Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • Le Petit Nicolas mais en Plus Grand à Montréal
  • : Imaginez seulement que le Petit Nicolas soit devenu Grand ... Les aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur, aujourd'hui en poste à Montréal.
  • Contact

On Air

Visiteurs Uniques depuis Octobre 2005

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Think Different

Imprimez vous les deux premières saisons du Petit Nicolas mais en plus Grand :

Cliquez ici pour télécharger
 la saison 1 
la saison 2

C'est gratuit et ca ne pique pas les yeux ...
___l__aide....jpg

Archives

Me suivre sur Facebook/Twitter



Requêtes Insolites

Présentation du Blog

Bienvenue sur le blog du Petit Nicolas mais en Plus Grand !

Ce blog présente les navrantes aventures d'un ex étudiant en droit gaffeur et étourdi, sous la forme de petites histoires tirées de la vie réelle et tournées monstrueusement en auto-dérision. Depuis Juin 2011, le blog traite de mes nouvelles aventures au Canada et de mon installation à Montréal. Il n'est pas nécessaire d'avoir lu les anciens posts pour comprendre les nouveaux, ceci étant, et si c'était par la fin du blog que tout commençait ?

Alors pour reprendre depuis le début : 31 Octobre 2005 - Halloween et moi

Bonne lecture !
Nicopoi@GrandNicolas.com
20 avril 2009 1 20 /04 /avril /2009 15:17

Il y'a quelques mois de cela.

Constatant que nous avons écumé en un temps particulièrement indécent les premières bouteilles qui devaient constituer un « apéritif vite fait juste pour le plaisir de se voir » (les soirées les plus décadentes commencent toujours de la sorte, je devrais le savoir depuis le temps !), je me tourne vers Clément, et lui dit de la façon la plus ingénue :
« Je devrais peut-être retourné chercher quelques bouteilles »

Gros silence.

« C'est un peu loin, tout de même »

Clément ne comprend toujours pas où je veux en venir.

« Si seulement j'avais un moyen de m'y rendre rapidement, qui possède des roues, des pédales, et un guidon ... »

3 minutes trente plus tard et les clés du cadenas du vélo de Clément en mains, je m'approche du cycle, qui à première vue et sans à priori aucun ressemble vaguement au Titanic tel qu'on l'a retrouvé 50 ans après sa collision très médiatisée avec un glaçon dans l'Atlantique Nord.

Les fois où je me cogne le pied dans notre table (très. Trop.) basse devraient à mon humble avis rencontrer un écho autrement plus significatif.

J'empoigne le vélo, donc. Et il se passe alors un truc un peu étrange, un peu comme avec ce gamin pas super mature il y'a quelques (centaines) d'années de cela, lorsqu'il avait retiré une bête épée coincée dans un socle à la noix de marque probablement suédoise :
Je parcours en 30 secondes et la moitié de coups de pédales, une distance qu'eus-je tenté (le subjonctif, c'est vachement impressionnant tout de même) avec mon propre vélo, j'en serais encore à ramasser ma langue dans le caniveau aujourd'hui.

... Inutile de dire qu'après cette sombre expérience, je ruminais sévèrement contre ma machine et que celle-ci se retrouvait sur le banc de touche, ou plutôt parquée dans l'endroit de mon immeuble que certains appellent cave mais que je nommerais plus justement gros gruyère dont le plancher branlant et craquant ferait passer pour sécurisées ce qui reste de bâtisses dans la petite ville Italienne d'Onna ...

(...)

6 mois plus tard.

Lorsque je me rendais compte que tout compte fait, il n'était pas si mal de se rendre au boulot en vélo, et que surtout, j'avais probablement pris en poids depuis que je l'avais remisé au garage de quoi me faire surnommer levier d'Archimède (ce qui est toujours vexant, forcément), je me rendais dare-dare sur Ebay, ou je dénichais un vélo qui me semblait pas mal du tout.

Il ressemblait au vélo de Mat.
Un critère valable comme un autre, surtout lorsque l'on s'appelle Nicolas et que son propre sens du jugement est aussi réputé qu'un cheeseburger LeaderPrice surgelé.

Je retrouve donc mon vendeur à Colomiers, bourgade qui donne aussi envie d'y vivre que le tunnel du Mont-Blanc pris en son milieu, et après avoir essayé l'engin sous le regard attéré de ma brune, que l'on pouvait deviner anxieuse à l'idée de revoir partir son homme le matin sur un vélo au milieu de chauffards kamikazes, l'affaire est conclue, pour une modique somme à faire hurler d'angoisse l'expert comptable d'une équipe du Tour de France.

Un brin d'anxiété commence toutefois à me prendre à mon tour au moment de payer, commençant à poser des questions au vendeur dont chaque réponse appelle une nouvelle question laissant transparaitre un je ne sais quoi de « bon dieu, qu'est ce que je suis en train de faire, là ? », mais c'est assez commun chez moi.

Je suis un épouvantable acheteur.

Je rentre à la maison, le vélo dans ma petite 306 rouge, et après avoir pris un bain de poussière de bois (efficaces, les termites !) sur la tronche au moment d'ouvrir la porte du cellier, je me retrouve en équilibre sur les quelques lattes de bois qui soutiennent le plancher qui porte décidément mal son nom, mon nouveau vélo en main et que je m'empresse d'attacher à l'ancien, n'ayant pas d'autre cadenas.

(...)

Et comme de juste, je n'ai donc depuis jamais touché à ce « nouveau vélo », ayant effectivement trouvé en le comparant à mon « ancien » que ce dernier n'était tout compte fait pas si mal.

... Si mon nouveau-nouveau banquier trouve mon blog, il va comprendre pourquoi je change de banque tous les 2 jours, tiens.

Partager cet article

Repost 0
Published by Nicopoi - dans Nico Lagaffe
commenter cet article

commentaires

Line 22/04/2009 12:29

Ah Nico... Encore une fois j'ai bien ri !

Nicopoi 10/09/2009 13:59


J'espère que ca va arriver à nouveau :)


école de communication et publicité rouen 20/04/2009 21:23

Très sympa votre blog!! =)

Nicopoi 10/09/2009 13:59


Encore merci !