Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 15:05
Ce texte est à prendre au 9397ème degré.
... Donc, oui, un degré de plus que les posts de d’habitude, vous avez bien noté.




J’étais à mon bureau, vaquant à mes occupations (empêcher une monstrueuse pile de dossiers se la jouant tour de Pise de s’effondrer sur mon ordinateur), lorsqu’il est arrivé. Il ? Mon nouveau boss, ou presque : lorsque l’on est en stage, il n’y a pas d’incompatibilité entre ne pas savoir qualifier le rapport hiérarchique établi entre vous et le boss, et avoir un pied dans la boite tout en étant à 2 doigts de pointer à l’Anpe.

Les deux se complètent.
… Et ce n’est pas pour autant qu’il faut interpeller le boss par un « eh, demi-chef ! », la perspective de devoir très vite aller consulter les annonces proposant un poste d’assistant de pousseur de caddie se faisant immanquablement et dès lors certaine.

Ce qui serait con pour une histoire de détail linguistique, tout de même.

« Nicolas, tu peux venir un instant, s’il te plait ? »

Le statut de stagiaire offre un nombre particulièrement conséquent de joies et d’angoisses à celui qui l’occupe ; parmi les joies, aucune nourrit autant l’orgueil que lorsque le boss (gare à la sémantique, j’ai dit !) vous nomme par votre prénom : jeter un coup d’œil narquois à l’autre stagiaire, l’air « eh t’as vu, il connait mon prénom ! Le cdi, pour moi, c’est pour bientôt ! Bon, c’est pas tout ca, mais, machin, tu vas nous le faire ce café maintenant ? » est un plaisir qui ne le discute qu’à l’activité consistant à vérifier la tiédeur d’un oreiller par une belle après midi du mois d’Aout.

Parmi les sombres angoisses qui ont poussé au suicide plus d’un stagiaire tourmenté, il y’a le moment où passé la porte vous masquant à la vue de l’autre stagiaire, vous vous poseriez soudainement la question « mais au fait, pourquoi voulait-il me voir ? »

C’est un sale moment.
Au moins aussi horrible que celui qui consiste à préparer le café après avoir été nargué par un autre stagiaire.

« Bien, Nicolas
(Bon dieu, il a vu. J’en suis sur, j’ai pas du être assez rapide, et il a aperçu la montagne de courrier en retard que je tentais de planquer sous le pc !)
« Il faudrait que
(J’ai du merder quelque part. Mais ou ? Et puis peut-on m’en vouloir d’avoir préparé un mauvais café après avoir été appelé par le prénom du stagiaire qui a pris la porte 2 mois auparavant ?)
« l’on voit ce manuel que tu nous as préparé. »

Ah ! Bon.
J’arrête provisoirement de me préparer un petit ulcère pour le jour de mes 30 ans, alors.

« Le manuel ? Bien sur, donc voilà, il est ici … tiens, je te laisse jeter un coup d’œil
- Ok
»

Le boss se met à regarder le fameux manuel. Absorbé qu’il l’est, je peux entreprendre discrètement de me ronger les ongles qu’il me reste encore, dubitatif que je suis sur la pertinence de la part d'un stagiaire d’autoriser un boss à « jeter un coup d’œil ».

Ca a donné ca dans ma tête :
« Tu peux jeter un coup d’œil ? Mais ou as-tu vu qu’on parle comme ca à un boss, crétin ? Cette fois c’est sur, je vais me la manger, la porte ! »

... 1 Mois de stage et je suis aussi angoissé pour mon (très) potentiel futur emploi qu’un employé de Kebab après le passage de inspecteurs de l’hygiène et d’une équipe de Capital.

Je regarde le boss étudier mon travail.
Et comme tous les stagiaires voyant celui qui peut décider de les embaucher observer ce qu’ils ont fait jusque là :
Je me mets à dire n’importe quoi.

« Oui, donc là le début, c’est pas du tout la meilleure partie de ce que j’ai fait ! Mais la suite… oui mais non, celle là je l’ai fait en brouillon mais je peux la changer… ah ca, par contre c’est un passage qu’on peut sans problème améliorer … euh ca, c’est du blabla, c’est fou que j’ai pas pensé à virer ca ! »

Et le plus cruel dans tout ca, c’est qu’il n’avait toujours rien dit sur mon travail.
Si je vous disais que je ne suis même pas sur qu’il m’ait entendu dans mon délire auto-critique …

Enfin, il prend sa respiration. Il va parler. Je vais savoir.
Surtout ne pas pleurer, tant pis si cela fait mal, je saurais bien expliquer à mes futurs enfants qu’ils ont des parents de 60 ans quand ils n’en ont que 20 parce que papa n’a pas été foutu de concevoir un manuel à l’âge de 24 ans.

Je crois que je suis au bord du délire le plus complet, là.
En plein dedans ? Ah, bon.

« Bon, c’est parfait sur le fond, c’est bourré d’idées, bien rédigé et sans faute d’orthographe… »

Serre les dents, Nico, le lourd arrive ...
Non parce que bon, je les connais moi les critiques qui commencent trompeusement par du Cajoline !

« … cependant, y’aurait, comment dire … des formules un peu trop littéraires. Oui, disons que c’est un peu biaisé et les temps sont un peu sophistiqués… ah ah, regarde là ! On se croirait en plein dans les Lettres Persanes de Montesquieu ! »

(…)

3 ans à raconter des inepties délirantes sur le net et je ne sais plus écrire simplement.
…  Je veux mon avocat : mes parents ont décidément raté un chapitre au moment de ma procréation.



Partager cet article

Repost 0
Published by Nicopoi
commenter cet article

commentaires

Marie 17/04/2008 17:08

Salut ! dis donc, c'est vraiment pas de tout repos d'être un stagiaire ! c'est aussi excitant que les aventures d'Achille Talon ! ;) Allé gros bisoux !

Nicopoi 27/04/2008 16:53



Je tiens beaucoup de ce dernier .
D'ailleurs , j'ai le bide qui se dévelloppe en conséquence .



aurélie 17/04/2008 14:19

Bonne culture littéraire ce chef ! Je sais pas si j'aurais fait le rapprochement...

Nicopoi 27/04/2008 16:54


Moi non plus , en fait .


philippe 16/04/2008 17:51

petit pub si tu me le permet http://www.jeremy-espoir.org/

Nicopoi 27/04/2008 16:55


Disons que ca ira pour cette fois .


Lyo 16/04/2008 12:34

Sans faute d'orthographe? Bien joué... J'espère cependant que ton cher boss ne lit pas ton blog car les "Lettres Persanes" ne prennent qu'un seul "N".Eh oui, je suis un chieur...

Nicopoi 16/04/2008 13:51


Gasp!

Je ... je ne sais plus ou me mettre.
C'est décidé, j'émigre au Groenland.


Soda 16/04/2008 00:01

écroulé de rire sous la table !!!!!

Nicopoi 27/04/2008 16:56



Moi la dernière fois que je suis passé sous la table , c'est parce que j'en étais tombé .
J'en garde une cicatrice à l'épaule pas franchement esthétique .



L'Héliographe d'Eironeia 15/04/2008 21:58

Toi aussi ça te le fait??Qu'est-ce que c'est lourd à porter d'être TROP bon...Trop d'intelligence tue l'intelligence.Chacun sa Javel (pardon) sa Croix.

Nicopoi 27/04/2008 16:57


En même temps , si Juvabien , c'est Juvamine ...