Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 08:36

 


Hier midi, je m'étais laissé entrainer par 3 collègues de bureau à une petite partie de Squash, probablement désireux de prouver que j'étais pas forcément qu'une moule assise sur une chaise à peine bonne à boire du Red-bull en continu à la manière d'un canard gavé pour les fêtes de noël.

Et non, je n'ai pas un gros nez.

Vous souvenez vous de ce type dans votre classe au lycée
(il y'en avait toujours un) qui n'avait pas compris qu'il aurait pu tout simplement se faire dispenser de sport par un médecin compatissant et toujours apte à trouver une maladie rare chez une fille pour la dispenser (genre : allergie contagieuse au vernis à ongle, enfin vous voyez le genre), et qui venait au cours de sport en jean, mocassins et chemisette, dans l'espoir saugrenu de se faire dispenser par le prof ?

Et bien j'étais probablement 3 fois pire : je venais en pantalon à velours, mes mocassins avaient des fers sous le talon (demandez à votre cordonnier : c'est possible, bien que totalement ridicule) et je rentrais ma chemisette dans mon pantalon à velours.

Et je n'ai jamais été dispensé, c'est bien le drame.
Hep, vous, là dans le fond, on arrête de rire, vous croyez que c'est facile de se remémorer en train de faire du badminton dans cette tenue ? Hein ?

Hier, j'étais habillé à peu près correctement, vêtu d'un short pas franchement prévu pour le sport mais plutôt convenable, du moins si l'on ne prend pas en considération que depuis que brune m'a recousue le bouton de fermeture (après que ce dernier soit allé s'encastrer dans un mur sous la pression de mon ventre alors que je baillais très gracieusement) de manière à ce que je ne puisse pas respirer plus que nécessaire pour mourir asphyxié à petit feu, et d'un polo bleu clair Marlboro Classics tout droit importé du Luxembourg et bien qu'hideux esthétiquement parlant, parfait pour rappeler à mes adversaires du jour qu'il faut pas être trop violent avec moi, après tout je suis un gros fumeur.

C'est terrible cette tendance naïve que j'ai à croire que je puisse susciter de la compassion chez les autres.

Non, parce que qu'elle tôle j'ai pris ...

Vous vous souvenez de Henri Leconte ?
C'est pareil.

(...)

Rentré aux bureaux aussi dégoulinant de sueur qu'un couple d'escargots dans une partouze, je me jetais sur la douche sur place (oui, quel luxe à OB !), non sans avoir au préalable jeté un vif coup d'œil dans l'armoire dans laquelle sont rangés les t-shirt publicitaires, m'étant soudainement rappelé que conformément à mes vieilles habitudes du lycée, je n'avais évidemment pas pris d'affaires de rechange.

En même temps, quel intérêt j'aurais eu à me changer à l'époque quand j'étais déjà en pantalons à velours / chemisette avant même d'être rentré aux vestiaires ? Hein ? Je vous le demande, tiens.

Sortant de la douche dégoulinant d'une eau limite radioactive au contact de ma peau poisseuse (j'ai le même système transpiratoire que Michael Jordan. Avec un mètre de moins que ce dernier), je cherchais vainement des yeux la serviette que je n'avais évidemment pas amené.

Je ne suis décidément pas quelqu'un de très prévoyant, c'est un fait.

Mes yeux se posent sur mon polo bleu, sur lequel je ne suis pas loin et sans exagération manifestement excessive de ma part d'apercevoir des bactéries jouer à Aqualand.

... ni une, ni deux, le polo était reconverti en serviette de secours.

C'est con que je ne puisse pas faire comme dans les films d'horreur, à savoir mettre de la musique d'angoisse pour l'ambiance sur certaines répliques. Ça manque.

Séché, quoique à nouveau à demi couvert de la sueur qui stagnait en surface du polo mais bon y'a tout de même un mieux, je roule en boule le polo et me met en devoir d'enfiler le t-shirt publicitaire de ma boite réquisitionné pour la bonne cause sans-foutre-le-bordel-du-tout-au-stock-et-bon-dieu-quelqu'un-sait-comment-plier-une-dizaine-de-t-shirt-mis-en-révolution-s'il-vous-plait-zut-je-m'égare.

« Tiens, c'est bizarre, ils taillent pas un peu court au niveau des bras ? Et puis pourquoi baille t-il à ce niv... merde ! »

C'est fou tout de même comme un t-shirt pour filles peut différer d'un t-shirt pour mec.
Porté, je veux dire.

Torse nu, je fonce discrètement et à l'abri des regards indiscrets vers le stock de t-shirt, et laisse définitivement l'endroit dans le même état que les Allemands ont laissé Stalingrad courant 43.

Je ... je rangerais, ce n'est qu'un malheureux concours de circonstances, boss.

Plus aucun t-shirt pour mec.
Je regarde la boule chiffonnée bleue dont ruissèle des gouttes d'un liquide aux propriétés franchement surprenantes, mais à priori pas humaines.

Un frisson d'horreur me remonte le long du dos.

(...)

Ça a été une longue, très longue après midi.
Moralité : ne mouillez pas vos Marlboros.


Roh, cette conclusion à deux balles, j'ai honte, j'vous jure.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicopoi - dans Nico Lagaffe
commenter cet article

commentaires

chouka 06/09/2008 21:16

Le Squach, j'aimerai bien essayer mais à chaque fois je ne peux pas. Comme si une ofrce obscure me refusait ce plaisir...Maintenant que tu te remets au sport intensif, je t'attends au badminton. Euh, short et chaussures sport obligatoires, les pantalons velours ne sont autorisés que sur présentation d'une carte bleue obéissante...

Nicopoi 15/09/2008 16:47


Soit ! Si tu veux que je te défie au squash, c'est quand tu veux !

... euh, non ma banquière, ne me tapez pas comme ca, je le fais pour vous et que vous n'ayez pas à pleurer plus tard devant ma note de Lipo !


Line 06/09/2008 20:36

...petit coup de vieux Nico...hihihihi!

Nicopoi 15/09/2008 16:48


Méchemment, oui.


Petite Audrey 06/09/2008 00:29

Beurk....

Nicopoi 15/09/2008 16:48


Roh !


Bibi 05/09/2008 22:42

Ah, me revoilà en pleine forme , et je te retrouve enfin, quel bonheur ! je crois que tu fais des progrès, le vrai boulot sans doute ? Ah ! Ah ! Pense à tous ces malheureux travailleurs qui ont le "pouvoir d'achat" en berne et qui n'ont pas la chance de pouvoir mouiller leur tshirt au boulot ! Mais tu le mérites largement.

Nicopoi 15/09/2008 16:48


Hey ho Bibi, bon, on se voit quand ?
Bisous