009 18:42


C'était toi ?
^^